La fourmilière

Après Lose et En toute simplicité, les deux recueils édités en 2014 par Atrabile, Michael DeForge est de retour avec La fourmilière, son premier long récit, qui comme l’indique le titre, plonge le lecteur dans ce lieu si ordonné comme une micro-société qui voit ses habitantes attaquées par des fourmis rouges…

DES HISTOIRES INDIVIDUELLES QUI FORMENT UNE GRANDE HISTOIRE

Le récit de Michael DeForge est de nouveau original, singulier mais hautement brillant ! Ces toutes petites bestioles, malmenées par des visiteuses hors de tout contrôle, réagissent et inter-agissent comme de vrais êtres humains. Teinté d’un bel humour, parfois très subtil, l’auteur canadien emporte son lecteur dans des histoires individuelles qui s’entrecroisent mais par une très grande maîtrise narrative forment une histoire très cohérente.

UN SCENARIO TRASH

Les simples fourmis ont une existence des plus basiques : certaines vont chercher la nourriture, certaines sont utilisées pour leur semence transmise à la Reine, d’autres sont soldats… Tout est donc hiérarchisé et cette micro-société fonctionne très bien ainsi. Pourtant chez Michael DeForge tout s’entremêle, tout vole en éclat. Sa vision moins idyllique est à la fois pop dans le dessin et trash dans son scénario.

UN DESSIN POP

Pour rythmer son récit, le canadien utilise avec talent un découpage en gaufrier, un trait tout en rondeur, des personnages et des couleurs psychédéliques bienvenues. Un récit original pour un rendu singulier. Une très grande réussite !

Article posté le jeudi 23 avril 2015 par Damien Canteau

  • La fourmilière
  • Auteur : Michael Deforge
  • Editeur : Atrabile
  • Prix : 24€
  • Sortie : 23 avril 2015

Résumé de l’éditeur : Pauvres pauvres petites fourmis… Dans un monde où grouillent des milliers de vies minuscules, soumises à une reine omnipotente, on pourrait aisément penser que c’est l’ordre et le respect qui règnent. Mais derrière cette masse sans visage, se trouve autant d’individus et de destins différents – et c’est à certains d’entre eux et à leur toutes petites existences que va s’intéresser Michael DeForge dans La Fourmilière. Car c’est le chaos qui va bientôt frapper à la porte de la fourmilière, sous la forme de fourmis rouges hautement vindicatives, et rendues folles par l’absorption de lait d’araignées…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir