Douce nuit

Douce nuit est le neuvième petit album mettant en scène Benny, le personnage fétiche de Baladi. Cette fois-ci l’homme-insecte est mort.

« La mort est un moment difficile qui n’arrive qu’une fois dans la vie. Sauf pour Benny. »

Benny Adam se réveille entouré par des planches. Il est mort. Semble-t-il affecté par cela ? Pas du tout ! Il pensait se retrouver ailleurs, il est déçu parce que c’est « nul » ! C’est son spectre qui revient alors à la vie. Son âme flotte alors dans les airs. Il découvre alors qu’après sa mort, il est devenu personnage de fiction. Lui le révolutionnaire, il est récupéré par la télévision…

On est toujours enchanté de savoir que Baladi va de nouveau faire vivre des aventures à Benny. Après le déclenchement d’une révolution à cause d’une simple pierre ou le fait que l’homme-insecte se retrouve seul dans la ville, le voici mort dans Douce nuit. Malgré son titre, la nuit n’est pas si douce pour Benny. La mort c’est nul et pas très fun !

L’auteur de Robinson suisse aime Benny et cela se voit. Ces albums sont de véritables respirations pour Baladi. A travers son héros de papier, il peut aborder des thèmes aussi différents les uns que les autres mais ô combien universels. Ici, la mort, l’amour, mais aussi la récupération de la figure de Benny par d’autres personnes ou encore la culture pop.

Article posté le jeudi 29 avril 2021 par Damien Canteau

Douce nuit de Baladi (Atrabile)
  • Douce nuit
  • Auteur : Baladi
  • Éditeur : Atrabile
  • Prix : 8 €
  • Parution : 09 avril 2021
  • ISBN : 9782889230983

Résumé de l’éditeur : La mort, un moment difficile qui n’arrive qu’une fois dans la vie. Sauf pour Benny. Et donc : Benny est mort. Quelle déception. Benny est hyper déçu par la mort : comment aurait-il pu imaginer que la mort, c’était un truc aussi nul ? En attendant le tunnel – celui avec la lumière au bout – Benny entend des voix, car on discute au-dessus de sa tombe. Benny est désormais une icône de la révolution – mais qu’est-ce qu’une révolution, quand elle devient un argument commercial, ou le sujet d’un blockbuster ? Et peut-on attaquer le système depuis l’intérieur ? se demande un étrange trio en conciliabule dans le cimetière. En parallèle, on suit Morgane Néville, l’écrivaine de science-fiction (et avatar de l’auteur ? ), qui poursuit un Benny apparemment toujours bien vivant… Benny, c’est le jouet le plus fou que s’offre ponctuellement Baladi, ce grand bidouilleur de forme, qui trouve dans ce personnage un peu pathétique un magnifique vaisseau pour aborder bien des sujets. Ici : la page blanche, la culture populaire, la récupération des idéaux, et bien d’autres choses, dont, encore et toujours, la quête de l’amour. Le monde se divise en deux : ceux qui lisent Benny, et ceux qui ne le lisent pas ; ceux qui savent, et les autres… les pauvres ! Bah, tant pis pour eux…

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir