L’île entre deux mondes

L’île entre deux mondes est le récit poétique du retour au pays d’un enfant devenu grand. Après avoir quitté Aoshima, l’île bleue à l’âge de 4 ans, Tatsumi y revient en tant que professeur. C’est une retrouvaille timide avec ce monde suspendu à la lisière de la nature et du surnaturel.

L’île entre deux mondes

Jeune professeur, Tatsumi est muté à Aoshima, l’île bleue. Il se rappelle à peine que c’est là-bas qu’il est né. Il en garde pourtant un souvenir : une amulette en forme de perle que sa mère lui avait transmise avec ces paroles :

« Un jour… Quand tu seras grand, on retournera sur l’île pour le rendre, d’accord ? Là où naît le bruit d’Hisakata… »

Il retourne donc là-bas, sur l’île bleu nimbé dans la lumière. Bientôt, il est happé par des événements étranges, mystérieux, qui semblent habiter l’île entière. Dans une ambiance familiale et bon-enfant, il renoue timidement avec le folklore local, jonglant entre explication physique et mythe traditionnel.

Le bruit d’Aoshima

Aoshima est inondée de bruits. Le chant des cigales, celui des oiseaux, celui des arbres. Une multitude de chansons douces et apaisantes. Le Bruit est également le titre de chaque chapitre. Le bruit des vagues, Le bruit du tonnerre, le bruit du brouillard…. Autant de mélodie de la nature qu’Asuka Ishii met en mot et en image.

Chacune de ces histoires oscille entre explication scientifique et référence folklorique. Tatsumi, doté d’une grande culture, nous délivre des explications chimiques, météorologies, biologiques. Des connaissances tout à fait valables dans notre monde terre à terre, qui tout à coup, jouent avec les frontières du surnaturelle. Avec les limites du divin japonais, où toute chose a son dieu, son esprit.

Asuka Ishii s’empare des Yôkai poétiques et mystérieux de la mythologie traditionnelle japonaise pour nous raconter des histoires légères comme le vent et bruissantes comme les plumes du héron.

Elle nous emmène dans un monde un peu inquiétant, mais tendre. Emplit de bienveillance, d’acceptation des maux et de reconnaissance. C’est une ode aux vivants, présent, passé et futur. Aux immortels et aux fugaces.

Les enfants de l’île

Les îles – surtout petites – ont toujours une ambiance étrange pour les continentaux. Comme un huis-clos à ciel ouvert. L’humain continental est en pleine air comme un invité dans une demeure. Un chez-soi dont les murs sont les vagues de la mer. Tatsumi revient sur l’île comme cet humain qui toque à la porte d’Aoshima. Pas bien sûr d’être à sa place. Pourtant, les anciens voisins ont vite fait le rassurer. Bienvenu à la maison, enfant de l’île que l’île n’oublie pas.

Les personnages de L’île entre deux mondes sont doux, heureux, bon-vivants et mystérieux. Comme si les habitants, à force de vivre sur cette île entre deux mondes, étaient devenu un peu de l’autre aussi. Certains, si innocemment gentils, ne semblent pas être tout à fait ce qu’ils prétendent. A moins qu’ils le soient, on ne sait pas.

La plume et l’encre

L’île entre deux mondes nous emporte dans son univers par son style légèrement enfantin. Très lumineux, avec un travail des perspectives et des textures superbement réalisé. Avez-vous déjà essayé de dessiner le vent ? Et le brouillard ? la surface de l’eau en état vitreux ? Le tonnerre ?

C’est un dessin comme un rêve. Il nous semble tellement réaliste quand on est à l’intérieur. Mais lorsqu’on en ressort, on remarque toutes ses imperfections enfantines et jolies, définitivement propres à soi.

Le graphisme de L’île entre deux mondes a un petite quelque chose tiré d’ailleurs. En tout cas, je me demande si Asuka Ishii ne serait pas inspirée par Inio Asano, dont on reconnaît quelques similitudes dans le trait des visages et la gestuelle de ses personnages. Il rappelle également le douceur brillante – entre luciole et feu-d’artifice – de l’anime 3-gatsu no Lion, tiré du mange du même nom de Chika Umino.

Sans oublier la texture visuelle – crayonnée, pastel, aquarelle confondu – que l’on peut accoler à celle du film Les enfants de la mer d’Ayumu Watanabe. Une mise en perspective évidente de par le graphisme, mais aussi de par l’ambiance insulaire mystique, l’amour de la mer et des forces merveilleuses de la nature.

Asuka Ishii, les mains dans la peinture.

L’autrice de L’île entre deux mondes baigne dans l’illustration. Elle est à la fois mangaka et artiste peintre. Pour les voyageurs – partons du principe qu’un jour on pourra se remettre à voyager – elle expose régulièrement à Tokyo, Okinawa et Hokkaidô.

Elle remporte 2 fois le prix Shiki du magazine Afternoon destiné aux jeunes auteurs, aux éditions Kôdansha. Et accumule déjà plusieurs œuvres. Parmi lesquels les One-Shot Drop et Ametsuchi no Uta ( La chanson de l’Univers ) et Ten kara kita. Aucun n’est pour l’instant -malheureusement – édité en France.

L’île entre deux mondes affirme son goût pour le surnaturel et l’onirique. C’est un manga en deux tomes, édité en grand format chez Pika Édition, collection Pika Graphic. Autant vous dire que le livre est un très bel objet qui rend hommage à l’univers graphique d’Asuka Ishii.

L’île entre deux mondes enrichit à la fois notre culture générale et notre esprit. C’est un livre qui insuffle la paix et invite au voyage. Un part de vie science-folklorique magnifique.

Article posté le mercredi 14 avril 2021 par Ma Lo

L'île entre deux mondes -Asuka Ishii - Pika
  • L’île entre deux mondes
  • Auteur : Asuka Ishii
  • Editeur : Pika
  • Prix : 14€
  • Parution : 14 avril 2021
  • ISBN : 9782811659844

Résumé de l’éditeur : Aoshima, petite île éloignée des îles principales du Japon. Caressée par le vent, bercée par les vagues, cette “île bleue” baigne dans la lumière. Dans ces paysages hors du commun, d’étranges phénomènes happent Tatsumi, jeune professeur nouvellement muté à l’école locale, et le plongent dans un monde à la lisière de la nature et du surnaturel…

À propos de l'auteur de cet article

Ma Lo

Ma Lo

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont englouti Ma Lo. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir