Iruma à l’école des démons

Iruma est vendu par ses parents à un démon. Le vieillard excentrique expédie le jeune homme à l’école des démons. Et si ses camarades découvrent que c’est un humain -un casse-croûte – Tant pis !

Le jeune Iruma n’est pas né sous une bonne étoile. Il est même né avec un poisse surprenante. Ses parents sont maîtres dans l’art de faire n’importe quoi. Le garçon a grandit en enchaînant les plans nuls et dangereux, noyé dans la négligence la plus totale mais avec la fâcheuse manie de dire … « Oui »… à toutes les demandes.

C’est peut-être sa caractéristique principale, à Iruma. Il ne sait pas dire « non » de peur de froisser ou de peur d’être malmené. Bref. Un jour ses parents invoquent un démon, « par curiosité ». Et manque de pot, ça fonctionne. Ni une ni deux, ils lui donnent leur fils contre de l’argent. Une jolie vente contre laquelle Iruma n’aura pas su dire non.

Sauf que le démon en question, c’est un vieux bonhomme excentrique qui a toujours rêvé d’avoir un petit-fils. Et en plus, il est directeur de l’école des démons !

Iruma se voit donc imposé d’entrer à l’école des démons, tout humain qu’il est – rappelons ici que les démons mangent les humains – malgré sa poisse monumentale, il se débrouille étonnamment bien !

Il pourrait même découvrir le sens du mot amitié, celui du mot famille. Se redécouvrir lui-même et voir son avenir, dans les tréfonds des enfers, devenir bien plus amusant et ambitieux que dans le monde des humains.

Iruma à l’école des démons est une comédie jeunesse pure souche. Drôle , décalé. Iruma est ce qu’on appelle un « cinnamon roll« . Une brioche à la cannelle. L’expression désigne un personnage incroyablement doux et gentil mais qui est confronté à plus de souffrance qu’il ne le mérite (comme Midoriya Izuku et Kamado Tanjiro). Dans Iruma à l’école des démons, la partie « souffrance » est désamorcée par des situations comiques récurrentes.

Grâce à une farandole de personnages variés et colorés, l’Enfer peint par Osamu Nishi est un voyage initiatique très amusant. Un Shônen bourré de péripéties curieuses et de bonnes promesses pour la suite.

A l’heure où j’écris cette chronique (un vendredi matin à 7h) 4 tomes sont sortis et le 5e arrive le 27 janvier, chez Nobi-Nobi, par le crayon d’Osamu Nishi. Public visé ? Tout le monde, dès 11 ans !

Article posté le vendredi 18 décembre 2020 par Ma Lo Torikō

  • Iruma à l’école des démons
  • Auteur : Osamu Nishi
  • Éditeur : Nobi-Nobi
  • Prix : 7,20€
  • Parution : 16 septembre 2020
  • ISBN : 9782373493863

Résumé de l’éditeur : Un jour, le jeune Iruma devient, bien malgré lui, le petit-fils adoptif d’un papy démon excentrique. Une nouvelle vie commence alors pour lui à Babyls, une école peuplée de monstres en tout genre, où personne n’a jamais vu d’humain mais tout le monde rêve d’en dévorer un ! Et entre les démons qui le défient en duel, les succubes extravagantes et les épreuves scolaires mettant sa vie en péril, Iruma ne pourra compter que sur un atout : sa gentillesse désarmante. Mais comment un humain au bon cœur va-t-il pouvoir survivre dans cet enfer ?!

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo Torikō

Ma Lo Torikō

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir