Humains, La Roya est un fleuve

Après Ciudad Juarez et la Colombie, Edmond Baudoin & Troubs ont pris de nouveau leurs carnets pour nous raconter le quotidien de femmes et d’hommes anonymes. Pendant l’été 2017, ils sont allés à la rencontre de réfugiés et de bénévoles dans la Vallée de La Roya et en ont tiré Humains, La Roya est un fleuve une sublime bande dessinée emplie d’humanité et ça fait un bien fou !

Un portrait contre le récit d’un souvenir

En 2011, les auteurs Edmond Baudoin et Troubs sont allés en reportage à Ciduad Juarez, la ville la plus meurtrière du monde sur la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. Ils en ont tiré Viva la vida, une bande dessinée autour de leurs rencontres avec les habitants. Ils ont ensuite renouvelé l’expérience d’un travail à deux à travers Le goût de la terre en Colombie.

A chaque fois, ils procèdent de la même manière : ils réalisent le portrait dessiné d’anonyme en contrepartie de leur récit d’un souvenir. Malgré les violences au Mexique et celles en Colombie, ils réussissent à dépeindre la vie de ces gens qui les subissent.

Humains, La Roya est un fleuve : A la frontière franco-italienne…

Non loin de Vintimille en Italie et Menton en France, Troubs & Baudoin se retrouvent sur cette fameuse ligne imaginaire qu’était la frontière franco-italienne avant l’ouverture des deux pays.

Ils sont accueillis par Enzo, écrivain et historien qui leur montre le fameux Pas de la mort. Les deux auteurs sortent leur carnet dès lors qu’ils rencontrent quelqu’un à cet endroit. Ils découvrent alors les premiers réfugiés avec qui ils tentent de converser. Pas simple lorsque l’anglais est rudimentaire. Ils observent aussi un phénomène étrange : des habits abandonnés partout dans les broussailles. Pourquoi ces hommes se retrouvent nus pour passer la frontière ?

« Dessiner arrête le temps »

Pendant plusieurs jours, Troubs & Baudoin vont emprunter les chemins qu’empruntent ces hommes qui ont fui la guerre et la misère. De Vintimille à Nice où ils accompagnent les migrants à la Préfecture en quête de leur sésame – des papiers – en passant par La Roya, tout est là, simple, dur et bouleversant.

La Roya est célèbre grâce à Cédric Herrou, cet éleveur de poules qui est venu s’installer dans la région en 2003. Ce homme aux préceptes humanistes, écologistes et décroissants, vivant en quasi autarcie, à décider de devenir l’hôte de réfugiés voulant passer la frontière. Son terrain est alors devenu un lieu de partage, un lieu où l’on parle des dizaines de langues étrangères, un havre de paix dans un environnement hostile. Ce héros du quotidien, ne voulant pas laisser ces hommes mourir de fin et de froid, est aujourd’hui scruté 24h/24 par des gendarmes et un drone au dessus de sa propriété.

Humains tout simplement

Érythréens, Soudanais, Tchadiens ou Sierra-Léonais, tous sont dans ce coin de France pour enfin vivre. Avec eux, il y a des bénévoles au grand cœur qui ne peuvent pas ne pas intervenir à leur façon : nourriture, vêtements, traduction en préfecture ou alphabétisation. Il y a les membres de l’association Roya Citoyenne mais aussi des étrangers venus pour aider ou encore les Vikings (hollandais, allemands, suédois…) qui ont déjà œuvré à Grande-Synthe, près de Calais.

Eux, ces anonymes – réfugiés ou aidants – ont alors des visages sous les pinceaux de Troubs & Baudoin. Leur donner des traits les rend enfin humains. Parce qu’avant d’être des migrants, ce sont des êtres humains.

« Parce que je suis un avec tout le monde »

Lorsque les deux auteurs demandent à ces bénévoles pourquoi ils aident, beaucoup répondent parce que c’est logique, parce que ceux sont des êtres humains. Voilà le moteur de ces anonymes : aider les autres, c’est être humain.

Humains, La Roya est un fleuve est sans nulle doute un album qui marque, qui questionne, qui fait chavirer le cœur de ceux qui le lisent. C’est fort, c’est beau, c’est dur et c’est tendre. On y voit la dureté et la tristesse dans les yeux de ces hommes réfugiés et dans ceux des bénévoles toute l’humanité ; et ça fait un bien fou, ça réchauffe le cœur de se dire qu’il existe des femmes, des hommes, des adolescentes et des adolescents qui aident leurs prochains. On verse une larme en lisant les parcours semés de morts des réfugiés mais aussi en lisant les témoignages des aidants. Leur force reste un modèle pour nous tous.

Troubs (un auteur que nous aimons Sables noirs, La longue marche des éléphants, Chemins de pierres) et Edmond Baudoin (un auteur majeur que nous aimons Les rêveurs lunaires) alternent leurs récits et leurs dessins en noir et blanc pour nous livrer la plus belle des aventures, celle de l’Homme.

Pour aider Cédric Herrou et Roya citoyenne :

https://www.roya-citoyenne.fr/

https://www.facebook.com/royacitoyenne/

https://www.facebook.com/HerrouCedric/

Article posté le vendredi 13 avril 2018 par Damien Canteau

  • Humains, La Roya est un fleuve
  • Auteurs : Edmond Baudoin et Troubs
  • Editeur : L’Association, collection Eperluette
  • Prix : 22€
  • Parution : 19 avril 2018
  • ISBN: 9782844147172

Résumé de l’album : Pendant l’été 2017, les auteurs ont sillonné la vallée de la Roya, dans le Sud de la France, point de passage pour les migrants arrivant d’Italie et voulant passer la frontière. Dans ce carnet de voyage, ils racontent leurs rencontres avec des exilés et des membres du collectif Roya Citoyenne qui leur vient en aide, donnant à voir la violence du monde mais aussi l’humanité et la solidarité

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir