Un océan d’amour

Un vieux marin prend la mer pour sa pêche journalière. Après avoir croisé un mastodonte des mers, il se retrouve à l’autre bout de la terre et sa femme décide de partir à sa recherche. Un océan d’amour, publié par les éditions Delcourt, raconte cette superbe fable muette signée Wilfrid Lupano et Grégory Panaccione. Un régal !

UNE VIE DE MARIN MODESTE

Quelque part en Bretagne. Comme tous les matins de sa modeste vie, un vieil homme se réveille avant le lever du soleil. Accompagné de son poste radio, il déguste le très bon petit-déjeuner que sa femme lui a préparé avec amour : crêpe, lard et café. Cette bigouden pure jus met aussi dans sa gamelle pour le midi, une boîte de sardines à l’huile, qu’il abhorre ; il n’en peut plus de ces sardines qu’il mange tous les jours. Après une bonne douche, il se rend sur le port pour monter sur la Maria, son petit bateau de pêche. Pour l’aider dans son entreprise, il est accompagné par son apprenti.

Mais aujourd’hui n’est pas un bon jour et la remontée du filet est décevante : détritus, vieille chaussure et un minuscule poisson, rejeté directement à la mer. Minés par cette mauvaise pêche, ils font une pause pour le déjeuner. Le vieil homme ouvre la cale et y lance négligemment la boîte de sardines à l’huile, qui gonfle le tas déjà important stocké ici.

UN COUP DU SORT

Tout à coup, l’apprenti prend peur : le frêle esquif croise le Goldfish, un mastodonte des mers à peine sorti du brouillard. C’est la panique, le vieux marin tente une manœuvre d’urgence afin de ne pas être écrasé par l’énorme navire. Mais l’hélice de son bateau s’enroule dans l’un des filets du géant des mers. Le voilà coincé et tracté contre l’immense coque. Après des tentatives désespérées pour se faire voir, le vieil homme décide de jeter son apprenti dans un canot gonflable. C’est le début d’une longue traversée jusqu’à l’autre bout de la Terre, entre les mouettes et une énorme tempête. Sa seule compagnie sera une petite mouette qu’il sauvera de son triste sort.
De son côté, sa femme est inquiète en ne le voyant pas revenir le soir. L’attendant sur le quai, elle s’endort. Le lendemain, elle est réveillée par un brouhaha sur le port : l’apprenti est de retour, il raconte la mésaventure et dévoile le nom du gros navire. N’écoutant que son courage, la vieille femme commence son enquête et s’embarque sur un bateau de croisière en direction de La Havane…

UNE SUBLIME HISTOIRE D’AMOUR

Le récit muet de Wilfrid Lupano est merveilleux. Construit comme une belle fable contemporaine, il multiplie les rebondissements, les situations cocasses et rocambolesques, à travers 200 pages d’une douce-folie. Le lecteur est happé et sera accroché jusqu’à la fin par cette histoire singulière et ô combien sensible. Entre quête pour retrouver son amour et une grande dose d’humour, il mène sa barque d’une manière forte habile. Pas de récitatifs, pas de dialogues, voilà qui aurait pu être une grande difficulté mais qui se transforme en une très grande force pour cet album. Cet Océan d’amour repose aussi sur des personnages touchants et à fort caractère. D’un côté, ce vieil homme frêle, aimant sa femme, proche d’une retraite méritée mais qui doit continuer de se lever chaque matin pour aller travailler. Sa profession, son petit bateau et son apprenti, il les aime. Ce qu’il déteste : les boîtes de sardines. De l’autre, sa femme, une bigouden bien portante, aimant faire des crêpes et travailler la dentelle. Lorsqu’elle apprend que son époux n’est peut être pas mort, elle part de suite, sans réfléchir jusqu’à La Havane. Ce conte, c’est aussi une très belle histoire d’amour d’un vieux couple modeste, habitant une petite maison en Bretagne.

UNE ODE ÉCOLO A LA MER ET AUX MARINS

Par ce très bel album, le scénariste des Vieux Fourneaux (avec Cauuet, Dargaud) dénonce aussi les dérives contemporaines liées à la mer. D’un côté, un marin-pêcheur artisan sur son bateau à taille humaine, écoutant la mer et la respectant. De l’autre, les géants de mer, cargos de la pêche hauturière, abîmant les fonds marins, transformant directement dans ses cales les poissons, rejetant les restes dans la mer et la polluant. Ces entités, sans identité, rassemblent des centaines de marins à bord, payés au lance-pierre. L’auteur du Singe de Hartlepool (avec Moreau, Delcourt) fustige aussi la pollution des océans, pour certains, devenus de véritables poubelles ; comme lorsqu’il a navigué sur les eaux du Canyon du Sumidero au Mexique. Il s’en inspirera pour les scènes dans la Mer des Caraïbes.

UN DÉCOUPAGE CINÉMATOGRAPHIQUE

Que dire de la partie graphique ? Si ce n’est : formidable ! Grégory Panaccione propose un trait d’une grande vivacité. Les planches ont été entièrement dessinées à la palette graphique et le résultat est saisissant. Spécialiste des récits muets (Match ou Ame perdue, chez Delcourt), il était donc l’auteur idéal pour illustrer cet ouvrage. Ayant travaillé dans le monde de l’animation cinématographique, cette expérience lui sert pour rythmer le récit et livrer des planches d’une grande qualité où les mouvements sont toujours présents. La mise en scène, les cadrages et le découpage se regardent alors comme un excellent film. De plus, les couleurs, les ombres ou les lumières sont parfaitement maîtrisées.

Un océan de bonheur : l’excellente surprise de cette fin d’année 2014. Une belle histoire d’amour sans dialogue et à l’humour fin, servie par un grand duo d’auteurs.

Article posté le jeudi 13 novembre 2014 par Damien Canteau

Sélection des 10 meilleures BD sur le thème des bateaux par Comixtrip, le site spécialisé sur la bande dessinée.
  • Un océan d’amour
  • Scénariste : Wilfrid Lupano
  • Dessinateur : Grégory Panaccione
  • Editeur : Delcourt, collection Mirages
  • Prix : 24.95€
  • Sortie : 29 octobre 2014

Résumé de l’éditeur : Chaque matin, Monsieur part pêcher au large des côtes bretonnes. Mais ce jour-là, c’est lui qui est pêché par un effrayant bateau-usine. Pendant ce temps, Madame attend. Sourde aux complaintes des bigoudènes, convaincue que son homme est en vie, elle part à sa recherche. C’est le début d’un périlleux chassé-croisé, sur un océan dans tous ses états. Une histoire muette avec moult mouettes.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l’ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir