Rusty Brown

Rusty est un petit garçon timide et d’une grande maladresse. Après Building Stories, Chris Ware dévoile le quotidien de son personnage fan de super-héros dans Rusty Brown, un merveilleux album nommé dans la Sélection officielle d’Angoulême. Un superbe récit choral, riche et poignant.

Rusty Brown, une réalisation sur 18 années

Dès les premières pages, le ton est donné. Rusty Brown agrège une galerie de personnages aussi fascinante qu’hétéroclite. Il y a bien évidemment, le petit garçon maladroit, timide et fan de super-héros, mais également Chris Ware lui-même, Joanna Cole l’enseignante, Woody Brown père du premier et professeur écrivain dépressif, Alison la belle collégienne, Jason Lint l’ado détestable ou encore Chalky, l’ami de Rusty.

Cette galerie pose tout de suite le décor. Chris Ware imagine ainsi un récit choral où Rusty Brown serait le fil conducteur. Il a fallu 18 ans à l’auteur de Building Stories (Prix spécial du jury à Angoulême en 2015) pour composer avec soin et justesse cette merveilleuse bande dessinée de 360 pages.

C’est ainsi que les 7 personnages se croisent et interagissent avec plus ou moins de facilité. Il y a des non-dits et de la distance dans Rusty Brown, comme une sorte de mélancolie. Il faut souligner que Chris Ware, comme à son habitude dans ses albums, aborde avec délicatesse le monde de l’enfance, l’angoisse et la dépression mais également la solitude. Rusty Brown n’y échappe pas.

Rusty, le mal-être incarné

Rusty Brown est souvent harcelé par ses camarades d’école. Son côté maladroit et timide en est la cause principale. Avec sa frange et ses deux dents de lapin, il est la risée de tous. D’ailleurs, il ne sort jamais de la classe même pour aller en récréation. Il faut toute l’empathie et la bienveillance de Mme Cole pour l’accompagner jusque dans la cour.

Un jour, il oublie de laisser chez lui Supergirl, sa figurine. Bien cachée dans son bureau d’écolier, il sait que personne ne la verra et se moquera de lui. Mais arrive Chalky White, un nouveau. Mme Cole lui propose de s’installer à la place de Rusty. Panique ! Et si Chalky parlait de Supergirl ?

Mais le garçon est moins sournois que les autres. Il ne dit rien. Mieux, il se rapproche de Rusty. C’est le début d’une amitié…

Chris Ware détourne les codes

Dans Rusty Brown, Chris Ware joue de nouveau avec les codes de la bande dessinée. Comme pour Jimmy Corrigan (Alph’Art 2003 à Angoulême, Grand prix de la critique ACBD) ou Building Stories, l’auteur nous fascine par sa grande maîtrise de la narration. Chacun de ses albums sont différents, il aime jouer avec les cases et prend toujours à revers ses lecteurs.

Ainsi, dans le premier chapitre de l’album, il met en parallèle deux récits. Dans le haut de la planche, on suit Rusty ou son père Woody et en bas, dans une bande, on suit Chalky ou Alison sa soeur. Il y a donc deux histoires différentes et donc deux temps différents.

Rusty Brown est un album hors du commun, précis et aux décors foisonnants. Chris Ware y établi des jeux sur les vignettes, dans la planche et même dans la typographie. C’est une quasi perfection qui force le respect.

Rusty Brown : On est emporté par cet album singulier, empli d’émotions fortes et porté par un dessin tout en rondeur et précis.

Article posté le dimanche 24 janvier 2021 par Damien Canteau

Rusty Brown de Chris Ware (Delcourt)
  • Rusty Brown
  • Auteur : Chris Ware
  • Editeur : Delcourt, collection Outsider
  • Prix : 49,95 €
  • Parution : 04 novembre 2020
  • ISBN : 9782413022602

Résumé de l’éditeur : Chris Ware nous livre enfin une suite spirituelle de son roman graphique culte, Jimmy Corrigan. Rusty Brown est un récit choral à la précision redoutable. Dans son Nebraska natal, Rusty, victime des petites frappes de son école, s’évade en collectionnant les figurines de super héros. Lorsque Chalky White arrive dans son école, les deux enfants très proches se lient d’amitié. La première partie d’un récit choral vertigineux qui retrace la vie de multiples personnages émouvants et pathétiques…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir