Capitan Erik : L’idole africaine

Notre avis : Aventure, barbouzerie et suspense sont au cœur de L’idole africaine, nouveau tome de la série Capitan Erik signé Micheluzzi et Nizzi, aux éditions Mosquito.

Depuis 5 jours, le navire Adventurer a quitté Honolulu pour Tahiti. En croisant au large de l’île de Tao Tao, le jeune mousse aperçoit des signaux lumineux demandant un SOS. Pire, il indique aussi qu’il y a des bandits sur terre.

Pas effrayé, le capitaine Erik décide d’appareiller avec quelques hommes. Sur l’île, ça s’agite, ça bruisse, ça court. Il faut souligner que des malfrats manigancent des choses illégales, notamment la planque des pierres précieuses. L’arrivée des marins risque de tout mettre par terre. Pourtant ces derniers n’ont qu’une chose en tête : retrouver l’homme du signal et partir le plus rapidement possible…

Ce que l’on apprécie énormément à Comixtrip dans le catalogue des éditions Mosquito, c’est tout le travail mémoriel et de passage de témoin vers les plus jeunes lecteurs des œuvres de Sergio Toppi (plus d’une quarantaine de rééditions dont Colt Frontier) et celles de Attilio Micheluzzi (une douzaine d’albums réédités par la structure associative).

Né en 1930, l’auteur italien est décédé en 1990, laissant derrière lui une somme importante d’histoires d’une très grande valeur narrative et graphique. Considéré comme un des grands maîtres du 9e art italien, avec Battaglia et Hugo Pratt, tous les trois firent souffler un vent nouveau sur la bande dessinée européenne. Architecte de formation, il débute sa carrière de dessinateur sous le pseudonyme de Arzbajeff (du nom d’une de ses grands-mères) dans les années 70. Malgré une carrière très courte, il est productif. Il est influencé par les pays de son enfance (son père militaire fut envoyé en Afrique).

En France, les maisons d’édition les Humanoïdes Associés, Dargaud et Casterman publient ses albums (Marcel Labrume, Air Mail ou Bab El-Mandeb). Il reçoit de nombreux prix dont notamment l’Alfred du meilleur album à Angoulême en 1984 pour le deuxième tome de Marcel Labrume).

En ce qui concerne L’idole africaine, le récit de Nizzi est accrocheur et très bon. Malgré les années (1972), l’histoire n’a pas pris une ride par son côté aventureux. Des malfrats dans une île qui planquent un trésor et Capitan Erik qui s’en mêle avec ses hommes et ça part tout de suite. Même si l’intrigue pourrait sembler classique, le lecteur se laisse prendre au jeu grâce à un découpage rythmé et des dialogues percutants.

Ajouter à cela, une sublime partie graphique en noir et blanc de Micheluzzi et l’on obtient une merveilleuse histoire. L’idole africaine : Pour (re)découvrir le maître de la bande dessinée italienne. Somptueux !

Article posté le vendredi 24 mars 2017 par Damien Canteau

Capitan Erik - L'idole africaine de Micheluzzi et Nizzi (Mosquito) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Capitan Erik : L’idole africaine
  • Scénariste : Nizzi
  • Dessinateur : Attilio Micheluzzi
  • Editeur : Mosquito
  • Prix : 14€
  • Parution : 06 février 2017

Résumé de l’éditeur : L’île de Tao Tao, confetti perdu dans l’immensité du Pacifique… Un joli coin de paradis si d’ignobles crapules ne s’y disputaient pas une statuette africaine. Capitan Erik et son équipage se retrouvent mêlés malgré eux à une poursuite échevelée. Micheluzzi & Nizzi mettent en scène une galerie de personnages attachants qui vont désormais voguer dans les mers du Sud et se confronter aux multiples péripéties de l’Aventure…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir