A walk through hell 01

Accompagné de Goran Sudžuka aux dessins, Garth Ennis nous livre un thriller angoissant dont il a le secret. A walk through Hell, paru chez Black River, nous emmène aux portes de l’enfer, là où folie et horreur se rejoignent.

A WALK THROUGH HELL : PSYCHOSE À LONG BEACH.

L’agent spécial Shaw est à bout. Hantée par une affaire abjecte qui a mal tourné, elle a été mise en retrait. Alors pendant un temps indéterminé, on ne lui confie plus que la routine. Contrebande, importation illégale… Rien de palpitant. Mais manifestement, elle n’est plus capable de faire plus. Et la veille de Noël, quand on la charge, avec l’agent McGregor, de retrouver deux collègues que personne n’a revus depuis qu’ils sont entrées dans un entrepôt de Long Beach, elle est soulagée. Avec un peu de chance, elle va échapper au réveillon en famille…

A WALK THROUGH HELL : UNE VIRÉE EN ENFER.

Mais en arrivant, une brève discussion avec le lieutenant de police permet de comprendre que quelque chose ne va pas.

« En fait, on a déployé notre unité d’intervention. Ils sont entrés dans l’entrepôt. Et puis ils sont ressortis presque aussitôt. Et… Ils sont rentrés dans le véhicule. Ils n’ont pas pu rester là-dedans plus de trente secondes. Mais ils se sont plaints de, euh, j’imagine d’une sensation d’inconfort et d’angoisse extrême. L’un d’eux a même utilisé le mot effroi. »

Énervés par ces propos absurdes, les deux agents pénètrent alors dans l’entrepôt. Et là, plus rien, le trou noir… Lorsqu’ils reprennent leurs esprits, ils gisent sur le sol, comme morts

L’ART DE RACONTER.

Passé maître dans les récits angoissants, Garth Ennis (Punisher Soviet, Rover Red Charlie) explore cette fois-ci la voie du thriller horrifique. Et dans un style qui rappelle les meilleures séries du genre, le scénariste de Sara se place dans la lignée de Mindhunter et True detective. On découvre en effet un duo d’agents spéciaux complémentaires plongés dans une enquête qui va les mener aux confins de la folie humaine.

Compte tenu de la violence de certaines scènes, ce comic book n’est pas à mettre entre toutes les mains. Mais fort heureusement, A walk through hell ne se limite pas à la simple exposition de planches horrifiques. Et bien vite, on se rend compte que l’œuvre brille par la narration du talentueux auteur. En effet, Garth Ennis joue avec son lecteur pour faire monter un suspense haletant. Petit à petit, l’intrigue prend de l’ampleur, se nourrissant des flashbacks et des ruptures dans la narration. À l’image des protagonistes, le lecteur tente souvent en vain de comprendre. Et impuissant, il assiste à la construction d’une fresque qui se dévoile par l’ajout successif de pièces d’un puzzle aussi terrifiant que perturbant. Et dans ce jeu, Goran Sudžuka tient indéniablement son rôle.

L’ENFER DEVANT LES YEUX.

En cohérence parfaite avec l’atmosphère qui émane de l’intrigue, le dessinateur jongle avec des ambiances magnifiées par la colorisation d’Ive Svorcina. Parfois réaliste, il parvient en une case à basculer dans le plus sombre des cauchemars. Particulièrement à l’aise pour représenter les émotions des personnages, il rend communicative l’angoisse de ces derniers. Bien plus qu’un simple adjoint, le dessinateur croate donne vie à l’intrigue tortueuse de Garth Ennis. Ainsi, par des idées simples mais extrêmement efficaces, il accompagne le lecteur dans cette magistrale descente en enfer qui semble encore réserver bon nombre de surprises.

 

Une promenade en enfer, premier tome de A walk through hell attire autant qu’il dérange. Véritable plongée dans les pires cauchemars, cette œuvre tient immédiatement le lecteur en haleine. Initialement parue chez Aftershock (Shipwreck, We live), elle voit le jour en France grâce aux éditions Black River (Une étude en émeraude) qui, très judicieusement, publieront le second tome deux mois après le premier.

Article posté le dimanche 25 septembre 2022 par Victor Benelbaz

A walk through hell de Garth Ennis et Goran Sudžuka (Black River)
  • A walk through hell
  • Auteur : Garth Ennis
  • Dessinateur : Goran Sudžuka
  • Coloriste :  Ive Svorcina
  • Traducteur : Philippe Touboul
  • Éditeur : Black River
  • Prix : 18,90 €
  • Parution : 25 août 2022
  • ISBN : 9782384260102

Résumé de l’éditeur : Les agents spéciaux Shaw et McGregor sont désormais en charge des affaires courantes, et c’est exactement ce que Shaw aime. Elle a presque 40 ans, à la limite de l’épuisement et les souvenirs effroyables de sa dernière enquête la hantent comme des ombres. McGregor, quant à lui, est plus jeune et plus dévoué : il s’accroche à une certaine forme d’idéalisme, quoi que le monde puisse lui faire subir. Lorsque deux de leurs collègues disparaissent dans un entrepôt de Long Beach, Shaw et McGregor sont envoyés pour enquêter. Mais ils sont loin d’imaginer ce qui les attend et les deux agents vont se confronter à une terreur dépassant leurs plus terribles cauchemars, dans un lieu où la nuit pourrait ne jamais se terminer.

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir