Eugénie et les mystères de Paris

Avec ses amis Charles et Arthur, Eugénie tente de percer le mystère de la disparition de la statue de la Liberté dans Eugénie et les mystères de Paris, un bel album jeunesse signé Eric Summer et Miriam Gambino aux éditions Vents d’ouest.

Paris, 1885. La ville est en ébullition : La Liberté éclairant le monde, la statue de la Liberté, se construit au cœur de la capitale. Elle est érigée sur les plans de Gustave Eiffel et Auguste Batholdi, sera démontée puis acheminée par bateau aux États-Unis. Ce cadeau de la France viendra alors trôner sur Ellis Island pour accueillir les migrants.

Loin de cette agitation et comme tous les jours de l’année, Eugénie croise la route d’Arthur et Charles, ses amis. Le premier est apprenti vitrier, maltraité par son père et le second est un sans-abris ayant fui l’orphelinat.

Quant à la jeune adolescente, elle habite chez son oncle Edmond, depuis que sa mère l’a abandonnée. Elle adore le frère de sa mère et apprécie beaucoup son travail : il est enquêteur. Souvent, elle l’accompagne sur les lieux de son métier afin de découvrir la vérité.

Alors qu’Arthur doit changer la vitre de l’épicerie de Ferdinand, le propriétaire leur propose de les accueillir sur la mezzanine de sa boutique. C’est ici que Charles, Ferdinand et Eugénie créent la Confrérie de Vidocq, afin de résoudre des énigmes. La première qui s’offre à eux, c’est la disparition de la statue de la Liberté…

Eugénie et les mystères de Paris : belle aventure jeunesse

Ce premier tome d’Eugénie et les mystères de Paris démarre sur les chapeaux de roue ! Tout de suite, les jeunes lecteurs sont plongés dans une folle aventure autour de trois adolescents, meilleurs amis du monde. Eric Summer imagine un récit dans un Paris de la fin du XIXe siècle, entre secrets et disparition.

Dans la veine des 4 de Baker Street – sans en avoir le panache – Eugénie et les mystères de Paris repose sur un trio de personnages vraiment charmant et attachant. Ils sont complémentaires et bien marqués. Il y a la fille abandonnée mais pas du tout malheureuse grâce à l’amour de son oncle policier, le jeune vitrier maladroit, malchanceux et recouvert de bleus infligés par son père et l’orphelin libre comme l’air. Ce sont les liens entre les trois protagonistes qui égayent ce premier opus.

Eric Summer n’oublie pas de glisser de l’humour à son intrigue, indispensable pour une aventure réussie. Pour leur première enquête, Eugénie, Charles et Arthur se frottent à la disparition de la statue de la Liberté, symbole fort de l’amitié franco-américaine. Ce monument, il en avait déjà fait l’un de ses décors de Ballerina, le film d’animation qu’il a coécrit avec Eric Warin. C’est ainsi qu’il se réapproprie les mêmes lieux, la même époque et la même ambiance pour sa première bande dessinée.

L’illustratrice italienne, Miriam Gambino accompagne Eric Summer sur la partie graphique d’Eugénie et les mystères de Paris. Aidé dans les couleurs par Piky G. S. Hamilton & Arancia Studio, elle réalise de très belles planches. Il ne faut pas s’arrêter sur la couverture qui ne rend pas grâce à son joli dessin. Son trait moderne et son découpage dynamique apportent beaucoup au récit du scénariste français.

Article posté le vendredi 23 avril 2021 par Damien Canteau

Eugénie et les mystères de Paris 1 de Eric Summer et Miriam Gambino (Vents d'ouest)
  • Eugénie et les mystères de Paris, tome 1 : On a volé la Liberté !
  • Scénariste : Eric Summer
  • Dessinatrice : Miriam Gambino
  • Couleurs : Piky G. S. Hamilton & Arancia Studio
  • Éditeur : Vents d’ouest
  • Prix : 13,90 €
  • Parution : 10 mars 2021
  • ISBN : 9782849533819

Résumé de l’éditeur : Le hold-up du siècle ! Paris, Février 1885. Abandonnée par sa mère, Eugénie vit depuis toute petite avec son oncle Edmond. Policier sans véritable talent, ce grand et gentil monsieur réalise vite les incroyables capacités de déduction de sa nièce et n’hésite pas à s’en servir au cours de ses investigations. Mais ça ne suffit pas à Eugénie ! Et puisqu’à 13 ans, on n’a pas encore le droit de devenir détective, elle crée « La Confrérie de Vidocq » avec ses amis Charles, un orphelin sans-abri et Arthur, un apprenti-vitrier maltraité par son père. Ce club, inspiré par les lectures policières d’Eugénie, a pour but de résoudre mystères et énigmes dans les coins et recoins de Paris. D’ailleurs, ça tombe à pic ! Car, après que la statue de la liberté ait été une première fois construite au centre de Paris, puis démontée pour être envoyée en cadeau aux États-Unis, quelques malveillants personnages sont parvenus à subtiliser les caisses l’acheminant vers le bateau en partance pour New-York. Tandis qu’Edmond peine à dénicher des indices et que les américains envoient sur place un de leurs agents, les trois amis se lancent tête baissée dans cette dangereuse affaire qui leur réserve bien des surprises. Nouvelle série d’aventure jeunesse au coeur d’un Paris bouleversé par la révolution industrielle, Eugénie et les mystères de Paris, conte les péripéties d’une bande de gamins enjoués aux parcours accidentés. Un univers original plein de fraîcheur, d’humour et d’action.

 

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir