Algues vertes, l’histoire interdite

Algues vertes, algues toxiques, algues tueuses ! En Bretagne, en quelques années trois hommes et plus de 40 animaux sont morts à cause de ces algues vertes. Inès Léraud et Pierre Van Hove ouvrent ce dossier complexe dans Algues vertes, l’histoire interdite, entre lanceurs d’alerte, alliances politico-financière et secrets d’état. Fascinant et glaçant !

Algues vertes : mieux qu’une série télé

A l’image de Sarkozy – Kadhafi, Des billets et des bombes – précédente publication de La revue dessinée/Delcourt – les lecteurs sont avant tout agréablement surpris par la solidité de l’album, se basant sur des témoignages et des documents. Inès Léraud et Pierre Van Hove ont vraiment fait un travail journalistique de très grande qualité.

Cette enquête est construite comme un polar; encore mieux qu’une série télé Netflix. Il y a tous les ingrédients pour tenir le lecteur en haleine. Et c’est bien cela le fond du problème : Comment des femmes et des hommes ont-ils pu cacher la vérité, falsifier des conclusions d’experts ? Les algues vertes, l’histoire interdite est passionnant mais aussi glaçant !

Cheval, chiens, sangliers et hommes : tous victimes

A travers les 144 pages de reportage, le lecteur suit le dossier important concernant ces Algues vertes. Ainsi, pour ceux qui ne seraient pas trop au courant, l’on découvre pêle-mêle que les malades et autres cadavres ont jonché les côtes bretonnes à cause de la fermentation de ces végétaux.

Emmetant de l’hydrogène sulfuré (H2S) à forte dose, elles ont intoxiqué animaux et humains. L’album s’ouvre à l’Hôpital de Lannion (22) où Pierre Philippe, médecin, découvre l’histoire du cheval de Vincent Petit, vétérinaire. Lors d’une balade sur la plage, son cheval s’effondre. Retrouvé mort par asphyxie, il ne sera procédé aucune autopsie pour vraiment connaître les circonstances. Viennent ensuite des chiens, des sangliers et même trois hommes (notamment Thierry Morfoisse) qui décéderont dans d’étranges circonstances après avoir été au plus près de ces algues.

Cachez ces algues que je ne saurais voir

Les rares journalistes se penchent sur le sujet mais on leur oppose souvent des fins de non-recevoir. Pas de curieux, tout est étouffé par les autorités. Il faut dire que les obstacles à la vérité sont nombreux et les lobbys puissants.

Les dossiers pourraient faire du mal à l’économie bretonne. En premier lieu, le tourisme. Un pan important puisque de nombreuses visiteurs viennent passer leurs vacances en Bretagne. En second lieu, la filière agricole. Tenue responsable du lisier donc des algues vertes, l’industrie porcine fait le bras de fer avec les journalistes ou lanceurs d’alerte (voir les menaces sur Georges Pernoud et son émission Thalassa). A grand coup de publicités onéreuses, les deux acteurs font du lobby pour redorer leur image.

Les secrets et les falsifications de documents, couplés aux mensonges et pressions de toutes les sortes sont au cœur de Algues vertes. Les conflits d’intérêt sont eux aussi très nombreux. Restent les citoyens engagés et les associations écologistes pour dénoncer toute l’omerta mais aussi tenter de réhabiliter les victimes. Une lumière dans ce dossier si sombre.

Le vert, couleur dominante

Pour accompagner la journaliste-documentariste Inès Léraud, c’est Pierre Van Hove qui réalise la partie graphique. Pour son deuxième album, l’auteur du Voleur de livres (avec Alessandro Tota)  concentre l’attention du lecteurs sur les Hommes. Son dessin semi-réaliste est idéal pour cette excellente enquête. La couleur verte quasi omniprésente accentue la force du récit.

La bande dessinée est un médium riche et qui permet de toucher au-delà de son lectorat classique. C’est donc une très bonne idée d’avoir décliné cette enquête en album. Comme Texaco (Sophie Tardy-Joubert et Damien Roudeau) pour le combat écologique ou Morts par la France ( Pat Perna et Nicolas Otero) pour le combat des fils de tirailleurs de Thiaroye, la bande dessinée fait avancer les mentalités. Espérons que Algues vertes ait une grand retentissement !

Article posté le lundi 01 juillet 2019 par Damien Canteau

Algues vertes de Pierre Van Hove et Inès Léraud (Delcourt / La revue dessinée)
  • Algues vertes, l’histoire interdite
  • Scénariste : Inès Léraud
  • Dessinateur : Pierre Van Hove
  • Coloriste : Mathilda
  • Éditeur : Delcourt & La revue dessinée
  • Prix : 18.95€
  • Parution : 12 Juin 2019
  • ISBN : 9782413010364

Résumé de l’éditeur : Des échantillons qui disparaissent dans les laboratoires, des corps enterrés avant d’être autopsiés, des jeux d’influence, des pressions et un silence de plomb. L’intrigue a pour décor le littoral breton et elle se joue depuis des dizaines d’années. Inès Léraud et Pierre van Hove proposent une enquête sans précédent, faisant intervenir lanceurs d’alerte, scientifiques, agriculteurs et politiques.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir