Prénom Inna, une enfance en Ukraine

Cheffe de file des Femen pendant plusieurs années, Inna Shevchenko dévoile sa vie dans Prénom : Inna, une enfance en Ukraine. Pour cela, elle est aidée au scénario de Simon Rochepeau et au dessin par Thomas Azuelos.

Dissidente ukrainienne, Inna Shevchenko raconte son enfance et son adolescence dans cette très belle bande dessinée, juste, forte et engagée.

L’album s’ouvre sur une séquence éprouvante pour la militante : elle était l’invitée d’une conférence à Copenhague quelques semaines après les attentats de Charlie Hebdo. Un homme armé tire. Elle est mise en sécurité.

« Je dois tenir bon »

Cet événement la renvoie à son passé; une enfance et une adolescence en Kherson en Ukraine. On la découvre combattante, elle qui croit en la politique de Ioulia Timochenko, au point de se faire la même coiffure.

Enthousiasmé par leur précédente publication, La ZAD c’est plus grand que nous, nous sommes de nouveau épatés par le travail de Rochepeau et Azuelos. Leur œuvre se met en place petit à petit. Une œuvre militante et engagée. Leur sujet, Inna Shevchenko, est fort et semble les inspirer. Défense des Droits de l’Homme, lutte pour les Droits des Femmes et liberté d’expression sont au cœur de ce premier tome d’un diptyque qui débute très bien. Le suivant mettra vraisemblablement en image les combats des Femen et l’exil d’Inna en France.

Article posté le vendredi 20 mars 2020 par Damien Canteau

Prenom Inna de Inna Shevchenko, Thomas Azuelos et Simon Rochepeau (Futuropolis)
  • Prénom : Inna, une enfance en Ukraine, tome 1/2
  • Scénaristes : Inna Shevchenko et Simon Rochepeau
  • Dessinateur : Thomas Azuelos
  • Éditeur : Futuropolis
  • Prix : 18 €
  • Parution : 05 février 2020
  • ISBN : 9782754827379

Résumé de l’éditeur : Kherson, en Ukraine, janvier 1996. Inna a 6 ans. Elle regarde, par la fenêtre de l’appartement où elle vit avec ses parents et sa soeur aînée Yulia, le noir qui enveloppe les sinistres immeubles de la cité. Inna adore quand « le vieux géant » coupe l’électricité. Pour ses parents comme pour les autres habitants, c’est l’état de délabrement du pays qui provoque ces coupures à répétition, et qui ne facilitent pas la vie quotidienne. L’effondrement de l’U. R. S. S., sept ans plus tôt, a provoqué une perte totale des repères, une paupérisation absolue, et la prospérité des mafias et des seigneurs de guerre. La petite Inna subit de plein fouet le déclassement humiliant de ses parents, en même temps qu’elle observe son oncle Vanya s’enrichir frauduleusement. En septembre 2000, le journaliste dissident Gueorgui Gongadzé est enlevé et assassiné. Une partie du peuple est scandalisée et soupçonne le président Leonid Koutchma d’être le commanditaire de cet assassinat. C’est à ce moment-là qu’Inna décide de devenir journaliste, comme Gongadzé. Elle n’a que dix ans, mais la figure de ce héros va la hanter durablement…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir