Thoreau et moi

Cédric Taling adapte librement la pensée de Henry David Thoreau avec le très joli Thoreau et moi aux éditions Rue de l’échiquier.

Artiste peintre quadra, Cédric reçoit souvent la visite de Henry David Thoreau, le philosophe naturaliste américain. Mort depuis plus de 100 ans (en 1862), il lui apparaît fréquemment affublé d’un grand nez en forme de saucisse.

Il faut souligner que l’artiste est en plein doute dans sa vie et que les dialogues avec Thoreau lui permettent d’avancer. Transcendantaliste (la bonté inhérente des humains et de la nature), l’auteur américain a notamment écrit La désobéissance civile qui montre tout son dégoût de l’esclavagisme, ainsi que Walden ou la vie dans les bois (1854) qui met en scène un homme qui va profondément changer sa façon de penser, de consommer et de vivre au contact de la nature. Ainsi le père-naturaliste va avoir une vraie influence dans la vie de Cédric.

L’album est surprenant, parfois ardu à la lecture et drôle. Il y a de la fantaisie et du fantastique dans Thoreau et moi. Cet album original est incroyablement actuel notamment sur les questions des humains vis-à-vis de l’écologie et de l’environnement.

A l’heure où les étudiants et les lycéens s’inquiètent du dérèglement climatique et de la non-action des politiques, où Greta Thunberg va de plateaux TV en plateaux TV pour expliquer le mouvement et où L’affaire du siècle a obtenu plus de 2 millions de signatures, Thoreau et moi est un indispensable à lire !

Article posté le samedi 18 mai 2019 par Damien Canteau

Thoreau et moi de Cédric Taling (Rue de l'échiquier)
  • Thoreau et moi
  • Auteur : Cédric Taling
  • Éditeur : Rue de l’échiquier
  • Prix : 17.90€
  • Parution : 11 avril 2019
  • ISBN : 9782374251523

Résumé de l’éditeur : Nourri de lectures sur les risques écologiques et l’urgence d’une descente énergétique radicale, Cédric, artiste peintre quadragénaire parisien, est traversé par de profondes angoisses existentielles. Cette sensibilité particulière le met mystérieusement en contact avec l’esprit de Henry David Thoreau (1817-1862), figure fondatrice de la philosophie décroissante. Celui-ci apparaît régulièrement à Cédric, tel un Jiminy Cricket d’aujourd’hui, empruntant au fil de leurs rencontres diverses formes animales et végétales plus ou moins abouties – une sorte d’incarnation animiste de leur empathie commune pour la nature. Ils poursuivent ainsi une conversation philosophique intermittente qui leur permet de constater qu’à deux siècles d’écart, les problématiques issues de l’exacerbation du capitalisme et du consumérisme demeurent inchangées. Malgré les avancées scientifiques et technologiques, les humains persistent à succomber aux mêmes folies plutôt que de rechercher les plaisirs simples. Temporairement séduit par les thèses des collapsologues puis des survivalistes, Cédric finit par trouver un terrain à la campagne, près d’un lac, pour y construire une maison hobbit autosuffisante. Très librement inspirée de Walden, ou la vie dans les bois , le chef-d’oeuvre de Henry David Thoreau, cette bande dessinée retrace la prise de conscience écologique d’un homme d’aujourd’hui et pose la question universelle du changement de vie : face aux impasses de notre modèle social, comment mener une existence qui a du sens ?

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir