Le clan des Otori

Sauvé par le seigneur Shigeru, Takeo est désigné comme son héritier. Entre luttes de famille, complots de cour et romance, Stéphane Melchior et Benjamin Bachelier adaptent Le clan des Otori, la saga de Lian Hearn. Plongée dans le Japon médiéval des guerres de clans rivaux. Époustouflant !

Fuir pour ne pas mourir

Le Japon au Moyen-Age. Tomasu, de la caste des Invisibles, fuit le danger. Le seigneur Tohan a rasé son village et ses hommes l’ont pris en chasse pour le tuer.

Les Invisibles peuvent se mouvoir dans l’espace sans jamais être vus. Mais cette fois-ci, le jeune homme est tout proche de mourir.

Il est alors sauvé par Shigeru, le chef du clan des Otori, qui met en pièce les malfrats aux basques de Tomasu.

Un invisible chez les otori

Afin de ne pas découvrir son secret et parce que les Invisibles sont la caste inférieure au Japon, Shigeru rebaptise Tomasu en Takeo.

Après plusieurs jours de marche, les deux hommes arrivent au palais Hagi, demeure des Otori. Jadis, ce clan était le maître de la région jusqu’à ce que les Tohan les repoussent. Dès lors, une guerre de territoire fait rage entre les deux entités, entre combats et mariages forcés.

Shigeru décide alors d’adopter officiellement Takeo. Il veut ainsi en faire son héritier. Mais tout le monde dans le clan n’est pas du même avis.

Le clan des ototri, se(a)igneurs de guerre

En choisissant d’adapter Le clan des Otori, Stéphane Melchior savait pertinemment qu’il tenait là une grande fresque historique épique. La saga de six volumes imaginée par Lian Hearn fut vendue à 660 000 exemplaires rien qu’en France !

Il faut souligner qu’elle possède tous les ingrédients pour happer les lecteurs : dépaysement, Histoire, guerre de clans, complots et intrigues de cour, romance, dévotion et sentiment de vengeance.

Cet univers médiéval japonais permet toutes les fantaisies et les fantasmes. Ainsi, Stéphane Melchior y ajoute du fantastique et les lecteurs se retrouvent en face de se(a)igneurs de guerre impitoyables.

Shigeru et Takeo unis par le secret

Shigeru veut faire de Takeo, son héritier. Si les hommes de main ne connaissent pas la vérité sur l’identité du jeune garçon, à la cour, les plus fidèles sont au courant. Tous ne voient pas d’un bon oeil cette adoption. Comme ils sont loyaux envers leur chef, ils le serviront comme il se doit.

Takeo et Shigeru sont donc unis par ce secret. Les Invisibles sont considérés comme des « êtres inférieurs » par la population. Ils sont néanmoins dotés d’un pouvoir surnaturel d’invisibilité.

On apprécie aussi le côté romantique de l’histoire. Le clan des Otori est nourri d’une romance entre Takeo et une femme de la cour.

Stéphane Melchior met en forme le récit de Lian Hearn avec habileté. Le scénariste des Royaumes du Nord et de La tour des anges imprime un rythme élevé à son histoire. Les combats sont rudes et les morts se multiplient.

De la force du dessin

Stéphane Melchior choisit de nouveau Benjamin Bachelier pour illustrer Le clan des Otori. Les deux auteurs se connaissent bien puisqu’ils ont publié ensemble une version de Gatsby le magnifique et Taipi un paradis cannibale.

Le dessinateur, aujourd’hui Nantais, réalise des merveilles. Ses planches au trait épais, vif et nerveux convient parfaitement à cet univers médiéval. Les costumes sont sublimes, les combats fluides et les couleurs superbes.

Article posté le mardi 02 mars 2021 par Damien Canteau

Le clan des Otori 1 de Stéphane Melchior et Benjamin Bachelier, d'après Lian Hearn (Gallimard BD)
  • Le clan des Otori, tome 1 : Le silence du rossignol
  • Scénariste : Stéphane Melchior, d’après l’oeuvre de Lian Hearn
  • Dessinateur : Benjamin Bachelier
  • Editeur : Gallimard BD
  • Prix : 17, 80 €
  • Parution : 03 mars 2021
  • ISBN : 9782075123341

Résumé de l’éditeur : Au XIVe siècle, dans un Japon féodal mythique, Takeo est sauvé d’une mort certaine par sire Shigeru, chef du clan des Otori, qui décide d’en faire son héritier. Le jeune homme, qui doit s’adapter à sa nouvelle existence, se trouve plongé au coeur de luttes sanglantes entre les seigneurs de la guerre. Mais d’où viennent ses dons prodigieux ? Devra-t-il choisir entre sa dévotion à sire Shigeru et son désir de vengeance ?

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée). Il est le rédacteur en chef du site Comixtrip.

En savoir