Top 10 des BD sur la voile

Comixtrip vous propose une sélection des meilleures bandes dessinées sur le thème de la voile. De L’épervier à HMS, en passant par Esteban ou Histoires du Vendée Globe, découvrez notre sélection d’albums valant le détour.

Forcément subjectif, notre Top 10 des  BD sur la voile peut prêter à discussion. Si vous avez des coups de cœur dans ce domaine, n’hésitez pas à nous en faire part en nous présentant vos albums dans la rubrique commentaires.

1.

L’épervier, intégrale 1 (premier cycle)

de Patrice Pellerin (Dupuis)

Pour les uns, il est Yann de Kermeur, noble breton au passé mal connu. Pour les autres, il est l’Épervier, corsaire du Roi de France, respecté et redouté à travers les mers. Accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, l’Épervier va devoir affronter la haine de ses ennemis et prouver son innocence. Voici enfin réunie l’intégralité de ces aventures pleines de panache, d’embruns et de fureur !

2.

Esteban, intégrale 1

de Mathieu Bonhomme (Dupuis)

Engagé comme mousse sur le baleinier Le Léviathan, Esteban, un jeune Indien de la Terre de Feu, découvre l’âpreté de la vie à bord, mais aussi la solidarité qui lie les hommes entre eux face aux dangers de la mer. Alors que les premiers navires à vapeur font leur apparition, en ce début du XXe siècle, et avec eux les prémices de la pêche industrielle, c’est tout un monde qui est en train de basculer, la violence et la cupidité des hommes se substituant à toute autre loi.

3.

Bruce J. Hawker, intégrale 1

de William Vance (Le Lombard)

Bruce J. Hawker, fougueux lieutenant de la Royal Navy, nous entraîne dans ses aventures maritimes et amoureuses à bords de gigantesques et fascinants bateaux à voiles. Combats navals, océans déchaînés, complots, tous les ingrédients sont présents pour un récit à couper le souffle.

4.

Belem, tome 1 : Le temps des naufrageurs

de Jean-Yves Delitte (Glénat)

Le 31 Juillet 1896, le Belem, propriété de larmateur Fernand Crouan, quitte les chantiers de Saint-Nazaire et met le cap Montevideo pour le compte de la chocolaterie Meunier. Il y parvient cinquante jours plus tard avec à son bord douze hommes déquipage, le pilotin et le capitaine Lemerle dont cest le dernier voyage avant la retraite. Il gagne Belem trente jours plus tard, chargé de 121 mules. Un incendie à bord provoque la révolte de léquipage qui doit affronter lintransigeance du vieux capitaine. Cest à la suite de négociations houleuses que le navire finit par revenir à Nantes le 26 janvier 1987, après 46 jours dune traversée difficile. Du moins c’est ce que nous savons, car il apparaît que la réalité serait tout autre ! Ce premier voyage du Belem se lit comme une véritable histoire daventure aux multiples rebondissements, avec pour toile de fond le rude quotidien des matelots aux temps héroïques de la marine à voile.

5.

Moby Dick, intégrale

de Christophe Chabouté, d’après Herman Melville (Vents d’Ouest)

Des campagnes de pêche de plus de trois ans, les dangers de l’océan, la chasse elle-même où, armés de simples lances et harpons à bord de légères chaloupes, les marins s’exposent aux réactions redoutables et aux assauts furieux de cachalots de plus de soixante tonnes. En plus de la chasse, le travail harassant de remorquage, de dépeçage et de fonte du lard afin d’en extraire la précieuse huile ; souvent trois jours d’efforts continus sans le moindre repos… Les conditions de vie extrêmes de ces hommes, les dangers quotidiens où les matelots exorcisent leur peur en la muant en rage à l’encontre des cétacés qu’ils massacrent. Rage sournoisement attisée par cette folie de vengeance aveugle et obsessionnelle du capitaine Achab envers Moby Dick, le cachalot blanc qui lui a arraché la jambe par le passé.

6.

En mer

de Drew Weing (çà et là)

Dans un endroit que l’on imagine être l’Amérique ou l’Angleterre du 17e siècle, un colosse, poète sans le sous en manque d’inspiration, écume les bars d’un port. Kidnappé pour servir de matelot dans un navire en route pour Hong-Kong, il se frotte à la dure réalité de la vie en mer. Le navire se fait attaquer par des pirates, et au cours du combat qui s’ensuit, le Poète montre une bravoure et une force hors du commun. Il est fait second du navire et entame une vie de marin qui le mène sur tous les continents et toutes les mers. Aguerri par des années de voyages, il trouve finalement l’inspiration et écrit enfin un recueil de poèmes qu’il envoie à un éditeur. Le livre connaît un énorme succès.

7.

Le passage de Vénus, tome 1

de Autheman et Dethorey (Dupuis, Aire Libre)

Répondant aux ordres du roi Louis XV, le comte de Bougainville entreprend autour du monde un voyage qui doit l’amener, en 1769, sur l’île de France aujourd’hui l’île Maurice afin d’observer le passage de la planète Vénus devant le soleil. Ce phénomène exceptionnel, qui ne se produit qu’une fois par siècle environ, doit permettre aux savants d’établir l’exacte distance qui sépare la terre du soleil. Cette mission n’est pas la seule confiée à Bougainville. Outre l’astronome Verron, le navigateur est accompagné de Philibert Commerson, médecin naturaliste du roi, chargé, lui, d’étudier les trois règnes de la nature : minéral, végétal et animal. À quarante ans, Commerson se voue corps et âme à la botanique et… à son assistante, Jeanne Barré. Fous d’amour, les deux amants vont braver tous les interdits, et Jeanne s’embarquera sur « L’Étoile » habillée en homme…

8.

Le port des marins perdus

de Teresa Radice et Stefano Turconi (Glénat)

Automne 1807. Un navire de Sa Majesté récupère au large du Siam un jeune naufragé qui ne se rappelle que de son prénom : Abel. Le garçon se lie rapidement d’amitié avec le premier officier, capitaine du navire depuis que le commandant s’est enfui avec le trésor du bord. Abel retourne ensuite en Angleterre où il loge dans l’auberge tenue par les trois filles déchues du fuyard. Alors que la mémoire lui revient peu à peu, il découvre quelque chose de profondément troublant sur lui-même, et la véritable nature des personnes qui l’ont aidé…

9.

Histoires du Vendée Globe

de Alexandre Chenet et Renaud Garreta (Dargaud)

Le Vendée Globe, qualifié d’Everest des mers, raconté par celles et ceux qui le vivent. Pendant plus de trois ans, Alexandre Chenet et Renaud Garreta sont allés à la rencontre de skippers partis à l’assaut de ce tour du monde mythique. En mer, au coeur de la course, entre navigation et incidents techniques, choix stratégiques et engagement humain, ils nous emmènent dans cette régate planétaire

 

10.

HMS, l’intégrale

de Johannes Roussel et Roger Seiter (Long Bec)

1795. Pris en pleine tempête, trois navires La Danaé, le Thames et la Miranda sont au plus mal. Ce dernier sombre et les rares rescapés réussissent à monter sur le premier cité. John Fenton, l’un d’entre eux, est un tout jeune diplômé en médecine. Il est accusé de la mort d’une juge lorsqu’il était à terre. Embarqué un peu de force sur le premier bateau, il se retrouvera avec les vrais assassins du magistrat. De plus, le commandant de bord le nomme docteur du navire après les décès de Wood qui serait tombé en mer et du chirurgien en chef.

Article posté le mardi 01 août 2017 par Comixtrip

À propos de l'auteur de cet article

Comixtrip

En savoir