Mécanique céleste

Un match de Mécanique céleste bouleverse la vie de Wallis et Aster. Ce jeu et leur existence sont racontés dans cet très bel album de Merwan chez Dargaud.

Février 2068, forêt de Fontainebleau. Aster se réveille encore complètement déboussolée : elle a cauchemardé. Au centre de Pan (un lieu à part), elle a rêvé qu’elle était là, immobile.

Elle raconte ce songe à Wallis, un jeune homme proche de la nature – il lit Thoreau – timide et secrètement amoureux d’elle. Ils partent ensemble dans la ville abandonnée d’à côté pour trouver à manger. Là, Aster récupère un obus qu’elle ira vendre dans la cité agricole de Pan.

Alors que le futur représentant des lieux doit être désigné par les autres membres de la communauté, un drone survole l’amphithéâtre. Arrive alors l’ambassadeur avec une cohorte de soldats. Il veut rétablir l’ordre. Les habitants de Pan répondent par un défi, la Mécanique céleste, un jeu ressemblant à la balle aux prisonniers…

Mécanique céleste, l’album de Merwan est multiple et met en lumière de nombreuses thématiques contemporaines. Cette excellente aventure post-apocalyptique est accrocheuse. Le dessinateur de Jeu d’ombres choisit un futur proche pour raconter son histoire. La région parisienne est sous les eaux. Les villes ont été abandonnées – la nature a repris son bien – et les survivants se sont constitués en clan. Ainsi Wallis et Aster vivent à Pan, une cité agricole, proche de la terre où la vie des habitants est auto-gérée. Leur existence semble douce malgré les recherches fréquentes de nourriture.

Ces habitants doivent néanmoins subir les foudres de l’ambassadeur, qui veut remettre de l’ordre et ne supporte pas l’idée que Pan soit si autonome. Pour départager leurs dissensions, un match de Mécanique céleste est organisé. Ce jeu proche de la balle aux prisonniers rassemble les meilleurs. Ce qui n’est pas le cas de Pan, les joueurs ne semblent pas très doués. C’est donc un mélange de DodgeBall et de Hunger Games mais dans un contexte plus doux.

En effet, la nature est au centre de l’album et les Hommes s’y accommodent et non l’inverse. Les scènes de Mécanique céleste, celles du jeu, sont superbes. Il y a du mouvement dans les postures des joueurs. Les aquarelles de Merwan apportent de la vivacité mais aussi de la chaleur au récit. Cette belle dystopie est nommée en Sélection jeunes adultes à Angoulême 2020.

Article posté le dimanche 19 janvier 2020 par Damien Canteau

Mécanique céleste de Merwan (Dargaud) - sélection jeunes adultes angouleme
  • Mécanique céleste
  • Auteur : Merwan
  • Editeur : Dargaud
  • Prix : 25 €
  • Parution : 27 septembre 2019
  • IBAN : 9782205078183

Résumé de l’éditeur : Dans un monde post-apocalyptique – non loin de la ville de Fontainebleau (!) – Aster survit en marge de la cité agricole de Pan, avec l’aide de son ami Wallis. L’équilibre fragile de la communauté bascule à l’arrivée d’un émissaire de la puissante république militaire de Fortuna, qui exige le rattachement de Pan à Fortuna ainsi qu’un tribut de nourriture sous peine d’envahir leur cité par la force. Dos au mur, les habitants de Pan s’en remettent à la mystérieuse Mécanique Céleste pour arbitrer leur destin… Leur surprise sera de taille lorsqu’ils découvriront que l’avenir de leur cité va se jouer à… la balle au prisonnier !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir