Virginia Woolf

Avec Virginia Woolf,  son album traduit de l’italien et édité chez Des Ronds dans l’O, Liuba Gabriele nous permet de découvrir qui était la femme qui se cachait derrière la femme de lettres, une des grandes figures littéraires du 20e siècle.

Une femme à découvrir

Dès les premières pages de cet album, comment ne pas être marqués par le mouvement, l’ondulation des traits, un film est littéralement en train de se dérouler sous nos yeux. Nous sommes en 1941, une femme se promène dans la campagne anglaise. Elle se trouve en bordure d’une rivière. Ce seront ses derniers pas. Cette femme c’est Adeline Virginia Alexandra Stephen (1882-1941), plus connue sous le nom de Virginia Woolf ( (1882-1941).

Rapidement viennent à notre regard les couleurs utilisées. Dans cette période des années 1920, on s’attend plutôt à découvrir un album en sépia.

C’est le total contre pied qu’a pris Liuba Gabriele, l’autrice italienne de ce roman graphique.
Retour en 1922, c’est lors d’une réunion au Bloomsbury group auquel elle appartient, ainsi que son époux Leonard, que Virginia rencontre la poétesse Vita Sackville-West (1892-1962).

Même si ce n’est pas le coup de foudre immédiat entre elles-deux, l’amour enflammé sera bien au rendez-vous deux ans plus tard.

Une femme perdue

C’est à la première personne du singulier que l’autrice a choisi d’écrire cet album, ce qui nous procure l’étrange sentiment d’entrer dans la tête et dans la correspondance de ces deux femmes.
Nous sommes à côté d’elles quand elles se parlent et se regardent, quand elles s’écrivent et se lisent, quand leurs peaux se rapprochent et s’aiment.

Les vagues, l’onde, l’eau… Pendant toute sa vie, Virginia sera submergée par cet élément liquide. Une vague de disparition dans sa famille la laisse avec un vague à l’âme. L’onde de choc de la seconde guerre mondiale lui fait douter de l’existence d’un monde meilleur.

L’eau devient alors, pour elle, le seul endroit pour accueillir son mal être.

Un album lumineux

Et c’est avec ses crayons de couleur aux teintes vives et de manière émouvante que Liuba Gabriele donne vie mais également éteint la vie de cette écrivaine féministe. Elle qui aura marqué son siècle avec Mrs Dalloway (1925), La Promenade au phare (1927), Orlando (1928) et Les Vagues (1931)…

Un magnifique album pour remettre à flots une existence riche intellectuellement mais noyée par les émotions et la peur de finir folle.

Article posté le dimanche 13 mars 2022 par Claire Karius

Virginia Woolf de Liuba Gabriele chez Des Ronds dans l'O
  • Virginia Woolf
  • Autrice : Liuba Gabriele
  • Éditeur : Des Ronds dans l’O
  • Prix : 20,00 €
  • Parution : 02 Mars 2022

Résumé de l’éditeur : « Cette biographie commence le jour de la mort de Virginia . Elle marche seule, le long de la rivière. Dès les premières cases, on est subjugué par le personnage. Le dessin et les couleurs de Liuba Gabriele, suggèrent l’intensité et la profondeur des réflexions de l’écrivaine et le texte nous entraîne dans ses romans, œuvre fondamentale qui a fait de Virginia Woolf, une des écrivaines les plus marquantes de son époque et qui reste aujourd’hui, une œuvre fondatrice. Liuba Gabriele est une jeune artiste italienne, diplômée de l’Académie des Beaux-Arts de Brera . Elle utilise des couleurs intenses et le choix d’une écriture poétique rend un vibrant hommage à Virginia Woolf… La vie de l’écrivaine est retracée à travers ses propos et des personnes qui ont traversé sa vie, sa sœur Vanessa et le cercle de Bloosmbury, son mari Leonard et son amante et amie Vita Sackville-West. »

À propos de l'auteur de cet article

Claire Karius

Passionnée d'Histoire, Claire affectionne tout particulièrement les bulles qui abordent ces thèmes, mais pas seulement. Elle aime les lectures humaines et intimes qui savent l'émouvoir et lui donnent espoir en la vie. Elle partage sa passion sur sa page Instagram @fillefan2bd.

En savoir