Tokyo ghost # 1 : Eden atomique

Notre avis : Que sera la Terre dans quelques décennies ? Les Hommes seront-ils tous hyper-connectés ? Seront-ils tous accros aux nouvelles technologies ? Rick Remender et Sean Murphy tentent d’y répondre dans le premier tome de Tokyo Ghost, un début de saga d’anticipation très intéressant aux éditions Urban Comics.

2089, sur la Terre. Tous les Hommes ont succombé à l’hyper-connectivité et à l’ultra-technologie. Ce mode de vie est à la fois écrasant, leur seule préoccupation mais aussi le seule fenêtre vers la liberté. Parmi eux, il y a Let et Debbie, employés de la Flak Corp – une agence de sécurité – le premier consacre sa vie aux technologies quant à la seconde, elle est une zéro tech, c’est-à-dire qu’elle n’a aucun lien avec cette hyper-connectivité.

Les deux collègues décident d’effectuer une ultime mission, celle de partir pour Tokyo, un lieu vierge de toute technologie; un monde tech-free qui semble résister à la mode du moment. Cela permettra-t-il à Let de se débarrasser de son côté addictif ?

Accro aux comics, Rick Remender dévoile un premier volet de Tokyo Ghost, plutôt plaisant et bien écrit. Le scénariste de Black Science plonge le monde dans un univers où la technologie a pris le pas sur l’Humain et les sentiments. Pour incarner son histoire, il met en scène Let et Debbie, différents mais complémentaires et amoureux. Cherchant l’eldorado – un ailleurs meilleur – leur quête sera parsemée d’embûches et leur feront vivre des aventures où les affrontements seront légion.

Déclaration d’amour à Mad Max 2 – le long métrage culte réalisé par George Miller – Rick Remender flirte aussi du côté de Jugde Dredd ou 13 assassins. Par son premier volume de saga, il essaie de réfléchir à notre dose quotidienne d’internet et d’autres objets connectés, notre volonté de connaître toutes les informations mais aussi notre soif de divertissement. De plus, il confie : « Ce qui m’intéresse dans cette thématique, c’est l’idée que tous les accros de notre monde moderne doivent s’appuyer sur un proche pour tenir le coup. » Ainsi Debbie semble être la bouée de sauvetage de Let, sa dernière chance pour ne pas sombrer corps et âme dans ces mondes virtuels. « Elle est le Jiminy Cricket de Led, toujours sur son épaule à essayer de l’orienter dans le bon sens […] ».

L’ambiance sombre est bien restituée par Sean Murphy, plus à son aise dans la seconde partie de l’album, à partir du moment où il met en scène Tokyo. Les personnages sous influence japon médiéval sont alors extrêmement pensés et réussis. Agrémentées de sublimes couleurs de Matt Hollingsworth, les planches du dessinateur de The Wake sont agréables à l’oeil.

Article posté le samedi 14 mai 2016 par Damien Canteau

  • Tokyo Ghost, volume 1 : Eden atomique
  • Scénariste : Rick Remender
  • Dessinateur : Sean Murphy
  • Editeur : Urban Comics, collection Urban Indies
  • Prix : 10€
  • Parution : 29 avril 2016

Résumé de l’éditeur : L’archipel de Los Angeles, 2089. L’Humanité est devenue totalement accro à la technologie. Créer le buzz est désormais l’unique motivation d’une population tenue dans une dépendance virtuelle et asservie par un gouvernement ouvertement criminel. Et vers les criminels se tournent-ils lorsqu’ils doivent faire appliquer leur loi ? Led Dent et Debbie Decay sont le bras armé de ce pouvoir corrompue et leur prochaine mission les emmènera en plein coeur des Jardins Préservés de Tokyo, bien au-delà de l’influence de leurs commanditaires.
Contenu : Tokyo Ghost vol.1 : Atom Garden (#1-5)

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir