L’attaque des titans

Publié en 2009 pour la première fois au Japon, L’attaque des titans débarque en France en 2013 et devient tout de suite un phénomène éditorial. Les éditions Pika rééditent les trois premiers volumes dans une intégrale, une formidable histoire de Hajame Isayama.

DES TITANS ET UNE MURAILLE

Il y a une centaine d’années, des Titans (créatures gigantesques d’une quinzaine de mètres et hyper-violentes) sont apparues sur Terre. Pour se nourrir, ils ont décimé des êtres humains. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Sont-elles vraiment dénuées d’intelligence ? Par quoi sont-elles muées ? Personne ne le sait. Quelques survivants du massacre se sont alors regroupés, ont érigé une immense muraille de plus de 50 m, ont construit une ville et ont recommencé à vivre.

Parqués comme des animaux, ils se sont développés et ont survécu, entourés par trois enceintes. Plus les gens vivent vers le centre, plus ils sont riches et sont en sécurité. Le calme apparent a permis aux habitants de devenir de plus en plus nombreux et de vivre quasiment normalement. Pour observer les faits et gestes des Titans, une patrouille d’explorateurs s’aventure à l’extérieur, mais peu d’entre eux en reviennent vivant, dévorés par les créatures. De son côté, la muraille est de moins en moins surveillée. Seuls des gardes qui jouent aux cartes pour passer le temps et qui boivent sont censés faire le guet.

EREN, MIKASA… DES ADOLESCENTS QUI ONT TRÈS VITE GRANDI

Pour incarner au mieux l’histoire, Hajime Isayama met en scène Eren, un jeune garçon, forte tête, intelligent, fils d’un grand médecin et d’une maman douce et aimante. Sa sœur adoptive, Mikasa, est une adolescente qui se bat d’une façon magistrale, n’ayant peur de personne. Enfin, Armin est le dernier du trio, qui est moins casse-cou que les deux premiers.

Voulant à tout prix sortir de cette ville fortifiée, l’adolescent est pourtant freiné par ses parents et ses copains. Un jour que des explorateurs rentrent d’une mission, un danger se révèle : un titan plus grand que la muraille, perce un trou, entre dans la ville, accompagné d’autres créatures. C’est la panique !

DÉSIR DE LIBERTÉ CONTRE TITANS ASSOIFFÉS DE SANG

Le récit est donc centré sur Eren, un garçon épris de liberté, à l’esprit vengeur après la nouvelle attaque de la cité. Il est donc assez facile pour le lecteur adolescent de s’identifier à lui. Accompagné d’une jeune fille, plus forte que lui; leur duo fonctionne à merveille puisque les deux personnages sont opposés donc complémentaires.

Le contexte de huis-clos imprime un sentiment de tension voire d’angoisse, surtout que les Hommes n’ont dans l’esprit que leur survie et l’éloignement des Titans. D’ailleurs pour en tuer un seul, 30 humains sont sacrifiés. Ils sont quasi invincibles et leur tête peut même repousser.

Si la trame du récit semble plutôt classique, le dynamisme de l’histoire, les personnages, les combats et l’horreur accroche rapidement le lectorat. Le seinen (pour les lecteurs plus âgés) serait donc une sorte de version de la légende mythologique grecque des Géants. Hajime Isayama insiste aussi sur le côté environnemental-écologique de son œuvre : les humains sont parqués comme des bestiaux, ne servant finalement que de friandises dans cette nouvelle chaîne alimentaire.

UNE PARTIE GRAPHIQUE D’UNE GRANDE MODERNITÉ ET D’UN BEAU DYNAMISME

Le décor de la ville est un mélange de futur (un monde post-apocalyptique) mais aussi de société médiévale plutôt développée (agriculture, guildes, artisans et vendeurs à la criée, ainsi que des tuniques en guise de vêtement ou encore les pauvres en périphérie et les notables au centre, comme dans une société féodale). Le mystère réside aussi dans les dirigeants de la cité, leur pouvoir et leur gouvernance.

Le trait en noir et blanc du mangaka prend une belle tournure notamment dans les combats entre Titans et Humains mais aussi dans la représentation des créatures gigantesques (hachures et trames très précises). Le reste du temps, les planches sont plus classiques.

UN MANGA PHÉNOMÈNE

Phénomène éditorial avec 20 millions d’exemplaires vendus au Japon en 2013 (la version télévisée a contribué à ce succès), le même engouement est visible en France depuis sa sortie chez Pika (55 000 en 2014). A souligner que l’année 2014, le titre s’est vendu à plus de 8 700 000 exemplaires (titre annuel par série, classement Oricon) et 11,7 millions pour la globalité, sur tous les volumes. Des chiffres qui donnent le tournis à son auteur pourtant encore très jeune (33 ans). L’attaque des titans multiplie les récompenses dont notamment le Prix du meilleur manga de Kôdansha en 2011.

Article posté le jeudi 10 décembre 2015 par Damien Canteau

  • L’attaque des titans, édition colossale 1
  • Auteur : Hajime Isayama
  • Editeur : Pika
  • Prix : 19.95€
  • Parution : 07 octobre 2015

Résumé de l’éditeur : Il y a plus d’un siècle, les Hommes vivaient en paix. Mais, un jour l’Humanité a été presque entièrement décimée par des êtres gigantesques, les Titans. Personne ne sait d’où ils viennent ! Une chose est sûre, ils semblent animés par un unique but : dévorer les humains, un par un ! Depuis, les derniers rescapés ont bâti une place forte, une cité cernée de hautes murailles au sein de laquelle vivent leurs descendants. Ignorants tout du monde extérieur, ils se pensent au moins à l’abri des Titans ! Mais leurs vies basculent le jour où surgit un Titan colossal…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir