Emma et Capucine, tome 1 : un rêve pour trois

Notre avis : Depuis qu’elles sont toutes petites, Emma et Capucine n’ont qu’un rêve : devenir danseuses à l’opéra de Paris. Jérôme Hamon et Léna Sayaphoum dévoilent le premier volet de leur série jeunesse Emma et Capucine.

Dans leur très bel appartement parisien, Emma et Capucine travaillent leurs gammes sous les yeux de leur maman. Depuis toutes petites, elles sont formatées pour devenir de grandes danseuses et intégrer l’Opéra de Paris. Alors que leur mère n’a jamais réussi à y entrer et faire carrière, elle se projette en elles parfois très durement; ce qui apporte son lot de tensions et de crispations notamment Emma qui ne trouve pas cela toujours très justifié.

De plus, la jeune adolescente est attiré par Jake, un charmant garçon. Ce qui ne va pas faciliter le concours d’entrée pour la prestigieuse école. Le jour des auditions, le verdict tombe : Capucine est retenue mais pas Emma. Le directeur de l’établissement propose son soutien pour faire intégrer la perdante dans des conservatoires très réputés de la région…

Découvert par l’excellente série Nils (avec Antoine Carrion, Soleil), Jérôme Hamon réussit de nouveau son très beau pari. Si la couverture et le résumé de l’album pourrait laisser penser à une énième série pour adolescente très mièvre, ce n’est pas du tout le cas de Emma et Capucine. Il faut encourager les futurs lecteurs à ouvrir ce premier volet de saga.

Le scénariste de Yokozuna (avec Mac van Straceele) développe une histoire d’une très grande modernité où de nombreuses thématiques contemporaines sont mises en lumière de manière subtile. Ainsi l’adolescence par l’entremise des premiers émois amoureux est développé. Jake, le charmeur, est attiré par Emma qui ne sait plus trop où elle en est. Fête, premier baiser et amusements sont donc ses nouvelles envies depuis qu’elle a été recalée du concours. Elle veut beaucoup plus s’affirmer que Capucine. Elle cherche du sens à sa vie et affirme sa personnalité.

L’opposition marquée entre les deux sœurs : Emma, très libre dans son corps et dans sa tête, ses mouvements, proche de la danse contemporaine; tandis que Capucine, est plus formatée pour la danse classique, plus studieuse et se glisse plus facilement dans les pas de sa mère.

Le personnage de la maman est lui aussi en opposition avec celui de son mari. Cette femme qui n’a pas réussi de carrière dans la danse, mène la vie dure à ses filles pour qu’elles puissent atteindre leur rêve. Entrainements tous les jours dans une salle aménagée exprès dans leur appartement, nourriture surveillée… Tout est encadré. Mais ce transfère ne plaira pas à Emma qui le lui fera comprendre. Nous connaissons beaucoup de parents qui se projettent dans leurs enfants par le sport; cela est très fréquent et Jérôme Hamon aborde ce sujet frontalement.

Le père fait figure de modérateur, de tampon entre la mère et ses filles. Plus doux – cela change aussi cette vision et cela fait du bien – plus à l’écoute, il fait figure de père très moderne et aimant. Malgré les difficultés, il soutient aussi son épouse sans trop la juger.

Pour ne pas trop plomber l’atmosphère, Jérôme Hamon distille de l’humour dans son récit. Les rebondissements sont nombreux et le retournement de situation en fin d’album appelle le lecteur à attendre la suite !

Pour son premier album, Léna Sayaphoum dévoile de très belles planches. Ancienne danseuse, elle sent aussi les sacrifices et met beaucoup de mouvements dans les séquences de ce sport si exigent. Si certains pourraient être rebutés par un dessin à la palette graphique, il faut passer outre parce que les pages sont équilibrées, fortes et efficaces. Formée à l’infographie 2D et 3D, cela se ressent dans sa mise en page. Elle multiplie les flous en premier-plan ou arrière-plan pour mettre tout le focus sur les personnages; cela surprend au départ mais c’est très ingénieux de sa part. Elle s’inscrit ainsi dans la veine de Arthur de Pins (Zombillénium ou Osez…) et restitue aussi ses influences manga dans ses planches.

Jérôme Hamon a découvert le travail de Léna Sayaphoum sur internet : « J’avais vu des dessins d’elle sur Instagram, je crois et ça m’a beaucoup plus » confie le scénariste. « Je trouvais sa vision des choses très cinématographique, notamment la gestion des différents plans, ses couleurs mais surtout sa lumière » poursuit-il.

Article posté le vendredi 24 mars 2017 par Damien Canteau

Emma et Capucine 1 de Jérôme Hamon et Léna Sayaphoum (Dargaud) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Emma et Capucine, tome 1 : Un rêve pour trois
  • Scénariste : Jérôme Hamon
  • Dessinatrice : Léna Sayaphoum
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 9.99€
  • Parution : 24 mars 2017

Résumé de l’éditeur : Emma et Capucine sont soeurs et partagent un rêve : entrer ensemble dans la prestigieuse école de danse de l’Opéra de Paris pour devenir danseuses étoiles. Capucine passe les premières auditions avec succès. Pas Emma… et le monde de la jeune fille s’écroule. Mais sa vocation n’est-elle pas ailleurs ? Si son père l’encourage à chercher sa propre voie, sa mère n’envisage pas qu’elle puisse renoncer à la danse. Quant à Capucine, l’idée même d’évoluer sans sa soeur lui paraît un défi insurmontable. Néanmoins, Emma découvre de nouveaux horizons et de nouvelles sensations grâce au hip-hop…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir