Mohamed Ali, Kinshasa 1974

Mohamed Ali, Kinshasa 1974. Après Robert Capa, Henri Cartier-Bresson et Steve McCurry, la collection Aire Libre / Magnum Photos chez Dupuis met à l’honneur un nouveau photographe : le franco-iranien Abbas. En octobre 1974, celui-ci couvre pour la célèbre agence un des plus fameux combats de l’histoire de la boxe : le match entre Mohamed Ali et George Foreman pour le titre mondial des poids lourds.

The Rumble in the Jungle

Scénarisé par Jean-David Morvan et dessiné par l’illustrateur argentin Rafael Ortiz, cet album intitulé Mohamed Ali, Kinshasa 1974 nous raconte le fameux duel vu par les yeux et les photos d’Abbas. Le récit est enrichi de nombreux flash-backs qui permettent au lecteur de mieux cerner les deux combattants et l’environnement si spécial de ce combat — surnommé The Rumble in the Jungle (« Le Combat dans la jungle ») — qui se déroule à Kinshasa, capitale du Zaïre de Mobutu.

« Un cadeau du président Mobutu au peuple zaïrois et un honneur pour l’homme noir »

Ainsi, est décrite la rencontre sur une affiche. A cette époque, le dictateur africain veut faire parler de son pays et le valoriser aux yeux du monde entier. Voilà pourquoi il décide d’organiser ce méga-événement (et de lancer aussi un programme spatial, comme raconté dans l’excellent Mobutu dans l’Espace d’Aurélien Ducoudray et Eddy Vaccaro).

Mohamed Ali, Kinshasa 1974 : Quand photos et dessins s’unissent…

Disons-le d’emblée : le mariage clichés-illustrations est savamment dosé et fait mouche. On prend un immense plaisir à tourner ces pages pour découvrir tous les aspects de ce match devenu mythique. Entre le puissant Foreman et l’agile Ali. Qu’il soit en couleurs ou en noir et blanc, le dessin de Rafael Ortiz rend parfaitement l’âpreté du combat. L’illustrateur argentin avait déjà collaboré avec Jean-David Morvan sur l’album Mao Zedong (Glénat). Quant aux photos d’Abbas, elles sont distillées avec précision et permettent de saisir toute la tension du moment.

Article posté le vendredi 12 juin 2020 par Medionok

Mohamed Ali Kinshasa 1974 de Séverine Tréfouël, Jean-David Morvan et Rafael Ortiz, d'après les photos de Abbas (Dupuis / Aire Libre / Magnum photos)
  • Magnum Photos, tome 4 : Mohamed Ali, Kinshasa 1974
  • Scénaristes : Séverine Tréfouël et Jean-David Morvan
  • Dessinateur : Rafael Ortiz
  • Éditeur : Dupuis, Aire Libre
  • Prix :  24.95 €
  • Parution : 05 juin 2020
  • ISBN : 9782800163666

Résumé de l’éditeur : En 1974, Mohammed Ali a la chance incroyable de pouvoir récupérer son titre de champion du monde contre le tenant du titre : George Foreman. Un combat de boxe va les opposer au Zaïre. Organisé par le promoteur Don King et payé par le dictateur Mobutu Sese Seko, ce combat a pour but avoué de promouvoir la zaïrianisation (décolonisation culturelle). Sur l’affiche, on pouvait lire : « Un cadeau du président Mobutu au peuple zaïrois et un honneur pour l’homme noir. » Ce combat, d’abord prévu le 25 septembre, se déroulera finalement le 30 octobre. Surnommé par la population « The Rumble in the Jungle », il doit se dérouler en quinze rounds maximum. Foreman est un véritable monstre, il vient de vaincre par K.O. les deux seuls adversaires à avoir battu Ali. Mais ce dernier compte bien récupérer son titre de champion du monde. De plus, le peuple zaïrois le soutient, ce qui démoralise profondément son adversaire. Il n’empêche que de son propre aveu, Ali est terrifié à l’idée de l’affronter sur le ring. Fin stratège, il sait qu’il ne pourra vaincre Foreman qu’en l’épuisant. Il encaissera donc des coups pendant huit rounds avant de mettre K.O. le tenant du titre, déjouant tous les pronostics ! Abbas, photojournaliste qui se trouve sur place, va immortaliser cette rencontre incroyable. Il gardera les clichés pour lui pendant 36 ans ! Dans ce livre rare, véritable croisement entre le documentaire, le photoreportage et le roman graphique, ces photos se révèlent d’autant plus percutantes dans leur contexte. Les auteurs viennent combler les espaces entre les clichés, permettant de comprendre ce qui y est photographié et l’Histoire qu’ils renferment.

À propos de l'auteur de cet article

Medionok

Medionok

Né la même année que le festival d'Angoulême, Medionok a toujours aimé la BD et comme il adore écrire, c'est tout naturellement qu'il rédige des chroniques.

En savoir