Ajin #1

Après une mort accidentelle violente, par une magie puissante, Kei ressuscite devant les yeux ébahis des passants. Ajin, comme le nom de ces mystérieuses créatures revenues à la vie, est le titre de la nouvelle série Glénat, un manga de Tsuina Miura, mis en image par Gamon Sakurai.

UN MANGA QUI GLISSE VERS UN BON THRILLER

Prépublié dans la revue Good Afternoon des éditions Kôdansha depuis 2012 au Japon, le récit de science-fiction de Tsuina Miura est formidable et très accrocheur. Pas très neuf dans sa thématique (des personnes ressuscitent et qui restent sur terre) mais plutôt dans son traitement narratif : le manga devient rapidement un thriller, porté par un héros attachant. Kei est un jeune lycéen promis à un bel avenir, celui de médecin ; pour cela il travaille avec beaucoup d’acharnement. Poli, organisé, il ne sort jamais et se consacre à ses études. Après son décès et sa résurrection, il devient un Ajin, froid et calculateur. Même s’il reste quelques bribes d’être humain en lui, il est l’opposé de sa vie de lycéen.

UN FORMIDABLE ROAD-TRIP

Traqué par une organisation secrète, il tente de s’échapper par tous les moyens et c’est ce qui fait le sel de ce premier volume de la série. Le lecteur suit donc ce road-trip rapide et violent dans la deuxième partie du manga et c’est d’une grande efficacité et d’une belle aisance scénaristique. Il faut souligner que les Ajin, tout le monde en parle mais personne n’en a vu. D’ailleurs Kei est le troisième de cette espèce en 17 ans. Il y aurait 46 Ajin dans le monde et deux au Japon. Immortels mais très mystérieux, ces êtres fantastiques seraient aussi traqués par le reste des humains pour la gloire et la richesse. On comprend bien que l’un des seuls visibles depuis plusieurs années pourquoi il est pris en chasse par tout le monde.

UN TRÈS BEAU DÉCOUPAGE VIF

Le dessin de Gamon Sakurai restitue idéalement l’atmosphère angoisse-thriller du récit. Les courses-poursuites donnent envie grâce à des planches au découpage nerveux du mangaka. Le lecteur appréciera les vignettes où les humains se transforment en Ajin avec leurs bandelettes, très réussies.

Le manga est un véritable succès au Japon avec un million d’exemplaires vendus pour les trois premiers tomes publiés. Cette réussite sera déclinée en trois films animés.

Article posté le mercredi 01 juillet 2015 par Damien Canteau

  • Ajin, volume 1
  • Scénariste : Tsuina Miura
  • Dessinateur : Gamon Sakurai
  • Editeur: Glénat Manga, collection Seinen
  • Prix: 7.60€
  • Sortie: 1er juillet 2015

Résumé de l’éditeur : Renversé par un camion en rentrant de l’école, le jeune Kei meurt sur le coup. Mais quelques instant plus tard, il ressuscite mystérieusement. Dès lors, sa vie de lycéen bascule. Une étrange organisation gouvernementale tente par tous les moyens de le capturer afin de mener des expériences scientifiques sur lui. Rapidement, il apprend qu’il n’est pas le seul être dans cette situation périlleuse, et qu’il semble être ce que certains nomment un Ajin. Personne ne sait exactement comment ils sont apparus ni pourquoi ils existent. Mais les services spéciaux du gouvernement sont prêts à user de tous les moyens pour le découvrir, car rien à leurs yeux n’est plus dangereux pour l’humanité… qu’un être immortel !

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir