Magnum Opus

Magnum Opus nous emmène sur la route de Magnum, un jeune garçon pauvre qui rêve de devenir aussi brillant et fort que son héros : Le chevalier bienveillant Graham.

Le début du changement

Le jeune Magnum peine à faire vivre sa famille. Tous les jours ils luttent contre la faim comme beaucoup d’autres habitants de Vonéra. Les seuls réconforts de Magnum sont sa meilleur ami Platina Flamel et son héros, Graham, le chevalier bienveillant.

La chance semble enfin lui sourire lorsque Graham vient les trouver et leur propose de le rejoindre dans la forêt. Fou de joie, les deux adolescents promettent de n’en parler à personne. Magnum voit enfin un peu de lumière au bout du tunnel.

Mais son monde s’assombrit de plus belle lorsqu’ils retrouvent le corps de Graham sans vie dans les bois. Près de lui gît un étrange plateau rond incrusté d’une pierre rouge sang. Pour Magnum et Platina, l’objet est indéniablement ce qui a causé la perte du légendaire chevalier.

Un caillou un peu spécial

Très vite Platina, fille de l’Archiviste, comprend qu’il s’agit d’un fragment de pierre philosophale. Son pouvoir est gigantesque. Il peut peut-être sauver leur ville de la pauvreté. Mais bien sûr, il est convoité. Aussitôt la disparition de Graham connue, les soldats Vonéra se mettent en quête de son bouclier perdu. Bouclier qui, comme l’objet trouvé à ses pieds, était serti d’une pierre rouge sang.

Pour accomplir son rêve de vivre enfin libre et rassasié, Magnum veut prendre tous les risques, sortir des murs de Vonéra et se mettre en quête de la véritable pierre philosophale. Peut-être est-ce même sa destiné ? En alchimie Magnum Opus désigne la quête de la pierre philosophale, comment pourrait-il en être autrement pour un héros qui en porte le nom?

Mais des mystères persistent. Pourquoi avoir tué Graham ? pourquoi le fragment était-il toujours là ? Si Graham possédait cette pierre incroyablement puissante, pourquoi n’a-t-il pas sauvé la population mourant de faim ?

Graham était-il vraiment le chevalier bienveillant qu’imagine Magnum ?

Des mystères et des magiciens

Magnum Opus est un nouveau shônen de fantasy écrit par le mangaka brésilien Heitor Amatsu, publié en tant que création originale aux éditions H2T. Heitor Amatsu se réfère à Berserk ou encore The Promised Neverland. On peut dire que Magnum Opus se cale bien entre les deux. D’une part parce que les graphismes sont carrément sombres. D’autre part car, sans être aussi dramatique que ses inspirations, l’histoire de Magnum prend des tournants tragiques.

L’histoire se déroule dans une ville pauvre, mais où la royauté mange à sa faim. L’extérieur de la ville est, semble-t-il, source d’un danger immense pour une raison encore inconnue. Et Magnum et Platina pourrait bien être seul face au reste du monde. C’est un ensemble d’injustice qui donne de l’énergie au manga.

Les moyens qu’on les héros pour surmonter ces inégalités résident surtout sur les épaules de Platina. Grâce à ses connaissances en magie, elle est à la fois le soutien, le bouclier et le couteau-suisse de Magnum.

Le revers du Shônen

C’est peut être le point noir de cette série. Pour l’instant, Magnum n’a pas beaucoup d’atout dans sa manche. Si ce n’est sa détermination et son obsession pour tenir les promesses faites. Caractéristiques éternelles des héros de shônen. Ce héros apparaît seulement comme un jeune garçon sans défense. Je félicite ce réalisme, mais sa marge de progression reste invisible à nos yeux, ou très discrète.

D’autre part, les Shônen nous ont habitué à avoir des personnages qui semblent un peu plus âgé que leur âge réel (Hanamichi, 16 ans, vraiment ?) ou alors carrément trop jeune pour les aventures qu’ils vivent (je pense à toi Gon Freecss). Dans Magnum Opus, nous sommes quelques part entre les deux : Magnum et Platina ont 15 ans, ce qui est un âge tout à fait raisonnable pour un voyage initiatique de médiéval fantasy. Pourtant ils ont l’air plus jeune, presque enfantin. Du coup, certaines de leurs actions ou réactions semblent un peu facile, presque forcées.

Jusqu’au rebondissement final qui, on ne va pas se mentir, vaut bien le coup de lire jusque là.

Presque 3 étoiles

Le premier tome de Magnum Opus pose les bases d’une aventure pleine de rebondissement, de le relation entre personnages qui promettent d’être complexe. C’est aussi ce qui fait que leur évolution peut devenir vraiment intéressante.

Magnum Opus est une petite série de fantasy avec un boulevard de péripéties possibles. Des personnages mignons qui ne demandent qu’à évoluer. Le premier tome (sur une série de 3) aurait pu m’arracher les 3 étoiles, alors qui sait, peut-être que les tomes suivants y arriveront…

Article posté le dimanche 08 novembre 2020 par Marie Lonni

  • Magnum Opus
  • Auteur : Heitor Amatsu
  • Editeur : H2T
  • Prix : 7,95€
  • Parution : 02/09/2020
  • IBAN : 9782377772568

Résumé de l’éditeur : Magnum, un jeune garçon issu des quartiers pauvres du royaume de Vonéra rêve de devenir chevalier pour venir en aide à sa famille.

En vagabondant dans la forêt avec son amie Platina, les deux enfants tombent sur le cadavre de Graham, le chevalier légendaire réputé invincible, gisant près de son bouclier.

Magnum et Platina récupèrent alors le pavois orné d’une pierre rouge aux reflets incandescents, sans se douter de l’importance de cet artefact, ni du sort funeste qui attend tous ceux qui l’ont possédé…

À propos de l'auteur de cet article

Marie Lonni

Marie Lonni

"C'est fou ce qu'on peut raconter avec un dessin". Voilà comment les arts graphiques ont engloutie Marie. Depuis, elle revient de temps en temps nous parler de ses lectures, surtout quand ils viennent du pays du soleil levant. En espérant vous faire découvrir des petites pépites à savourer ou à dévorer tout cru !

En savoir