Urbex

Julie et Alex sont adeptes de l’urbex, un loisir consistant à visiter des bâtiments abandonnés. En franchissant les portes de la Villa Pandora, leurs vies vont basculer. Clarke et Vincent Dugomier dévoilent le premier volet de cette nouvelle saga fantastique pour ados. Frissons garantis.

La villa Pandora : une maison de tous les mystères

Julie et Alex sont deux amis. Adolescents, ils sont adeptes de l’urbex, une mode qui consiste à explorer des bâtiments abandonnés. L’adrénaline que procure ces découvertes est le moteur de leurs expéditions.

Leur nouveau terrain de jeu : La villa Pandora, une grande maison-clinique. A peine entrés, ils font face à deux jeunes jumelles effrayantes.

« Ils nous ont retrouvées… ça devait arriver. »

La panique gagne les deux amis qui s’enfuient à toute jambe. Le lendemain matin, Alex passe devant la Villa Pandora mais celle-ci a disparu ! Elle aurait été détruit il y a plus de cinq ans !

Se rassurer

Après une journée au collège, Julie et Alex décident de refaire une exploration, non pas dans la villa mais dans un lieu qu’ils connaissent pour se rassurer.

Dans ce garage abandonné, ils sont les spectateurs d’un étrange scène : Daniel, un petit garçon attablé avec d’autres personnes, sort de table en courant, se précipite dans le couloir et crache du sang.

Les adolescents découvrent alors qu’ils peuvent être les témoins de scènes de vie passées sans être vus…

urbi et urbex

Les villes sont des lieux formidables de découvertes. Les bâtiments abandonnés peuvent être des endroits extraordinaires pour s’amuser. Phénomène apparu dans les années 1980, l’Urbex permet aux curieux d’explorer des lieux fascinants, comme le montre la vidéo ci-contre.

Cette activité – qui peut s’avérer dangereuse au vu de la fragilité des bâtiments – est une mode étendue dans le monde entier. Certain.es n’hésitent pas à franchir les frontières pour s’adonner à leur passion. Les ex-pays soviétiques sont idéaux pour cela parce que beaucoup de lieux y sont à l’abandon. Il suffit de se pencher sur les photos ou vidéos prises lors de ces passages pour découvrir des endroits hors du temps, comme gravés dans le marbre.

Surfant sur ce succès immense et parce que ses enfants avaient un peu pratiqué l’urbex, Vincent Dugomier a décidé de créer une histoire autour de cette mode si singulière et forte en émotion. Pour pimenter le tout, il y glisse des phénomènes fantastiques.

Urbex : frissons garantis

En choisissant deux adolescents, Vincent Dugomier poursuit son exploration de cette époque charnière. Après Les enfants de la résistance et Les omniscients, il dévoile un récit réaliste aux accents fantastiques avec deux collégiens.

Entre premiers émois, amitié et solidarité, Julie et Alex se retrouvent bien malgré eux embarqués dans une histoire qui les dépasse. Qui sont ces fantômes ? Pourquoi sont-ils les seuls à pouvoir les voir ?

La villa Pandora est alors un personnage à part entière, angoissante et regorgeant de spectres. Tel l’hôtel dans Shining de Stanley Kubrik, cette clinique apporte une ambiance de tensions. Surtout que la maison n’a pas livré tous ses secrets et affiché toutes ses pièces. S’il n’oublie pas l’humour, Vincent Dugomier fait frissonner son jeune lectorat par un récit haletant et fondé sur les inquiétudes des deux amis.

clarke et la lumière

Ce que l’on apprécie aussi dans Urbex, c’est qu’il n’est pas gratuit dans son récit. Sans entrer dans les détails pour ne pas gâcher le plaisir de lecture, l’on peut dire que l’histoire est très écrite, aux allures psy et profondes et que Vincent Dugomier tisse une toile tel un puzzle qui se construit sous les yeux des lecteurs. Les fantômes ont aussi des choses à dire et la notion de famille y est très importante, avec ses joies, ses peines, ses secrets et ses non-dits. On va de découvertes en rebondissements et en surprises.

Pour accompagner le scénariste, Clarke donne toute la mesure de son talent. S’il aime les univers fantastiques (Mélusine), Urbex se rapproche de ses récits plus réalistes comme Les étiquettes ou Dilemma. Le trait de l’auteur liégeois est d’une redoutable efficacité. Tout est clair et lisible dans ses planches. Les couleurs de Mikl sont importantes pour la compréhension du récit. C’est pourquoi, le coloriste utilise des teintes très claires et lumineuses pour évoquer les fantômes.

Quant aux noirs de Clarke, ils sont somptueux. Comme il le confie : « J’ai toujours utilisé les noirs de cette façon : pour mettre en valeur le vide. Mais d’habitude, la couleur gomme cet aspect. Ici, j’ai pu explorer à fond cette dimension de mon travail. Les personnages bougent dans un décor changeant, au point qu’on a l’impression que plus rien n’est structuré. Ce qui n’est pas vrai du tout – il y a des kilos de perspectives dans cette fichue villa ! »

Urbex : un superbe début de saga fantastique, entre lieux abandonnés, explorations, fantômes et duo d’amis.

Article posté le dimanche 22 août 2021 par Damien Canteau

Urbex tome 1 de Vincent Dugomier et Clarke (Le Lombard)
  • Urbex, tome 1 : Villa Pandora
  • Scénariste : Vincent Dugomier
  • Scénariste : Clarke
  • Coloriste : Mikl
  • Editeur : Le Lombard
  • Prix : 12,45
  • Parution : 27 août 2021
  • ISBN : 9782803677009

Résumé de l’éditeur : Si les murs des vieux bâtiments pouvaient parler, que raconteraient-ils…? Depuis qu’Alex et Julie ont franchi la porte de la Villa Pandora, ils ont la réponse ! À présent, à chacune de leurs explorations urbaines, les deux adolescents sont assaillis par des visions de vies d’inconnus. Autant de fragments qu’ils vont devoir recoller, au risque de voir leur identité vaciller à mesure qu’ils tentent de comprendre les étranges pouvoirs dont les a investis la mystérieuse bâtisse.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir