Ici ou ailleurs

Lorsque Guy Delisle – Fauve d’or du meilleur album en 2012 – rencontre Jean Echenoz – Prix Goncourt en 1999 – cela donne Ici ou ailleurs, un album original autour des récits de l’écrivain.

Paris est sublimé dans Ici ou ailleurs ! Sous les crayons de Guy Delisle, la ville lumière révèle ses grands et petits secrets. L’auteur de S’enfuir, récit d’un otage, a choisi des passages des romans de Jean Echenoz se déroulant dans la capitale française. A l’image du Guide Fantrippers Paris, il a sélectionné des lieux parisiens précis .

Sur la page de gauche, la citation du prix Goncourt pour Je m’en vais. Lui faisant face, l’illustration pleine page de l’auteur de Pyangyang. Le format à l’italienne de Ici ou ailleurs magnifie les dessins de Guy Delisle. Dans une veine ligne-claire, il emporte ses lecteurs. Ses planches en noir et blanc sont agrémentées de superbes aplats bleus.

Ici ou ailleurs : voyage par la prose de Jean Echenoz et le dessin de Guy Delisle. Une découverte originale de Paris !

Article posté le lundi 09 septembre 2019 par Damien Canteau

Ici ou ailleurs de Jean Echenoz et Guy Delisle (L'Association)
  • Ici ou ailleurs
  • Auteur : Guy Delisle d’après les textes de Jean Echenoz
  • Éditeur : L’Association, Hors Collection
  • Prix : 19€
  • Parution : 21 août 2019
  • ISBN :  9782844147455

Résumé de l’éditeur : Rencontre au sommet entre Guy Delisle (fauve d’or en 2012) et Jean Echenoz (prix Médicis en 1983 et Goncourt en 1999). Accordant tous les deux une grande importance à l’environnement et l’atmosphère des lieux dans lesquels ils placent leurs récits, c’est la Corée du Nord, respectivement à travers Pyongyang, et Envoyée spéciale, qui a amené les deux auteurs à se rencontrer. Et c’est à Marseille, pour le Festival Oh les beaux jours ! en 2018, qu’est né le projet Ici ou ailleurs. Guy Delisle propose une promenade au gré des rues citées dans l’oeuvre d’Echenoz, en illustrant de son trait précis et ses gris légers les textes au style réputé minimaliste de l’écrivain. Dans un même mouvement, au travers de la graphie manuelle, les traits de l’écriture rejoignent les traits du dessin. À Paris souvent, mais pas seulement, les décors volontairement déserts évoquent sans les figer les scènes qui s’y déroulent, et permettent au lecteur d’y pénétrer et s’approprier les lieux.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir