Le joueur d’échecs

Chef-d’œuvre de Stefan Sweig, Le joueur d’échecs fait l’objet d’une superbe adaptation dessinée signée David Sala aux éditions Casterman. Enthousiasmant !

LE MAITRE DU JEU

New-York, 1941. Un paquebot s’apprête à appareiller en direction de Buenos Aires. Parmi les passagers se trouve Mirko Czentovic, un grand maître des échecs. Grand joueur yougoslave, il subsiste de nombreux mystères autour de sa personnalité. Il faut souligner que pendant toute la traversée, il reste cloîtré dans sa cabine. Après plusieurs tournois américains gagnés, il tente sa chance en Argentine.

Pour faire passer le temps à bord, MB – mystérieux homme cultivé – met en place des parties d’échecs dans les salons feutrés du paquebot. Son but étant de faire sortir Czentovic de sa cabine pour l’affronter.

CZENTOVIC SE MONTRE

Après plusieurs jours d’attente, Mirko Czentovic se décide enfin à se montrer. Pourtant lors des parties, aucun adversaire n’est à sa hauteur, pire, même en jouant à plusieurs, le maître gagne à chaque coup.

Pourtant, un grain de sable va enrayer la belle machine à gagner. C’est MB – qui n’aurait plus joué à ce jeu stratégique depuis 25 ans – qui le défie. La lutte est alors lancée entre les deux hommes…

LE JOUEUR D’ÉCHECS : TRÈS BELLE ADAPTATION

Roman publié à titre posthume en 1943 – c’est le dernier roman qu’écrivit Stefan Sweig Le joueur d’échecs est l’un des textes les plus connus et les plus étudiés en cours de l’auteur autrichien. Alors que nous avions été enchantés par la version de Thomas Humeau (éditions Sarbacane, 2015), celle de David Sala nous impressionne par sa qualité graphique de haut-vol.

Né en 1973, l’auteur originaire de Décines a suivi des études de dessin à l’Ecole Emile Cohl, puis a illustré de nombreuses couvertures de romans mais aussi des livres Jeunesse avant de débuter sa carrière dans la bande dessinée en 2000 avec Replay (deux volumes avec Jorge Zentner, Casterman). Viennent ensuite Nicolas Eymerich (quatre tomes avec le même scénariste) ou Cauchemar dans la rue (adaptation du roman de Robin Cook) jusqu’à cette déclinaison sublime du Joueur d’échecs.

Ses grandes cases à l’aquarelle – inspirées par les peintres Egon Schiele ou Gustav Klimt – lui permettent de réaliser de merveilleuses planches. David Sala magnifie le texte de Sweig par des pages qui charment le lecteur. Ses portraits de personnages apportent du suspense et du mystère comme a pu le faire ressentir à ses lecteurs l’auteur de La confusion des sentiments.

Servant ce texte fort de l’auteur autrichien qui du s’exiler à Londres au début des années 30 après avoir tenu tête au régime hitlérien par ses écrits, David Sala joue aussi une belle partie narrative, en y apportant des moments de silence. D’ailleurs le cœur du Joueur d’échecs est incarné par MB, aristocrate allemand, homme qui fut emprisonné dans les geôles du pouvoir nazi, dans lesquelles il apprit à jouer aux échecs. Ce roman sera l’ultime cri du cœur de Sweig contre le Nazisme.

Article posté le mercredi 25 octobre 2017 par Damien Canteau

  • Le joueur d’échecs
  • Auteur : David Sala, d’après le roman de Stefan Sweig
  • Éditeur : Casterman
  • Prix : 20€
  • Parution : 04 octobre 2017
  • ISBN : 9782203093478

Résumé de l’éditeur : David Sala adapte le chef d’oeuvre de Stefan Zweig en BD. Les premiers pas furent un fiasco, je n’arrêtais pas de m’embrouiller, cinq, dix, vingt fois, je dus reprendre le début de la partie. Mais j’avais tout mon temps… Moi, l’esclave du néant… 1941. Dans les salons feutrés d’un paquebot en route pour l’Argentine, le champion du monde d’échecs affronte lors d’une ultime partie un aristocrate viennois, dont l’incroyable maîtrise du jeu est née dans l’antre de la tyrannie. Cette dénonciation poignante et désespérée de la barbarie nazie est le dernier texte écrit par Stefan Zweig avant son suicide.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir