Les décastés d’Orion, première partie

Notre avis : Après L’autoroute sauvage, les éditions Les Humanoïdes associés poursuivent leur travail d’adaptation des romans de Julia Verlanger avec Les décastés d’Orion, signé Corbeyran et Jorge Miguel.

Temple d’Issati. Kolhen et Liséa s’adonnent à un grand moment charnel. Ils sont surpris par les gardes de la cité. L’homme appartient à la caste des Guerriers tandis que la jeune femme est la grande prêtresse de la fertilité. Elle lui a tendu un piège fomenté par Les officiants, qui tiennent le pays d’une main de fer; un monde proche du Moyen-Age.

Kolhen est alors jugé en place publique, décasté : il appartient maintenant à la caste des parias, une croix sur le bras. Jeté en prison, il fait la connaissance de Tryana, une chasseresse. Alors qu’ils sont transférés dans un autre établissement pénitentiaire, ils réussissent à s’échapper et se réfugient dans une troupe de cirque.

Non loin de là, une jeune femme dans un vaisseau spatial doit atterrir en urgence sur la planète. Deux jours plus tard, elle est épiée par des pirates…

Après Horlemonde et L’autoroute sauvage, voici la troisième adaptation de la romancière de science-fiction Julia Verlanger (1929-1985). Née Eliane Taïeb,elle prend ce pseudonyme pour écrire et parfois celui de Gilles Thomas.

Pour adapter ce très bon roman, les éditions Humanoïdes associés a fait appel à Eric Corbeyran. Le scénariste prolifique met en scène une très bonne aventure et rythmée. Même si les ressorts du récit sont classiques, ils sont d’une grande efficacité. Le souffle de la science-fiction est présent et les thématiques plutôt intéressantes : les castes, un régime tenu de main de maître par un petit groupe et les jugements hâtifs. L’opposition modernité (futurisme, vaisseau…) et époque médiévale de la planète fonctionne plutôt bien.

L’histoire bénéficie de la belle partie graphique de Jorge Miguel. L’auteur portugais – Z comme Zombie ou Seul – dévoile des planches au style réaliste de belle facture. Ses pages et son découpage classiques sont efficaces.

Article posté le mercredi 04 janvier 2017 par Damien Canteau

Les décastés d'Orion de Corbeyran et Jorge Miguel d'après Julia Verlanger (Humanoïdes associés) décrypté par Comxitrip le site Bd de référence
  • Les décastés d’Orion, première partie
  • Scénariste : Eric Corbeyran, d’après le roman de Julia Verlanger
  • Dessinateur : Jorge Miguel
  • Éditeur : Les Humanoïdes Associés
  • Prix : 13.95€
  • Parution : 04 janvier 2017

Résumé de l’éditeur : Exclu de la caste des guerriers, Kohlen est en fuite. sa route croise l’envoyée d’une autre planète. Décasté ! La sentence tombe en même temps que le fer brûle le bras de Kolhen. À la place de son tatouage de guerrier, le jeune homme porte désormais la croix des parias, les « décastés » comme on les appelle sur la planète Orion NG2112. Déterminé à prouver son innocence et à se venger de ceux qui l’ont piégé, Kohlen parvient à s’échapper. Son chemin croise alors celui d’une femme aux cheveux d’or, possédant un véhicule volant. Une magicienne ? Non, elle se dit l’envoyée d’une autre planète : la Terre.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir