En attendant Une nuit à Rome 3 – Acte 4 –

Ultime rendez-vous avec Jim avant la sortie d’Une nuit à Rome 3. Le stress et l’excitation sont les sentiments qui se dégagent au travers de cette rencontre. À la veille de l’impression de ce nouvel album, Jim nous livre quelques anecdotes qui illustrent bien les inconnues qui émanent des machines chargées de rendre palpable les créations graphiques. L’expérience aidant, l’auteur sait que malgré certains imprévus, il pourra toujours se fier à l’œil avisé de l’imprimeur. Ce dernier ayant un rôle primordial avant que l’objet n’arrive dans les mains du lecteur.

 

Jim partage son travail sur Une nuit à Rome 3 (Bamboo/Grand Angle)) quelques mois avant sa sortie - décrypté par Comixtrip le site BD de référence

Jim partage son travail sur Une nuit à Rome 3 (Bamboo/Grand Angle)) quelques mois avant sa sortie - décrypté par Comixtrip le site BD de référence

 

 

1/ L’échéance est proche désormais. Le 04 avril c’est le grand jour ! les exemplaires sont ils en cours d’impression ?

Pas encore ! Il y a pas mal de strates que le public ne connait pas quand on soulève le rideau. Par exemple là, en ce moment, – ai-je le droit de le dire ? – il y a une pénurie de papier, qui décale quelque peu l’impression. Donc, tout devrait débuter le treize mars. J’espère qu’ils n’imprimeront pas au dos de tirages ratés d’un autre album pour tenir les délais !… (rires)

 

« Me rendre chez l’imprimeur est un petit rituel qui tient aussi de la superstition »

2/ Il y a six ans, paraissait le premier tome de cette aventure. À l’époque, tu avais  partagé une vidéo qui parcourt les différentes étapes réalisées chez l’imprimeur. As-tu eu l’occasion de t’y rendre pour ce nouveau tirage ?

Oui, comme je mets deux ans entre chaque album, ça fait un rythme de présence pas très contraignant… et j’aime ce petit rituel, qui tient aussi de la superstition, maintenant. J’y retourne avec Delphine, qui fait les couleurs, et on replonge dans le vacarme de l‘imprimerie avec plaisir.

Jim partage son travail sur Une nuit à Rome 3 (Bamboo/Grand Angle)) quelques mois avant sa sortie - décrypté par Comixtrip le site BD de référence

 Couverture édition toilée tome 3

3/ Quel(s) sentiment(s) éprouves-tu quand tu te retrouves au cœur de la conception d’une de tes productions ?

C’est particulier, un mélange de sensations. C’est excitant, indéniablement, mais parfois compliqué, et on est confrontés au réel de ce que sera l’album. Par exemple, la couverture. On essaie de l’imprimer en mieux, mais tout en sachant que, d’une part, les couleurs deviennent légèrement plus fades en séchant, et d’autre part que le vernis mat rend tout un peu plus sourd et plus vif. Il faut donc anticiper ce que pourra être l’image, avec des allers-retours à l’air libre pour jauger du résultat aussi en lumière naturelle. Ça fait vraiment beaucoup de paramètres à prendre en compte ! C’est donc particulièrement périlleux de se stopper sur un essai et dire avec certitude « banco, on part sur ça ! » Difficile d’être certain que la prise de décision sera la bonne, en modifiant un peu, est-ce que ce ne serait pas meilleur ?

Je me souviens que pour l’impression du tome deux, en repartant dans le RER de chez l’imprimeur, j’étais pétri de doutes, je l’avais rappelé pour continuer de discuter et essayer de voir si on pouvait encore bouger des choses.
Maintenant, ceci dit, on se rend compte à quel point tous les gens qui travaillent sur les machines sont concernés par la qualité du résultat, donc on apprend vite aussi à se reposer sur leur œil !
« Pour l’impression du dos toilé du tome deux, le résultat premier avait rendu un fichier plus sombre que prévu. On a ainsi décidé de le refaire »

4/ T’arrive-t-il d’être déçu, surpris, par le rendu papier de certaine planches ? Si tu n’es pas satisfait, peux-tu encore corriger ces éventuelles imperfections ?

Pour le dos toilé du tome deux, pour lequel la confection n’était pas le même jour, je n’avais pas pu m’y rendre. Le résultat ne me plaisait pas du tout, accentué par un fichier plus sombre qui avait noirci à l’impression. Après discussion avec l’éditeur, nous avons jeté l’ensemble à la poubelle, j’ai retouché le fichier et nous avons réimprimé. C’est très flippant, d’autant qu’on n’est pas sûrs que réimprimer sera mieux au final. Mais ici, c’était vraiment flagrant, et on s’est félicités de l’avoir fait.

J’ai tout connu en matière d’impression avec mes anciens éditeurs. L’un qui a imprimé une couverture en RVB –Rouge, Vert, Bleu- (le fichier doit impérativement être en CMJN -quadrichromie Cyan, Magenta, Jaune, Noir- pour un bon respect des couleurs…), un autre qui a négligé les noms des auteurs sur la couverture… Disparus ! J’ai passé une phase, chez un éditeur chez qui j’ai beaucoup travaillé mais que je nommerai pas, dont chaque impression était une angoisse : sur quoi allaient-ils se planter cette fois-ci ?
Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir trouvé chez Grand angle un éditeur particulièrement vigilant sur la qualité des albums, avec de belles impressions et reliures impeccables.

« J’ai hâte de voir la statuette finie ! »

5/ Parallèlement à ce troisième tome, vient de sortir un nouveau portfolio dédié à Marie et édité par Les Sculpteurs de Bulles. Une statuette à son effigie est également en cours de réalisation. Sans oublier ce puzzle récemment conçu par Benoit Poisson. Ton héroïne, au fur et à mesure de son succès, s’échappe. Est-ce cela la magie pour un auteur ? Ce sentiment plaisant de voir son personnage « sortir » de la BD ?

Jim partage son travail sur Une nuit à Rome 3 (Bamboo/Grand Angle)) quelques mois avant sa sortie - décrypté par Comixtrip le site BD de référence

Oui, c’est surtout fun. C’est un vrai plaisir de gamin en vérité, et j’aime l’idée de se garder ce niveau-là de bonheur. J’adore cet aspect développement hors de la bd. Il y a le cinéma bien sûr, mais là ce sont des choses qu’on peut toucher du doigt. Pour le puzzle, c’est effectivement Benoit Poisson qui m’en avait offert un à noël, et c’était juste super amusant et décalé comme objet. Alors naturellement, je lui donne un coup de main dans la mesure du possible pour l’aider à commercialiser ce tirage limité. D’ailleurs, il n’en reste plus beaucoup de disponibles, il y a fort à parier qu’il en développe un second. Quant à la statuette, hâte de la voir finie !

Jim partage son travail sur Une nuit à Rome 3 (Bamboo/Grand Angle)) quelques mois avant sa sortie - décrypté par Comixtrip le site BD de référence

 

L’équipe de Comixtrip tenait à remercier chaleureusement Jim, Delphine, le chat et les Éditions Bamboo/Grand Angle de nous avoir permis de faire partager aux lecteurs les différentes étapes et émotions qui précèdent la sortie d’un album. Qui plus est, quand celui-ci a une saveur particulière. En attendant les retrouvailles avec Marie et Raphaël dans Une nuit à Rome 3, il ne reste plus qu’à (re)découvrir les deux premiers tomes, sans oublier leur apparition dans De beaux moments.
llll
rrrrrr
Article posté le lundi 12 mars 2018 par Mikey Martin

À propos de l'auteur de cet article

Mikey Martin

Mikey Martin

Originaire de Charente-Maritime, il débarque sur Poitiers il y a 17 ans et s'installe avec sa compagne juste en face d'une librairie spécialisée en bande dessinée. Une aubaine pour s'y remettre. Sa passion sans cesse grandissante pour le Neuvième Art se doit d'être partagée par de petites chroniques.

En savoir