Rover Red Charlie

Un virus mortel… Une pandémie… Les hommes ont disparu… Mais pas leurs meilleurs amis. Dans Rover Red Charlie, publié par Komics Initiative, Garth Ennis nous propose de suivre le périple de trois chiens dans un monde post-apocalyptique.

UNE VIE DE CHIEN.

En rendant les humains fous furieux, un mystérieux virus a éradiqué l’humanité : ils se sont entre-tués dans une violence indescriptible.

Pourtant, la vie n’a pas disparu sur terre car les animaux ont été mystérieusement épargnés.

Voilà l’idée de départ. Elle est originale et permet de suivre l’aventure par les yeux de trois chiens : Rover, un Basset Hound, Red, un Setter Irlandais Rouge et Charlie, un Border Collie.

Après avoir vu leurs maîtres mourir dans des circonstances atroces, ces trois amis comprennent bien vite que pour survivre, il va falloir quitter New York pour rejoindre l’océan, ou plutôt le « grand plouf »

LES CHIENS PARLENT, LA CARAVANE NE PASSE PLUS.

« Il est arrivé quelque chose aux nourrisseurs. »

C’est là une des grandes trouvailles de Garth Ennis qui adopte une focalisation externe, mais à auteur canine, accompagnée de cartouches qui permettent d’accéder aux pensées de Charlie. Ainsi, l’auteur nous place au plus près des animaux, qui parlent et s’expriment en employant un vocabulaire majoritairement humanisé, mais spécifiquement cohérent avec leurs capacités intellectuelles.

De cette manière, les chats sont des animaux subtils et leur vocabulaire est élaboré, mais leur intelligence n’a d’égal que leur fourberie.

Les chiens, quant à eux, se méfient de ces « siffleurs ». Si on excepte les chihuahuas qui ne s’expriment qu’en poussant d’horripilants « Moi Moi Moi Moi », ils sont unis face à l’adversité, ils parlent avec regrets de leurs « nourrisseurs » et poussent, en lieu et place d’aboiements, d’inlassables « J’suis un chien ! ».

C’est la capacité à survivre qui détermine la place dans la hiérarchie sociale ; et proche du bas, se trouvent les poules, uniquement capables de s’exprimer par des « Merde ! » significatifs.

Développé en six épisodes, Rover Red Charlie est donc bien plus qu’une simple idée originale.

Les caractères des protagonistes sont travaillés, ce qui les rend réellement attachants. Et l’aventure que vont vivre les trois amis regorge d’embûches à déjouer, parfois de manière évidente, comme celle incarnée par le terrible Pitbull borgne Hermann, et parfois de manière plus pernicieuse, comme celle que le pauvre Hobby a découverte à ses dépens.

Purgé des vices des hommes, le monde n’est pas pour autant débarrassé de son horreur.

Red rover charlie : L’APOCALYPSE SELON ENNIS et DIPASCALE.

En reprenant le thème d’un mystérieux virus qui mènerait l’humanité à sa perte par le développement des pulsions les plus violentes, le scénariste retrouve un univers qu’il affectionne et qu’il maitrise à la perfection.

En effet, on pense immédiatement à des titres tels que Just a Pilgrim et surtout Crossed. Ces histoires sombres et horrifiques trouvent quelques échos dans Rover Red Charlie, ce qui montre bien que pour Garth Ennis, l’horreur n’est pas le propre de l’homme.

Pour mettre en place cette ambiance faite d’effroi, d’émotion et de réalisme, Garth Ennis est plus que secondé par le talentueux dessinateur Michael DiPascale.

Ce dernier réalise un travail de premier ordre qui permet de percevoir, avec une très grande justesse, les émotions des personnages tout comme la violence et l’horreur de certaines situations.

De plus, le récit étant uniquement centré sur les animaux, il était impératif que les différentes espèces soient représentées avec rigueur pour permettre d’accompagner la richesse du scénario. Là encore, le contrat est parfaitement rempli et les cynophiles reconnaîtront immédiatement les différentes races mises en scène.

Cette histoire hors du commun a vu le jour en France grâce aux éditions Komics Initiative. Issu d’une campagne de financement participatif particulièrement réussie, le titre est accompagné d’entretiens avec les auteurs et surtout d’une préface écrite par Alan Moore en personne.

Rover Red Charlie une très bonne histoire qui a du chien !

Article posté le samedi 09 mai 2020 par Victor Benelbaz

Rover Red Charlie de Garth Ennis et Michael DiPascale (Komics Initiatives)
  • Rover Red Charlie
  • Scénariste : Garth Ennis
  • Dessinateur : Michael DiPascale
  • Éditeur : Komics Initiative
  • Prix : 18 €
  • Parution : 28 février 2020
  • ISBN : 9782491374044

Résumé de l’éditeur : Mon nom est Charlie, et je suis un chien, tout comme mes deux amis Red et Rover. Ils’est passé quelque chose, avec nos maîtres. Nous ne savons pas quoi, ni pour quelle raison. Mais ils ont commencé à s’attaquer entre eux. Il se sont frappés et frappés, encore et encore, jusqu’à ce qu’ils soient tous morts. Nous ne pouvons plus compter que sur nous-mêmes. Plus personne pour nous nourrier, plus personne pour s’occuper de nous et plus personne pour nous promener. C’est le monde de nos maîtres, mais les maîtres ne sont plus là et nous ne savons pas comment le faire fonctionner. A nous de nous débrouiller maintenant. Et Rover parle d’une drôle de façon, Red n’est pas très futé. Et j’ai tout le temps peur.

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir