Arrête de me chauffer, Nagatoro

Arrête de me chauffer, Nagatoro est un manga – tranche de vie – ambigu comme c’est pas permis. Une comédie romantique sadique chez Neove Grafx par Nanash. 

Nagatoro est une peste. Une jeune fille de seconde insupportable, moqueuse et sadique. C’est en tout cas la seule facette qu’elle montre à son aîné. Un garçon de première qu’elle a décidé d’appeler « Senpai » – le terme honorifique pour s’adresser à quelqu’un de plus âgée que soi.

Senpai dessine des mangas. Jeune homme à lunette, il est l’archétype du garçon timide, sérieux, sans amis, plutôt isolé. Une graine de souffre-douleur.
Nagatoro en profite. Elle met un point d’honneur à le faire souffrir le martyre. Elle se moque de lui, le discrédite, piétine sa – très maigre – confiance en lui. Pourtant tout est ambigu. Tout en le faisant tourner en bourrique, elle vient sans cesse à sa rencontre, passe de véritables moments avec lui, et semble se comporter ainsi uniquement avec lui. Quel est donc le sens véritable de son attachement pour son Senpai ?

Habitué aux railleries, ce dernier semble curieusement apprécier la compagnie de son envahissante cadette. Il commence peu à peu à la connaître. Il l’a supporte de plus en plus comme un ami plutôt que comme un souffre-douleur. Même si, admettons-le, c’était mal barré.

Arrête de me chauffer, Nagatoro est tout de même un titre assez parlant ….  Et il ne l’est pas pour rien. Tout fini plus ou moins par quelque chose de tendancieux. Une vanne ou un accident, une suggestion maligne de la sadique de service ou une coïncidence curieuse… Nagatoro le chauffe tellement qu’on ne sait même plus si elle plaisante ou si elle est sérieuse mais pas assez courageuse pour mener ses démarches à bien.

Sous couvert d’être une vrai peste, Nagatoro a mis le grappin sur son Senpai et il semble qu’elle ne veuille le laisser à personne d’autre.

Le graphisme de ce manga est un gag permanent, excentrique. Un peu surchargé en onomatopées et en bulles de texte explosives. Tout à fait à l’image de la personnalité de son héroïne. Nanashi, l’auteur, raconte des anecdotes par fois à la limite de l’obscène sans que son dessin n’en souffre. Il n’a rien d’excitant, si ce n’est par son récit. Chose étrange dans un manga, il faut l’admettre. Sous forme de petits sketchs, l’histoire de Nagatoro et son Senpai prend peu à peu forme. Une comédie au tournure romantique, ou une romance aux lourds accents comiques.

C’est très étrange à dire, mais malgré le comportement dérangeant de l’un et l’autre parti – c’est super énervant un personnage qui se laisse marché dessus – leur relation prend des accents mignons. Nanashi arrive à nous accrocher bizarrement. Comme dans une romance nous voulons absolument savoir comment vont évoluer les personnages et leur relation. Comme dans une comédie nous rions, parfois un peu gêné.

Article posté le vendredi 07 mai 2021 par Ma Lo Torikō

Arrête de me chauffer, Nagatoro - Nanashi - Noeve Grafx
  • Arrête de me chauffer, Nagatoro
  • Auteur : Nanashi
  • Editeur : Noeve
  • Label : Noeve Grafx
  • Prix : 7,95€
  • Parution : 12 mars 2021
  • ISBN : 9782490676569

Résumé de l’éditeur : Nagatoro est une lycéenne de première année, dotée d’un caractère très moqueur et légèrement cruel, dont le passe-temps favori est de martyriser son « Senpai » chaque jour. Ce dernier est un garçon extrêmement timide et effrayé par les remarques et provocations de Nagatoro, qui toutefois est la seule personne à le remarquer dans cet établissement. Peut-être le début d’une attirance…

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo Torikō

Ma Lo Torikō

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir