Safari lune de miel

Après le surprenant et hypnotique …Et tu connaîtra l’univers et les dieux, Jesse Jacobs propose Safari lune de miel, mettant en scène un couple tout juste marié et leur guide dans un environnement à la fois hostile et attractif. Cet album exigeant édité par Tanibis, ne laisse pas de marbre et nous a finalement beaucoup plu.

LES EDITIONS TANIBIS : UN CATALOGUE EXIGEANT

Nous le savions, les éditions Tanibis ne propose pas profusion d’albums. Cette structure à but non lucratif basée à Villeurbanne possède un petit catalogue exigeant mais ô combien intéressant (Ressac de LL de Mars & Choi Juhyun, Les nuits rouges du théâtre d’épouvante de Alexandre Kha ou encore Paolo Pinocchio de Lucas Varela). Pour leur nouvelle publication, elles mettent en lumière Safari lune de miel, le deuxième roman graphique qu’elles ont publié de Jesse Jacobs.

UN COUPLE, UN GUIDE, UN VOYAGE DE NOCES ET UNE NATURE HOSTILE

Alors que son précédent ouvrage, … Et tu connaîtras l’univers et les dieux, nous dévoilait sa vision dans une histoire muette de la création du monde, par l’entremise de deux divinités Ablavar et Zantek, le bien et le mal ; pour Safari lune de miel, il s’intéresse au couple, à leur voyage de noces dans un lieu paradisiaque mais ô combien hostile. Alors que leur campement se situe au milieu d’un environnement enchanteur, l’homme et sa femme, accompagnés de leur guide aguerri vont aller de désillusions en désillusions, rattrapés par une faune et une flore ne voulant pas d’intrus ; comme une sorte de révolution.

DES THÉMATIQUES CONTEMPORAINES INTELLIGENTES

Énormément de thématiques intelligentes sont sous-entendues dans ce merveilleux album : les relations de couple et leurs tensions (le mari montre ses muscles, veut être protecteur et la femme, dans la réflexion, plus indulgente), le désir d’enfant (la femme adopte Winston, une drôle de créature dont la mère fut tué par le guide), le rapport au corps et ses nuisibles (des vers en tout genre qui se glissent par tous les orifices, les maladies, les changements d’humeur), la nourriture (tout le monde se mange, comme dans la chaîne alimentaire, pourtant les animaux sont souvent toxiques), la dénonciation de la chasse (les safaris onéreux et qui permettent aux riches de tuer en toute impunité, cf. le fameux lion Cécil tué au Zimbabwé par un dentiste), l’écologie et l’environnement (la toute puissance de l’homme sur la nature et son envie de toujours la dominer, les différentes espèces maritimes ou terrestres, la capacité de ces dernières à se révolter contre l’Homme), le temps qui passe (la très belle séquence de la distorsion du temps est à savourer) mais aussi après la mort du guide, le quasi retour aux origines pour le couple (nus, ils redeviennent une sorte d’Adam et Eve au milieu d’une nature qui les attire et qui les repousse). Toutes les scènes se déroulant dans l’album se mélangent au scènes rêvées.

UN DESSIN HYPNOTIQUE ET ONIRIQUE

Le tout est porté par une partie graphique subjuguante et hypnotique, étrange et onirique. Le trait en trichromie (noir, blanc et vert) de Jesse Jacobs magnifie les planches en gaufrier de 6 à 9 cases. L’auteur canadien entrecoupe ses saynètes de pages où le bestiaire se mue dans un étrange rêve et où un arbre parlant déclame des vers poétiques.

Article posté le lundi 26 octobre 2015 par Damien Canteau

  • Safari lune de miel
  • Auteur:  Jesse Jacobs
  • Editeur: Tanibis
  • Prix: 18€
  • Parution: 23 octobre 2015

Résumé de l’éditeur : La nature, surtout dans sa version forêt vierge, n’est pas un terrain de jeux lumineux et accueillant. C’est au premier abord, pour les héros citadins de Safari Lune de Miel et leur guide aguerri, un repaire grouillant de créatures hostiles et de plantes toxiques que les brochures touristiques oublient en général de mentionner : araignées cyclopes, mille-pattes géants, anémones de terre, singes télépathes et autres insectes intrusifs. Même les paysages traversés par notre couple d’amoureux et leur guide sont déroutants, avec leurs anomalies spatio-temporelles ou leur construction digne d’un géomètre maniaque fan de M.C. Escher.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir