Black Badge

« Les scouts, mais pour de vrai. », tels sont les propres mots de Matt Kindt pour décrire son œuvre. Mais quand le scénariste retors décide de prendre des éclaireurs à foulards pour héros, il n’y a ni cookies à vendre, ni Kumbayah autour d’un feu de camp !

Black badge, un thriller aussi haletant que passionnant, « pour de vrai ».

TOUJOURS PRÊT !

Tout commence par une banale promenade en canoë sur le fleuve Han en Corée du Sud.

Kenny, Cliff, Mitz et Willy tentent comme toujours de repousser leurs limites pour mériter l’insigne noir -le black badge- : trésor ultime pour tout scout digne de ce nom.

Alors bien entendu, on ressent quelques tensions dans le groupe, surtout depuis que Jimmy a quitté le groupe et a été remplacé par Willy. Mais ils le savent, c’est dans l’union qu’ils trouveront les forces nécessaires pour mener à bien leur mission.

ET AU MILIEU COULE UNE RIVIÈRE.

Pourtant, quand les enfants franchissent les frontières de la Corée du Nord, le danger devient palpable et on se met à soupçonner que les enjeux sont bien plus importants que ceux qu’on avait cru percevoir initialement.

Enfin, lorsque les jeunes scouts se mettent à utiliser un télémètre laser pour envoyer les coordonnées GPS d’une base dans laquelle est caché un physicien nucléaire, on comprend définitivement que Matt Kindt (Dept H) va une fois de plus nous embarquer dans une aventure dont il a le secret.

LE SECRET…

C’est sans aucun doute le maître-mot de cette incroyable histoire.

De la Corée du Nord à la Sibérie en passant par l’Afghanistan et Cuba, la troupe d’élite des Black Badge se trouvera sur les fronts les plus chauds du globe.

Sans états d’âme, ils agiront avec une détermination aveugle et une rigueur sans faille pour permettre au bien de triompher.

Mais lorsque Jimmy réapparaîtra au coin d’une ruelle sombre de Peshawar, des questions inattendues vont émerger et les certitudes vont être ébranlées.

Et si la vérité n’était pas celle qu’on leur montrait depuis toujours ?

UN TRAVAIL D’ÉQUIPE.

Matt Kindt l’annonçait lui-même : Black Badge est « horrible, émouvant et même drôle, parfois sur une seule page ». Le défi graphique n’en était que plus ardu, et pourtant il est amplement relevé, car pour animer cette histoire improbable, le scénariste retrouve le couple Tyler et Hilary Jenkins qui l’avait déjà accompagné avec brio dans la trilogie de Grass Kings.

Une fois de plus, le trait anguleux et vif de Tyler Jenkins touche au but, la construction des pages est rythmée et guide l’œil dans un style cinématographique.

Aux pinceaux, on retrouve avec plaisir le travail incroyable de sa femme. Sa maîtrise de l’acrylique est absolument fabuleuse. Tantôt profondes, tantôt diluées, les couleurs donnent vie à l’histoire en créant des ambiances en cohérence parfaite avec l’évolution de l’intrigue et ses enjeux aux multiples facettes.

LES CLÉS DE L’ÉNIGME.

De l’aveu même de son créateur, Black Badge est né d’ »une blague » qui pourrait se résumer ainsi : et si les scouts étaient en réalité des agents secrets ultra entraînés que des organisations secrètes envoient dans les territoires en guerre pour mener à bien des missions désespérées.

En grand adepte des scénarios complexes qui mêlent fausses pistes et faux semblants, l’auteur du chef d’œuvre Mind MGMT s’amuse, se prend au jeu et finit par se laisser porter par son idée originale.

Ainsi, au fur et à mesure que l’histoire avance, le scénario prend de l’ampleur et les personnages gagnent en épaisseur psychologique.

Tant et si bien qu’au bout d’un moment, le lecteur se retrouve plongé dans un thriller dans lequel se mêlent espionnage, trahison et décisions douloureuses.

L’aventure créée se révèle aussi vaste qu’ordonnée, d’ailleurs, par le biais d’un personnage secondaire, on repère avec plaisir une allusion à Grass Kings, comme un gage de cohérence dans un univers naissant qui ne demande qu’à se développer.

Mais la force du récit réside surtout dans la capacité qu’a Matt Kindt à ne jamais perdre de vue son postulat initial : les enfants sont des êtres innocents.

Dans Black badge, le scénariste va essayer de voir quelles sont les limites de cette innocence. Bien vite, la légèreté initiale laisse place à une gravité inattendue.

On comprend alors que conserver son âme d’enfant est un luxe que peu peuvent se permettre.

Cette réflexion rappelle des œuvres célèbres et Matt Kindt ne s’en cache pas. En effet, au fil des pages, des romans comme Fifi Brindacier ou Sa majesté des mouches seront évoqués, sans jamais s’appesantir, comme autant de clés que le lecteur attentif et curieux devra utiliser pour résoudre l’énigme.

Black Badge est une œuvre surprenante à plus d’un titre : portée par l’écriture aussi maligne qu’habile de Matt Kindt, elle bénéficie du travail remarquable qu’ont accompli Tyler Jenkins aux dessins et Hilary Jenkins aux pinceaux.

Initialement parue chez BOOM! Studios, elle voit le jour en France chez Futuropolis, ce qui nous permet de bénéficier d’une édition particulièrement soignée, complétée par d’appréciables bonus, tels que des esquisses, une galerie de nombreuses couvertures, des extraits du scénario et des photos de l’atelier du couple Jenkins.

Article posté le mercredi 03 juin 2020 par Victor Benelbaz

Black Badge de Matt Kindt, Tyler Jenkins et Hillary Jenkins (Futuropolis)
  • Black Badge
  • Scénariste : Matt Kindt
  • Dessinateurs : Tyler et Hilary Jenkins
  • Éditeur : Futuropolis
  • Prix : 29 €
  • Parution : 04 mars 2020
  • ISBN : 9782754828284

Résumé de l’éditeur : De toutes les organisations scouts, les Black Badges sont l’élite ; les meilleurs parmi les meilleurs. Les Black Badges sont une branche très secrète de scouts, chargée de missions secrètes qu’aucun adulte ne pourrait entreprendre. Mais en définitive, les petits gars en vert toujours prêts (selon la légende) savent peu de choses les uns des autres, et encore moins des autres organisations. Au sein de celles-ci, se cacherait un groupuscule utilisé par le gouvernement pour effectuer des opérations paramilitaires secrètes. En Corée du Nord, comme en Sibérie, qui se méfierait d’une bande d’ados étrangers en short ? Pourtant, au cours de l’une de ses missions, l’escouade des Black Badge devra choisir entre accomplir leur objectif ou secourir l’un de leurs camarades présumé mort des années auparavant. Les Black Badge sont une troupe de scouts d’élite. Ils sont chargés de missions que les adultes ne peuvent entreprendre. Une équipe d’espions digne de Mission impossible en culottes courtes. Mais il faut se méfier des apparences, le bien et le mal ne sont pas toujours là où l’on s’y attend… Après la série à succès GrassKings, Matt Kindt et Tyler Jenkins reviennent avec un roman graphique de 300 pages émouvant, drôle ou… horrible, parfois sur la même page.

À propos de l'auteur de cet article

Victor Benelbaz

Victor Benelbaz

Tombé dans la marmite de la bande dessinée depuis tout petit, Victor est un vrai amateur éclairé. Comics ou récits jeunesse sont les deux genres préférés de ce professeur de français.

En savoir