Building Stories

C’est probablement l’un des ouvrages les plus atypiques de ces dernières années. Deux ans après sa première publication aux Etats-Unis chez Pantheon Books, le mythique Building Stories de Chris Ware est publié pour la première fois en français chez Delcourt.

Une chance pour le public francophone dont une partie n’est pas toujours à l’aise avec la langue de Shakespeare. Car cet ouvrage est un indispensable. Une oeuvre à lire absolument. Un collector que l’on referme tout en poursuivant le récit que l’on a découvert. C’est l’une des forces de ce Building Stories. Sans début ni fin tout en proposant une grande richesse narrative.

Commençons par l’objet. Il suscite à lui seul la convoitise. Car il ne s’agit pas là d’un livre classique, mais d’un beau coffret réunissant 14 albums de formats hétéroclites. Au total, ce sont 260 pages que le lecteur a sous la main. A lui désormais de décider dans quel ordre les lire. Car contrairement à beaucoup d’ouvrages où le lecteur est passif, il décide ici de la chronologie de lecture. Et cela a une incidence sur la perception de l’oeuvre. Toujours envoutante, comme les nombreux ouvrages de cet immense auteur qu’est Chris Ware.

Double sens

Le titre a lui seul possède plusieurs sens. En anglais, « Building stories » peut aussi bien se traduire par « construire des histoires » que « histoires d’un immeuble ». On retrouve ces deux versions à la lecture de l’ouvrage.

A travers ce modeste immeuble d’habitation de Chicago, on découvre les vies très variées de ses résidents. Des vies simples, auxquelles on peut parfois s’identifier, et que le temps ne manque pas de faire évoluer, pas forcément de manière positive. Comme dans la réalité et c’est forcément touchant.

Il y a cette cette vieille logeuse se remémorant les moments importants de sa vie, ce couple se déchirant… Mais le récit est surtout centré autour de cette femme dont on ne connait pas le nom mais dont on partage les questionnements à différentes époques de son existence. Péle-mêle, on y découvre son enfance, ses premières années de célibat et la sensation d’avoir raté sa vie, la naissance de sa fille, la mort de son père, la rencontre avec son mari dont la narration est à elle seule un petit bijou. Avant d’en arriver là, l’album raconte heure par heure la vie de l’ensemble des locataires de l’immeuble. Le puzzle s’assemble patiemment et superbement. Du grand art.

Cette boîte contenant ces albums gigognes et dont le lecteur se charge de combler les trous constitue une fabuleuse expérience de lecture. Autour des 14 ouvrages, il va continuer de développer sa propre histoire, donnant à Building Stories cette dimension aussi unique envoutée un peu plus par la composition des planches dans le style si caractéristique de l’auteur, où la géométrie architecturale tient une grande place.

Monstre sacré du 9e Art

Bien sûr, Chris Ware a l’habitude de se jouer des codes de la bande dessinée et de donner une épaisseur à ces « petits riens » de la vie. On se souvient de son multirécompensé Jimmy Corrigan. L’Américain est un génie, un monstre sacré du 9e Art, mais il n’était encore jamais allé aussi loin.

«Dans l’incorporalité électronique de l’existence, il est parfois rassurant – voire nécessaire – d’avoir quelque chose à quoi se raccrocher, explique-t-il en quatrième de couverture. Ainsi, l’acheteur trouvera dans cette boîte une variété parfaitement équilibrée d’ouvrages conçus pour répondre à pratiquement tous les goûts artistiques ou poétiques imaginables, de la causticité corrosive de la jeunesse au sérieux écœurant de la maturité – tout en suivant une protagoniste qui se demande si elle quittera jamais l’exiguïté des premières années solitaires de l’âge adulte en location pour les vastes étendues à crédit de l’amour et du mariage. Que vous souffriez de la solitude seul(e) ou avec quelqu’un, ce livre ne peut qu’entrer en résonance avec le sentiment écrasant de vie gâchée, d’occasions manquées et de rêves de création brisés qui frappe le public littéraire des classes moyennes et aisées (et peut parfois revenir les hanter sous une forme plus ou moins altérée durant leurs phases de sommeil paradoxal).»

Building Stories regroupe une décennie de publications de Chris Ware dans le New Yorker, le New York Times et le McSweenney’s Quarterly Concern ainsi que des pages inédites, « autrement dit, jugées trop obtuses, indécentes ou tout simplement incohérentes pour paraître dans un périodique respectable », ajoute l’auteur.  Une partie de celles-ci ont été initialement publiées dans Acme Novelty Library.

Enorme succès critique

Véritable chef d’oeuvre, l’ouvrage a connu dès sa publication outre-Atlantique un succès critique énorme, au point de remporter quatre Eisner Awards (meilleur roman graphique, meilleur auteur, meilleur lettrage, meilleur maquette)  lors de la 25e cérémonie des Will Eisner Comic Industry Awards lors du San Diego Comic Con 2013. Désormais traduit en français, il devrait continuer sa moisson de prix en Europe. Cela paraît tout à fait légitime et grandement mérité.

Article posté le vendredi 05 décembre 2014 par Nicolas Albert

Qui succèdera à Hermann ? Chris Ware
  • Building stories
  • Auteur: Chris Ware
  • Editeur: Delcourt
  • Prix: 69,95 euros
  • Parution: 29 octobre 2014

Résumé de l’éditeur: « Coupes d’immeuble, histoires étage par étage, flashbacks et narrations parallèles, les récits se mêlent et se répondent pour conter les interactions sociales d’un voisinage de Chicago. Relations familiales, liaisons amoureuses, séduction, paternité, éducation, les thématiques se développent au gré des choix du lecteur et construisent un récit fin et sensible. Une oeuvre inclassable et indicible. »

À propos de l'auteur de cet article

Nicolas Albert

Nicolas Albert

Nicolas Albert est journaliste à la Nouvelle République - Centre Presse à Poitiers. Auteur de plusieurs livres sur la bande dessinée (Atelier Sanzot, XIII 20 ans sans mémoire…) ou de documentaires video, il assure également différentes missions pour le festival international de la bande dessinée d'Angoulême : commissaire d’expositions (Atelier Sanzot, Capsule Cosmique, Boule et Bill, le Théâtre des merveilles, Les Légendaires…), metteur en scène des concerts de dessins, rédacteur en chef de la WebTV et membre du comité de sélection.

En savoir