Le château des étoiles

Le château des étoiles, voici le nouveau et beau projet de Alex Alice. Après Le troisième testament et Sigfried (Dargaud), il nous plonge dans une très belle aventure scientifique et fantastique, le tout sous forme des feuilletons dignes de Jules Verne. Le premier tome de la saga est intitulé 1869 : La conquête de l’espace.

Dystopie scientifique

1868, Nord de la France. La famille Dulac se tient autour d’une montgolfière, prêt pour l’expérience du siècle : la découverte de l’éther. Claire et Archibald sont de grands scientifiques qui travaillent sur ce fameux fluide, un des mystères du cosmos. En montant au-dessus de 11 000 mètres, une ampoule vissée au ballon s’allumera. Pourtant, la tension est palpable, le mari souhaite que sa femme renonce . Séraphin, le fils, est lui en admiration devant sa mère, pionnière dans ce domaine.

A huit heures, la montgolfière s’élève dans le ciel et à 10h45, à 12 900 m, la lampe s’allume mais la jeune femme disparaît à 11h55. Le ballon tombe et le carnet de bord de Claire se perd dans la forêt.

Un an plus tard, à Courrières. Comme d’habitude, à l’école, Séraphin présente les recherches de ses parents sur l’éther. Enthousiaste à l’idée de transmettre son savoir, il en oublie qu’il en parle dans tous ses exposés : en sciences, en philosophie et même en latin. De son côté, Archibald, continue ses travaux et invente un procédé pour que les ascenseurs acheminant les mineurs dans les galeries aillent plus vite.

Le petit garçon n’est pourtant pas dans les meilleures conditions : le premier jour des vacances coïncide avec l’anniversaire de la disparition de sa mère. Mais sa tristesse est brisée par l’arrivée d’un courrier fort intéressant. Un mystérieux individu les invite à Fussen en Bavière : il aurait retrouvé le carnet de Claire.

Le lendemain, à la gare de Lille, le garçon implore de nouveau son père afin de l’emmener avec lui. Ce dernier ne souhaite toujours pas qu’il vienne. Pourtant, un événement va changer la donne : deux individus menaçant leur demande de descendre du train et de les suivre. Après une folle course-poursuite, le père et le fils montent dans le train en marche.

A Fussen, Archibald confie Séraphin à l’aubergiste et part vers le Château du Rocher du Cygne. Le jeune garçon désobéit et croise le chemin de Hans, mal embarqué dans sa montgolfière. Le pilote est en panique, l’encre s’est détachée et il s’envole. Le fils du scientifique essaie alors de retenir l’engin, sans réussite. Ils se dirigent alors vers le château et y font une entrée fracassante. Le mystérieux individu qui détient le carnet n’est autre que le propriétaire de la belle demeure : le roi Ludwig, le souverain de Bavière…

Aventure, romantisme et humour

Voici une saga d’aventures scientifiques trépidante qui démarre sur le chapeau-de-roues. Le récit dense et solide d’Alex Alice mêle habilement l’aventure à la Jules Verne, le romantisme et un brin d’humour bien choisi. L’intrigue concernant l’éther, la disparition de Claire est très réussie. Le lecteur est tout de suite accroché par l’histoire mi-réaliste mi-fantastique. Quant aux personnages, ils sont partie prenante dans la réussite de l’album : Claire, scientifique sacrifiée et disparue ; Archibald, homme de sciences plutôt austère et pointilleux mais dont on pressent que l’action est vissée au fond de lui ; Séraphin, cultivé et néanmoins rêveur ; Ludwig, roi de Bavière aimant les inventions ; Hans, le caution humoristique de l’histoire et Sophie, sa sœur à l’énergie débordante. En plus des protagonistes, un lieu mystérieux attise la curiosité des enfants : L’aile du château fermée au public.

La Bavière est un décor parfait pour le merveilleux, le romantisme, la folie des recherches. Et Alex Alice la magnifie par de sublimes planches, assez éloignées du style qu’il avait abordé dans Siegfried ou Le troisième testament. Le talentueux auteur s’est entouré de spécialistes afin de rendre les engins volants, les plus vraisemblables possibles (notés au début de l’album), ainsi que pour la documentation. La grande nouveauté pour lui, ce sont les couleurs directes, elles aussi, magnifiques.

A noter que la maison d’édition Rue de Sèvres avait pré-publié l’histoire sous forme de trois journaux (entre mai et juillet). Ces gazettes étaient complétées par de très bons articles signés Alex Nikolavitch. Un très beau travail d’édition.

Article posté le samedi 27 septembre 2014 par Damien Canteau

Le Château des étoiles - © Rue de Sèvres, Alex Alice
  • Le château des étoiles, tome 1 : 1869, la conquête de l’espace
  • Auteur : Alex Alice
  • Editeur: Rue de Sèvres
  • Prix: 13.50€
  • Sortie: 24 septembre 2014

 

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir