Chronique du 115

Avec sa Chronique du 115, une histoire du Samu social, Aude Massot propose un beau reportage graphique sur la réalité de l’exclusion dans nos sociétés modernes.

INSPIRÉ DE FAITS RÉELS

Il est des réalités qu’on a parfois peine à voir. Soit parce qu’elles nous sont tellement familières qu’elles se rendent invisibles à nos yeux, ou que, devenues tellement gênantes on préfère les évacuer et comme on dit alors se voiler la face… C’est ainsi avec tous ces exclus qui hantent les rues et places de nos villes, pris dans le piège de l’exclusion.

C’est ce sujet que la jeune dessinatrice Aude Massot, remarquée récemment dans Québec Land (Sarbacane, 2014) a choisi d’explorer dans un album témoignage, basé sur ses rencontres et ses expériences avec des responsables et des salariés du samu social.

PÈRE FONDATEUR

Tout commence en juillet 2015. L’auteure prend alors contact avec le samu et obtient un rendez-vous avec son créateur, le médecin Xavier Emmanuelli. C’est ce dernier, qui fut un temps secrétaire d’Etat sous la présidence de Jacques Chrirac, dont les entretiens avec la dessinatrice servent de fil rouge à ce livre, qui explique ce qu’il faut entendre par urgence et par exclusion.

Il y a, dit-il, quatre grandes catégories d’exclus:

  • Les  » sans abri » anciennement appelés « clochards ( » ce sont des gens dans l’extrême abandon, avec des troubles psychiques plus ou moins importants « ).
  • Les « sans domicile fixe » (« ils regroupent les toxicomanes, les malades psychiatriques, les étrangers en situation irrégulière »).
  • Les « sans toit stable » (  » ce sont les gens du voyage, les marginaux, les jeunes gens parallèles à la société… »).
  • Enfin les migrants.

Toutes ces personnes, explique encore le docteur Emmanuelli à sa jeune interlocutrice, ont perdu les liens qui les arrimaient avant à la société. Ils ont de fait aussi perdu tous les repères ( avec le corps, le temps et l’espace ) qui servent à structurer un individu.

DE BELLES RENCONTRES

Ces notions intégrées, l’auteure va se lancer dans le concret. Dans la deuxième partie de l’album, à partir de janvier 2016, on la voir partir à la rencontre des équipes du 115 et participer à leurs maraudes. La nuit à Paris, avec les chauffeurs médiateurs, les infirmières et les asssistantes sociales, elle va, d’arrondissement en arrondissement, découvrir celles et ceux que la société a oubliés, avec leur souffrance, leurs pathologies… C’est  Jacques, ce retraité de 81 ans qui vit dans la rue depuis plusieurs années, c’est Alice, 23 ans, jeune femme toxicomane qui veut une place pour elle et son chien, c’est encore Rachid, engoncé sous un duvet et une couverture dont s’échappe une très forte odeur de putréfaction et qu’on ne peut obliger à se soigner…

Au fil des pages se tisse un univers à la fois étrange et familier. L’auteure et ses interlocuteurs dressent des constats où se côtoient impuissance et détermination, humour et tristesse. Le tout est cependant traité sans pathos et sans jugement. C’est souvent la force de ces dessins croqués sur le vif, façon documentaire social, que de se substituer efficacement à bien des discours…

Article posté le jeudi 02 février 2017 par Jean-Michel Gouin

Chronique du 115 de Aude Massot (Streinkis) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Chronique du 115
  • Auteur : Aude Massot
  • Editeur : Steinkis
  • Prix : 17 euros
  • Parution : janvier 2017

Résumé de l’album. Chronique du 115 est une plongée dans une réalité qu’on a du mal à regarder en face. L’exclusion. Ce reportage façon « caméra embarquée » est basé sur des interviews avec le fondateur du Samu Social, des rencontres avec ses salariés, des maraudes…Aude Massot livre un témoignage salutaire, parfois drôle, toujours humain. Elle nous éclaire sur cette structure et nous aide à voir ce qu’elle offre comme perspectives pour résoudre le problème de l’exclusion.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir