Ariol #11

La fête à la grenouille est déjà le onzième album d’Ariol, le gentil petit âne à lunettes. Publié par BD Kids, ce recueil de douze histoires courtes est signé Emmanuel Guibert et Marc Boutavant. Une petite perle dans l’univers de la bande dessinée jeunesse.

UN GRAND SUCCES EDITORIAL

Succès éditorial (300 000 exemplaires vendus depuis 2007 dont 18 000 du tome 9 en 8 mois), Ariol est une magnifique série pour les enfants dès 7 ans. Rafraîchissant, l’univers animalier imaginé par Emmanuel Guibert est formidable : des personnages amusants, touchants et parfois sensibles mais surtout des mini-récits très bien écrits, proches des envies et de petits tracas du quotidien des jeunes lecteurs. Le héros est presque anti-héros, intelligent, petit mais très malin et d’une belle gentillesse, toujours prêt à aider ses amis. Entouré par une très belle galerie de portraits (voir l’extension de la jaquette), entre folie-douce et thématiques contemporaines.

Autour de Ariol, surnommé Riri et fils unique, il y a Mule sa maman, Avoine son papa, mais surtout Romano son meilleur ami, Batégaille l’âne qui dort tout le temps, Pétula son amoureuse secrète (ce n’est pas toujours réciproque), Bisbille la petite taupe qui en pince pour notre petit âne et surtout Tiburge le chat son ennemi.

Le Festival d’Angoulême ne s’y trompera pas, en nommant le tome 7 Le maître chien dans sa Sélection Jeunesse en 2013.

GUIBERT : « ARIOL, C’EST MOI « 

Créée en 1999, la série Ariol paraissaient alternativement avec Tom-Tom et Nana dans la revue J’aime Lire. Son prénom est la traduction de Arioul, l’âne, en berbère. Le petit héros vit donc des aventures surtout à l’école, où il est dans une classe de CM1 de Monsieur Le Blount.

Les saynètes sont inspirées par des anecdotes de Emmanuel Guibert. Il fait intervenir des souvenirs d’enfance mais aussi ceux de sa famille, ses amis, son école ou son quartier et c’est pour cela qu’il le répète souvent : « Ariol, c’est moi ! » Il y a apporte bien entendu des éléments plus modernes (téléphones portables, Ipod…) afin d’être plus proche de son lectorat actuel.

De plus, toutes les générations sont représentées dans les mini-récits de Ariol et ses amis d’une dizaine d’années, à sa grand-mère Asine, en passant par ses parents, trentenaires, ou encore Monsieur Bégossian, le libraire quinquagénaire.

DE TRÈS BELLES VALEURS

Les belle valeurs véhiculées dans ce recueil (entraide, amitié, partage, respect ou acceptation de l’autre dans sa différence) séduiront les plus jeunes lecteurs. Il faut souligner que ces récits sont l’œuvre de Emmanuel Guibert qui connait bien le sujet puisqu’il a déjà travaillé sur des albums jeunesse avec Sardine de l’espace (avec Joann Sfar et Mathieu Sapin, 18 volumes chez Dargaud), le tome 33 de la série Tom-Tom et Nana (avec Bernadette Després, Bayard) ou encore quelques illustrations pour des albums pour enfants.

UNE GRANDE QUALITÉ GRAPHIQUE

Si les histoires sont d’une très grande qualité narrative, la partie graphique est, elle aussi, fantastique ! Marc Boutavant propose des planches soignées, où les silhouettes des personnages sont d’une grande lisibilité et très originales. Né en 1970, le dessinateur de Mouk (éditions Mila) ou de Chien Pourri (avec Colas Gutman, L’école des Loisirs) nous enchante par de très belles planches colorées équilibrées et d’une grande efficacité.

A noter qu’une série animée fut diffusée sur TF1 à partir de 2009 (épisodes de 4 minutes – Studio Folimage, réalisation : Emilie Sengelin & Amandine Fredon, voir ci-contre) et qu’un jeu fut créé en 2014 (Coffret de jeux coucoule).

Article posté le lundi 25 janvier 2016 par Damien Canteau

  • Ariol, tome 11 : La fête à la grenouille
  • Scénariste : Emmanuel Guibert
  • Dessinateur : Marc Boutavant
  • Editeur : BD Kids, Bayard
  • Prix : 11.50€
  • Sortie : 06 janvier 2016

Résumé de l’éditeur : Dans ce onzième volume, Ariol n’a pas pris une ride. Toujours amoureux de Pétula, qui ne le lui rend pas. Et toujours pas de Bisibille, qui se consume d’amour pour lui. Ramono est son meilleur copain, Tiburge son ennemi juré. Et, dans la classe de monsieur Le Blount, le petit âne s’entend plutôt bien avec tout le monde. Y compris Vanesse, la petite grenouille. D’ailleurs, lorsqu’elle perd sa grand-mère, Ariol se trouve malgré lui embarqué dans l’organisation d’une collecte pour un cadeau commun… Finalement, les élèves offrent à Vanesse pour la consoler un savon parfumé. Ca tombe bien, Pétula aime BEAUCOUP cette marque-là… Aucun doute, la magie d’Ariol opère toujours !

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir