Michigan, sur la route d’une War bride

Maud découvre que sa grand-tante était une War Bride. Qui étaient ces femmes qui se marièrent avec des soldats américains à la fin de la Seconde Guerre Mondiale ? Lucas Varela, sur un scénario de Julien Frey, conte l’histoire vraie de l’une d’entre elles dans Michigan, sur la route d’une War Bride, un excellent récit touchant et instructif chez Dargaud.

VERS LE MICHIGAN

Paris, juillet 2010. Maud et son compagnon Julien préparent leur venue dans la famille de la jeune femme dans le Michigan. Il va enfin rencontrer Odette, la grand-tante française de la jeune femme, qui partit s’installer aux Etats-Unis à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Paris, novembre 1944. Odette travaille comme serveuse au Café de l’Est, une grande brasserie. Fréquemment, des soldats américains se rendent dans l’établissement pour prendre du bon temps. Parmi eux, John commence son travail de séduction sur la jeune femme. Insistant parfois lourdement, il arrive pourtant à ses fins.

DEVENIR UNE VRAIE AMÉRICAINE

Après avoir annoncé à ses parents qu’elle va épouser John et qu’elle quitte la France, elle fait ses valises et se retrouve dans le Camp Philip Morris au Havre. Là, les jeunes françaises sont « éduquées » pour devenir de vraies américaines. Cuisine ou The star spangled banner – hymne américain – à apprendre sont au menu de ce drôle d’endroit. Après plusieurs semaines, les jeunes femmes embarquent sur le Vulcania direction New-York.

John ne peut pas venir chercher son épouse, parce qu’il est coincé encore en France. Elle rallie alors Boston en train où l’attend sa belle famille …

MICHIGAN, SUR LA ROUTE D’UNE WAR BRIDE : UNE FRANCAISE EPOUSE UN GI’S

Très instructif, le récit de Julien Frey est fondé sur une histoire vraie, celle de Odette, encore en vie actuellement et qui a 83 ans. Il se met même en scène de manière humoristique avec beaucoup d’auto-dérision dans un récit au ton agréable et léger. En effet, Michigan est un album souvent drôle.

Pour construire son histoire, il met en parallèle Odette et John dans les années 40 et Julien et Maud de nos jours. Il imagine intelligemment alors des flash-back et allers-retours. Le tout est fluide et fonctionne très bien.

Thématique peu abordé dans les médias (littérature, film, bande dessinée, documentaire), les War Bride ont eu une existence extrêmement étonnante. Le lecteur découvre ainsi les difficultés de certaines à s’intégrer dans une famille inconnue et dans un pays complétement différents en terme de culture et de mœurs. On notera aussi la construction de camps afin d’éduquer dans un premier temps ces futures épouses, la traversée sur des énormes paquebots, le choc à l’arrivée mais aussi l’envie pour certaines de revenir en France; la très grande majorité – comme Odette – se plaira dans leur nouveau pays et y fera toute leur vie.

Le lecteur appréciera aussi la vision de Julien lorsqu’il découvre la famille d’Odette et leurs grande différences en matière d’éducation. Les clichés sont nombreux mais ils font rire.

UN GRAPHISME TOUT EN DOUCEUR

Découvert avec l’excellent album Paolo Pinocchio (Tanibis, en sélection officielle à Angoulême en 2013), une version trash du héros de Collodi, Lucas Varela est un auteur de talent mais qui se fait rare. Après Le jour le plus long du futur (Delcourt) un formidable album de science-fiction, il met en image Michigan avec beaucoup de douceur dans son trait.

Son dessin semi-réaliste restitue parfaitement le ton léger de l’histoire. Ses planches sont très équilibrées et très justes. Ses couleurs pastel (4-5 différentes) sont magnifiques.

Article posté le samedi 22 avril 2017 par Damien Canteau

Michigan sur la route d'une War Bride de Julien Frey et Lucas Varela (Dargaud) décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Michigan, sur la route d’une War Bride
  • Scénariste : Julien Frey
  • Dessinateur : Lucas Varela
  • Éditeur : Dargaud
  • Prix : 19.99€
  • Parution : 07 avril 2017

Résumé de l’éditeur : Lorsque Julien débarque dans le Michigan pour y rencontrer la famille américaine de sa femme, il découvre l’Amérique du Midwest marquée par la crise des subprimes et des cousins pas ordinaires. Mais surtout, il rencontre Odette, la grand-tante française au caractère bien trempé. Cette parisienne qui, à la fin de la seconde guerre mondiale, s’est mariée avec un soldat américain. Comme elle, 200 000 européennes ont quitté leur famille et leur pays par amour pour un GI. 200 000 femmes qu’on appelle des « War Brides ».

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir