La mécanique du sage

« En alternance », voilà l’état psychologique dans lequel se trouve Charles Hamilton. Alors qu’il devrait être heureux au vu de sa situation, il ne l’est pas. Gabrielle Piquet dévoile sa vie dans La mécanique du sage, un album tout en douceur édité par Atrabile.

Découverte par le très joli Les idées fixes (Futuropolis) et La nuit du misothrope (Atrabile), Gabrielle Piquet est une autrice de très grand talent. Née à Paris en 1979, elle suit les cours de l’Ecole européenne supérieure de l’image d’Angoulême. Elle obtient son diplôme en 2006 et débute sa carrière avec l’adaptation de Tout à l’ego de Benacquista (Trois fois un). Elle travaille ensuite sur Les enfants de l’envie (Prix Töpffer 2010) à la Maison des auteurs de la cité angoumoisine.

Pour son nouvel album, elle se penche sur la vie de Charles Hamilton, grand bourgeois habitant à Édimbourg au début du XXe siècle. Alors que tout lui réussi, qu’il est à l’abri financièrement, il n’est pas heureux dans sa vie. Son humeur est changeante. Il alterne entre des phases d’euphorie et des moments de spleen. Même sa petite fille ne suffit pas à lui faire remonter la pente. Il lui faudrait un homme sage pour le guider, le rassurer et le faire avancer…

Gabrielle Piquet s’inspire de la vraie vie de l’homme pour la raconter en dessin. Cet album tout en douceur, a le pouvoir d’interroger le lecteur. Qu’est-ce qu’une vie réussie ? Qu’est-ce que le bonheur ? Doit-on tout attendre de soi, des autres ? L’autrice met ainsi l’accent sur cette quasi obligation par nos sociétés contemporaines d’être heureux. Et si tout le monde ne pouvait pas y accéder ? Si tout le monde ne le recherchait pas tout le temps ? L’autrice navigue entre un humour très cynique, ironique et une bienveillance pour ses protagonistes.

La grande force de La mécanique du sage réside dans la psychologie des personnages, très recherchée et très juste. Elle est couplée à une partie graphique simple et minimaliste. Proche des premiers travaux de Jean-Jacques Sempé – dont elle admire l’œuvre – le dessin de Gabrielle Piquet est très beau.

Article posté le mercredi 18 mars 2020 par Damien Canteau

La mécanique du sage de Gabrielle Piquet (Atrabile)
  • La mécanique du sage
  • Autrice : Gabrielle Piquet
  • Éditeur : Atrabile
  • Prix : 15 €
  • Parution : 17 janvier 2020
  • ISBN : 9782889230877

Résumé de l’éditeur : Edimbourg, début du XXe siècle. Charles Hamilton a tout pour être heureux: un confort financier qui le met à l’abri du besoin, des nuits bien remplies et des journées oisives juste ce qu’il faut. Et pourtant, après la fête, c’est la descente. Victime de troubles de l’humeur, de hauts et de bas, Charles Hamilton se sent en alternance. Déçu par l’amour, Charles est néanmoins père d’une petite Sophia, mais ne voit pas là de quoi combler ce vide existentiel qui l’habite. Ce qu’il lui faudrait c’est un exemple – un maître, un sage, là, au fond de son jardin. En s’inspirant de l’histoire (réelle) de Charles Hamilton et de son « ermite ornemental », Gabrielle Piquet traque des maux bien modernes – recherche d’un bien-être perpétuel, positivisme à tout crin – et nous interroge sur cette dictature du bonheur qui voudrait éradiquer de nos vies toute forme d’aspérité, comme si la vie ne pouvait, ne devait être que réjouissance et béatitude. On retrouve dans La Mécanique du Sage toutes les qualités qui faisaient déjà le charme de La Nuit du Misothrope: un dessin aux influences retro tout en élégance, une écriture mélodieuse d’une grande finesse, avec en prime une touche d’ironie et un humour pince-sans-rire du plus bel effet.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir