La présidente

7 mai 2017, Marine Le Pen est élue présidente de la République. Ce scénario choc et quasi inenvisageable est imaginé par François Durpaire aidé aux dessins de Farid Boudjellal, dans La présidente et édité par Les Arènes.

APRÈS LE VOTE, LA RÉPLIQUE

Le soir du vote, toute la France retient son souffle. L’image du prochain président qui apparait à la télévision est celle de Marine Le Pen. Elue seulement avec 50.41% des suffrages face à François Hollande, son score faible fait l’effet d’une bombe.

De suite, les réactions fusent et notamment dans la société civile : Antoinette, ancienne résistante de la Seconde guerre mondiale, malgré ses nombreux printemps est toujours à l’affût prête à débusquer les thèses de la haine. Fati, en attente du renouvellement de titre de séjour, petite amie de Tarik, petit-fils de cette belle grand-mère. Tous les trois sont réunis, ainsi que Stéphane autre membre de la famille pour débattre. Tout de suite, cette famille engage la résistance à travers la création d’un site resistance.fr, qui devient un vrai symbole-phénomène alimenté par des débats sur des forums. Antoinette ira de sa contribution en publiant des textes qu’elle a écrit.

APRÈS LE VOTE, LES RÉACTIONS DES MÉDIAS

Avant la passation de pouvoirs, qui se révélera exécrable et d’un mépris désagréable pour son prédécesseur, Marine Le Pen voit son triomphe décrypté par les médias lors de la soirée électorale : les éditorialistes de BFM, Itélé ou FranceTV réagissent, ainsi que les principaux hommes politiques. Les Unes des journaux européens et mondiaux titrent sur ce séisme.

De plus, des tensions commencent à naître aux quatre coins de la France. La police doit faire face à de nombreuses personnes qui manifestent.

UN GOUVERNEMENT LONGUET

La constitution du premier gouvernement de Marine Le Pen est confiée à Gérard Longuet, ex du GUD et rédacteur du premier programme économique du FN avant de rejoindre le RPR. Ainsi 16 personnalités d’extrême-droite ou quelques-uns de droite classique (Les Républicains) deviennent ministres : Morano à la famille, Mariani à la politique étrangère, Marini aux finances ou Vanneste à l’artisanat.

Le lecteur assiste aussi aux réflexions sur la photo officielle ainsi qu’à la création de la coalition FN-Les Républicains après les législatives qui permettent à Le Pen de gouverner. Enfin, lors de la garden-party à l’Elysée du 14 juillet, des personnalités sont conviées notamment Soral, Dieudonné, Buisson, Bardot, Lévy, Houellebecq, Finkelkraut, Sardou, Delon ou Zemmour.

LES COULISSES DE CE POUVOIR

Avec les échauffourées nombreuses, la société observe des purges dans les médias et même dans le milieu du rap. Pour asseoir son pouvoir, les premières mesures sont discriminatoires et la nouvelle présidente demande même un référendum pour obtenir la suppression du Conseil Constitutionnel. Les politiques économiques et étrangères se révéleront même catastrophiques.

RETOUR SUR L’HISTOIRE DU FN

Pour étayer son propos, François Durpaire met en avant la création du FN (en 1972 par François Duprat, d’anciens collabos et groupuscules néofascistes d’Ordre Nouveau), la prise de pouvoir par Jean-Marie Le Pen en 1975, la montée en puissance du parti d’extrême-droite mais aussi les dérapages du chef du parti (« Durafour crématoire », « les chambres à gaz détail de l’histoire » ou encore la violence physique contre une élue PS à Mantes la Jolie). De plus, l’auteur décline les dates importantes du parti  (1995 : les premières mairies FN, 1998 : la scission avec Bruno Mégret ou 2014 : les nouvelles mairies FN).

UN RÉCIT RÉALISTE

La grande force de l’album est son côté réaliste et plausible de ce scénario en 2017. Ce récit d’anticipation bénéficie d’un excellent décryptage de François Durpaire, historien spécialiste des Etats-Unis et qui possède un œil affûté sur la politique française. A la fois sombre et glaçant, La Présidente est d’une grande justesse dans les faits.

Néanmoins, l’exercice comporte des limites et notamment dans les personnalités proches du FN qui ont décidé de prendre de la distance depuis l’écriture de l’album, comme Chauprade ou Jean Roucas.

Les dessins de Farid Boudjellal apporte au récit une ambiance encore plus lourde, notamment avec des planches en noir et blanc. Les visages et les postures paraîtront encore très figés pour renforcer le parti-pris du narrateur.

« Vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas… »

Article posté le vendredi 20 novembre 2015 par Damien Canteau

  • La Présidente
  • Scénariste : François Durpaire
  • Dessinateur : Farid Boudjellal
  • Editeur: Les Arènes
  • Prix: 20€
  • Parution : 12 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : L’universitaire et historien François Durpaire et le dessinateur Farid Boudjellal racontent l’onde de choc qui suivrait en France et en Europe.
Aidés d’une équipe d’experts, ils nous font assister à l’inimaginable : l’intronisation de Marine Le Pen, la composition d’un nouveau gouvernement, l’application minutieuse et à marche forcée du programme du Front National.

Née de la guerre d’Algérie, la Ve République donne au Chef de l’État les pouvoirs les plus étendus de toutes les démocraties du monde. Comment Marine Le Pen pourrait-elle en profiter ? Quels contre-pouvoirs pourraient s’y opposer en France et en Europe ? La Présidente raconte cette histoire-là.

François Durpaire : " Je ne fais pas ça pour m'amuser "

Universitaire, spécialiste des questions d’éducation (1), François Durpaire est consultant de divers médias, dont RFM, sur les États-Unis où il a longtemps séjourné. Il a été l’un des rares à annoncer dès le début de la campagne voici sept ans la probable victoire de Barack Obama à la présidentielle américaine. Ce qui confère désormais à ses pronostics politiques une certaine crédibilité.
Né à Poitiers en 1971, il y a fait toutes ses études (collège Renaudot, lycée Victor-Hugo) et y revient régulièrement visiter sa famille. Sa prochaine visite pourrait être pour dédicacer sa dernière œuvre, inattendue : une bande dessinée, réalisée avec le dessinateur Farid Boudjellal. Le genre : l’u-chronie. Autrement dit la fiction politique.
Une fiction à court terme puisque le point de départ de cette BD didactique est le 7 mai 2017. Ce soir-là, les télévisions françaises annoncent à un pays en partie stupéfait l’élection de Marine Le Pen à la Présidence de la République. Une élection acquise face à François Hollande qui a bénéficié au premier tour de la division des droites, mais n’a pas réussi au second à réunir autour de son nom le vote républicain.

Dans l’ombre, le Bloc identitaire attend son heure

La suite est une série de catastrophes, de l’effondrement de l’économie française au soulèvement de l’Outre-Mer. Dans l’ombre, un personnage mystérieux attend son heure pour prendre le pouvoir… « La mouvance identitaire considère Marine Le Pen comme un cheval de Troie », prévient l’universitaire.
Quand on lui demande s’il n’a pas choisi cette série de scénarios catastrophes pour justifier sa démarche, François Durpaire se défend : « J’ai retenu le plus vraisemblable, j’ai collé au plus près au réel. Je suis persuadé que la primaire ne convient pas aux élections françaises et que la droite ne la digérera pas. » Une droite, il n’en doute pas, dont une partie s’empressera de se rallier à la nouvelle présidente dès l’élection terminée.
François Durpaire envisage donc sérieusement une défaite de François Hollande face à Marine Le Pen. « Mais dans le cas d’un duel Le Pen – Sarkozy, je ne vois pas non plus le peuple de gauche se reporter sur Sarkozy », pronostique François Durpaire, qui affirme ne pas jouer les Cassandre pour le plaisir : « Je ne fais pas ça pour m’amuser ! »
De ce côté-là, c’est plutôt réussi : on sort de la lecture de cet ouvrage accablé, pas tant par son héroïne principale, assez conforme à l’image lisse qu’elle se donne, que par les conséquences envisagées de son élection : « On n’est pas dans une optique d’insulte ou de caricature du FN et de ses électeurs », se défend François Durpaire qui affirme : « Moi je dis qu’elle va gagner. Je préfère passer pour quelqu’un qui a eu tort plutôt que de ne pas dire ce que je prévois et que j’analyse. »
Qu’est-ce qui pourrait entraver la logique de cette fiction ? « Que Marine Le Pen soit élue présidente de Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Gérer une région est quelque chose de lourd qui pourrait la gêner dans sa conquête présidentielle. Son intérêt, c’est de perdre de peu dans le Nord. A condition, bien sûr, que sa nièce ne gagne pas en PACA ! »
Les événements du 13 novembre, à Paris, influeraient-ils sur le scénario de la BD si François Durpaire l’écrivait aujourd’hui ? Tout au contraire : « Ce qui se passe depuis vendredi 13 me fait dire que notre hypothèse se rapproche. D’ailleurs, dans une première version, on avait fait commencer la BD par un attentat. Et puis on s’est dit : Non, c’est trop… »

Vincent Buche

(1) François Durpaire met la dernière main ces jours-ci à un essai co-écrit avec une collègue universitaire comme lui : « Fatima moins bien dotée que Marianne. L’Islam et l’école de la République. »

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir