Mémoires de Viet Kieu 4

Clément Baloup poursuit sa formidable série Mémoires de Viet Kieu avec Les engagés de Nouvelle-Calédonie. Encore un excellent opus édité par La Boîte à Bulles.

Clément Baloup est un auteur qui nous plait de plus en plus chez Comixtrip. Son talent graphique et ses mises en lumière d’anonymes émigrés broyés par le système, sont passionnants !

Pour chacun des 4 volumes et le hors-série des Mémoires de Viet Kieu, l’auteur français né en 1978 aborde les questions de l’immigration mais également des problématiques sociales dans les pays d’origine des migrants et dans ceux d’arrivée. La qualité des histoires et sa solide documentation lui ont valu de nombreuses récompenses.

Si les premiers volumes parlaient des migrants asiatiques (Vietnam; Chine, Taiwan…), ce nouvel opus se déroule en Nouvelle-Calédonie.

L’auteur de Dans l’ombre de Don Giovanni met en scène des habitants de l’île française. Certains comme Thi Gia, une immigrée vietnamienne, vient travailler dans les mines de nickel à ciel ouvert dans les années 1930. Sur le paquebot l’emmenant en Nouvelle-Calédonie, elle rencontre Chuc son futur mari.

Les lecteurs découvrent ainsi les conditions parfois inhumaines dans ces entreprises françaises. Surnommés Chan Dang, ses premiers volontaires vietnamiens, furent ensuite rejoints par des milliers de Tonkinois.

Avec une grande justesse, Clément Baloup raconte une partie de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie, territoire assez méconnu des métropolitains, son histoire l’est aussi fortement. Le caillou fascine par ses paysages, attire par ses populations kanaks et mélanésiennes.

Article posté le vendredi 18 décembre 2020 par Damien Canteau

Mémoires de Viet Kieu 4 de Clément Baloup (La boite à bulles)
  • Mémoires de Viet Kieu, tome 4 : Les engagés de Nouvelle-Calédonie
  • Auteur : Clément Baloup
  • Editeur : La Boîte à Bulles
  • Parution : 07 octobre 2020
  • Prix : 14,50 €
  • ISBN : 9782849533758

Résumé de l’éditeur : L’histoire des Vietnamiens en Nouvelle-Calédonie commence à la fin du 19e siècle, alors que les entreprises françaises ont besoin de main d’oeuvre pour exploiter les mines de nickel de l’île. On laisse croire aux candidats indochinois, écrasés par la misère chez eux, qu’il s’agit d’une aubaine. De nombreuses vagues d’engagés vont se succéder jusqu’en 1945. Durant ce demi-siècle marqué par l’esprit colonial, les engagés sont maltraités, sous prétexte de soumission au code de l’indigénat, au même titre que les Kanaks. Une majorité d’entre eux retournent au Vietnam après la seconde Guerre Mondiale. Mais près d’un millier d’entre eux sont restés sur le Caillou, donnant naissance à une communauté forte aujourd’hui de plus de 2500 personnes. Composante active de la mosaïque ethnique de l’île, la communauté vietnamienne rappelle que les enjeux entre loyalisme et indépendantisme ne se résument pas à une dualité entre blancs et noirs. Mêlant investigation et témoignage, Clément Baloup nous emmène à la découverte d’un épisode méconnu de l’histoire coloniale française sur une île à la fois infernale et paradisiaque.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir