True stories

Strips inédits en français, True stories de John Derf Backderf nous surprennent, nous enchantent, nous dégoutent ou nous font rire. Un excellent recueil de l’auteur de Mon ami Dahmer, chez Çà et là.

Histoires courtes, histoires fortes

L’auteur de Cleveland, John Derf Backderf s’est vraiment fait un nom dans le milieu du 9e art en France depuis la parution du magistral Mon ami Dahmer en 2013, prix révélation à Angoulême et prix polar SNCF en 2014. Cette même année, les éditions Çà et là poursuivent leur travail autour de son œuvre avec la publication de Punk rock & Mobile home et en 2015, Trashed, prix Tournesol l’année suivante. En trois albums, Backderf est devenu un artiste incontournable.

Né en 1959 dans l’Ohio, il suivit des études dans une école d’art. Mais cette expérience fut de courte durée puisqu’il revint dans sa ville d’enfance de Richfield pour y travailler comme éboueur. Une période racontée dans l’excellent Trashed.

Diplômé de journalisme, il commença à travailler dans cet univers mais de nouveau arrêta rapidement pour se consacrer au dessin. Ainsi, il débuta The City, des strips publiés dans une cinquantaine de journaux américains. Pendant 22 ans, il réalisa de courts récits, repris ici en recueil. Des histoires courtes mais des histoires fortes.

True stories : Récits réalistes et vrais

Comme dans ses précédentes publications, les histoires de True stories sont fortes, intelligentes et très au fait de la société américaine. Par son regard de journaliste, il croque en une planche, des saynètes représentatives de ses contemporains.

Il y a de malice, de la compassion et parfois du cynisme dans ses pages. Dans True stories, Backderf magnifie les anonymes, ces héros du quotidien souvent paumés, souvent à côté de la plaque et à la marge mais ne s’en moque jamais. Ainsi, les SFD côtoient les employés, les ouvriers et même un homme toujours « sous pression ». Chien mangeur de chaussettes, musiciens, urineurs en tout genre ou joggeurs, toute cette faune bigarrée étonne et fascine.

Le lecteur pourra même y voir les prémices de Trashed ou de Punk rock & mobile home. De belles petites pépites.

Backderf au sommet de son art

A travers les 200 pages de True stories, on retrouve tous les ingrédients qui ont fait que l’œuvre de John Backderf nous a séduit.

Le style du lauréat du prestigieux Robert F. Kennedy Journalism Award en 2006 (dessin politique) évolue au fil des pages. Normal en 22 ans ! Son dessin pourtant semblait déjà très sûr en 1990.

True stories : un belle incursion dans le travail de John Backderf. Une belle porte d’entrée pour découvrir son univers. Pour les amateurs, précipitez-vous, c’est du tout bon !

Article posté le mardi 09 avril 2019 par Damien Canteau

True stories de Derf Backderf (çà et là)
  • True stories
  • Auteur : Derf Backerderf
  • Éditeur : çà et là
  • Prix : 20€
  • Parution : 19 avril 2019
  • ISBN : 9782369902652

Résumé de l’éditeur : Le retour du plus connus des dessinateurs de Cleveland (après Joe Shuster), dans une anthologie de ses histoires courtes ! Derf Backderf a réalisé des strips hebdomadaires pendant près d’un quart de siècle, entre 1990 et 2014. D’abord diffusés dans les journaux gratuits de la ville de Cleveland, ces strips atteindront par la suite jusqu’à 140 journaux du pays. Voici 200 de ces histoires rassemblées pour la première fois en un unique volume. Dans True Stories, on croise des illuminés en tous genre, pris sur le vif dans la rue ou dans des magasins, des scène du quotidien qui font mouche. True Stories, c’est l’Amérique profonde, dérangée, saturée de malbouffe, foutraque. On retrouve avec bonheur la patte de cet auteur dont le dessin, en construction au début des années 1990, évolue au fil des histoires et cette faculté à déceler les situations baroques et à croquer des personnages marquants, alliée à un art consommé de la chute. « Oui, tout ce qui est dans ce livre est réellement arrivé. J’ai été personnellement témoin de la plupart de mes True Stories. Les autres m’ont été rapportées par des amis en lesquels j’ai confiance. Devoir réaliser un strip chaque semaine ne me manque pas vraiment. Ce qui me manque, c’est de me balader dans les rues de la ville à la recherche de gens bizarres. Ça a toujours été ce qui me plaisait le plus dans ce boulot » Derf Backderf.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir