Timo l’aventurier

Timo et la lecture, c’est une véritable histoire d’amour. Mais à force de lire, il n’y a plus un seul nouveau livre dans le village qu’il n’ait dévoré. Une seule solution : partir à la recherche de nouveaux ouvrages. Jonathan Garnier et Yohan Sacré imaginent le premier volet de la saga fantastique jeunesse Timo l’aventurier. Etonnant et sympathique !

Plus de nouvelles lectures

Un village perdu au milieu d’une vallée. Timo lit un conte aux autres enfants. Lorsqu’il a terminé, il constate qu’il ne reste plus que Péco, tous les autres ont disparu, prétendant que les fables, c’est pour les bébés. Il faut souligner que la lecture est le seul moyen de voyager dans cette vallée et ça le petit garçon le sait : imaginer c’est voyager !

En rentrant chez lui, il attend patiemment que ses parents lui donnent un nouveau livre mais ils sont désolés : il n’y a plus un seul ouvrage que Timo ait lu dans tout le village !

Il part alors chercher son sac et leur dit : « Vous m’aviez dit que c’était important de lire. Que si je lisais tous les livres du village, ça ferait de moi un homme prêt à découvrir le monde ». Il pense donc que c’est le moment de partir à l’aventure. Devant le refus de ses parents, il monte se coucher.

Dans la forêt mystérieuse

N’en faisant qu’à sa tête, il pense que le mieux est de quitter le village et de traverser la forêt. Sac sur le dos, il part sans dire au-revoir à ses parents et laisse le livre de contes à Péco. Il pense qu’il va découvrir des tonnes d’histoires et qu’il pourra ensuite les raconter le soir au coin du feu.

C’est le début d’une grande aventure, entre animaux parfois dangereux et d’autres sympathiques, gardienne de la vallée, campement pour la nuit et écriture dans son journal de bord. Tout est prêt pour aller chercher le savoir…

Timo l’aventurier : hymne à la lecture

Après Bergères guerrières (deux volumes avec Amélie Fléchais), Jonathan Garnier poursuit son incursion dans l’univers fantastique jeunesse et ce d’une très belle manière. Le scénariste propose un premier volet de Timo l’aventurier agréable, sympathique et accrocheur.

Ce très bel hymne à la lecture et aux conteurs est porté par un personnage lettré, débrouillard (enfin, le pense-t-il) et un peu naïf. Comme il n’est jamais sorti de son village, il ne mesure pas les dangers à l’extérieur. Seules son envie et sa force de conviction le mènent vers le savoir. Ainsi, il confrontera ce qu’il a lu – souvent de merveilleux, d’unique et de fiction – avec le réel. On pourrait le croire vaniteux et hautain, il n’est que petit et inconscient.

S’émanciper

Cette agréable quête initiatique fera découvrir à Timo l’aventurier des obstacles à franchir, des animaux et des personnages à rencontrer et ainsi grandir. Les jeunes lecteurs apprécieront aussi le carnet de bord de Timo. Tous les soirs, il note ses rencontres mais surtout invente des noms aux animaux croisés dans la journée ainsi que leurs caractéristiques. C’est cette envie de transmettre, cette érudition par l’écrit qui charme aussi le jeune lectorat.

Son désir d’émancipation de ses parents – même s’il est encore petit – est son moteur. En choisissant de partir à l’aventure, il veut atteindre cette indépendance qui fera de lui un homme.

Jonathan Garnier (Momo avec Rony Hotin) glisse aussi beaucoup d’humour notamment par des quiproquos savoureux et les relations que Timo peut entretenir avec les habitants de la forêt. Le tout est empli de mystères et de rebondissements qui appellent à la lecture du deuxième volume.

Un dessin rond et très expressif

La partie graphique de Yohan Sacré est au diapason de ce premier volume de Timo l’aventurier. Né en 1989, le dessinateur dévoile de merveilleuses planches tout en rondeur. Pourtant autodidacte, il fait preuve d’une grande maîtrise dans la composition de ses vignettes mais aussi de ses personnages.

Son bestiaire est fabuleux et les visages de ses protagonistes très expressifs. Sa palette de couleurs pastel est en harmonie avec le genre fantastique du récit. Son trait imite avec soin les matières des animaux et leurs pelages.

En avant avec Timo l’aventurier ! Sur le chemin du savoir, de l’humour et de l’amitié !

Article posté le lundi 05 novembre 2018 par Damien Canteau

Timo l'aventurier de Jonathan Garnier et Yohan Sacré (Le Lombard)
  • Timo l’aventurier, tome 1
  • Scénariste : Jonathan Garnier
  • Dessinateur : Yohan Sacré
  • Editeur : Le Lombard
  • Parution : 31 août 2018
  • Prix : 13.99€
  • ISBN : 9782803671021
Résumé de l’éditeur : Timo vit avec ses parents dans un village isolé par une forêt, où les livres nourrissent son imaginaire. Pour satisfaire sa soif d’aventures, il décide de partir explorer le monde au-delà de la forêt. Mais ce monde ne se montrera pas si facile à dompter et Timo devra user de son intelligence et son savoir pour s’en sortir. Lors de l’exploration d’un temple, il aura fort à faire pour délivrer Brouf, un chien-panda fait prisonnier par d’inquiétantes créatures masquées. Si en sauvant Brouf, Timo gagnera un compagnon de route, il découvrira qu’il a aussi mis le pied dans une lutte aux enjeux qui le dépassent… Réussira-t-il à assumer l’influence que ses actes auront sur ce monde ?

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir