Rasl

Jeff Smith, le créateur de Bone (Delcourt), nous propose sa nouvelle série coup de poing Rasl. Teintée de fantastique, l’histoire met en scène un voleur habile qui peut passer aisément d’une dimension à l’autre.

Rasl escalade la façade d’un immeuble. Il s’apprête à entrer par effraction dans un appartement du septième étage pour y voler un tableau de Picasso. Même s’il a fait attention de ne pas faire de bruit, il est surpris par le propriétaire. Il a juste le temps d’apposer un graff de sa signature et de disparaître, mais dans la rue, il est poursuivi par deux policiers. A peine a-t-il sorti deux étranges propulseurs et a mis un masque africain sur son visage, qu’il disparaît. Son équipement lui permet de passer d’un lieu à l’autre, d’une époque à l’autre, d’une dimension à l’autre. Avant cette dématérialisation, il est touché par une balle d’un des policiers.

Intrigue fantastique

Pour se refaire la santé, il entre dans un bar, y consomme un cocktail et fume un cigare. Alors qu’il choisit une musique dans le juke-box, il est surpris par un homme à l’allure étrange qui lui tire dessus. S’ensuit une course-poursuite sur les toits de la ville. Il ne sait rien de ce type : ni son nom, ni pour qui il travaille. Son seul indice : une puce glissée sous la peau de son avant-bras. Il récupère alors ces deux propulseurs, le Picasso sur le dos et s’enfuit. Il trouve alors refuge chez Annie, son amie…

Mystérieux et accrocheur

Alors que Bone avait une certaine naïveté dans son traitement et mettait en scène un univers fantasy, Rasl s’en détache du tout au tout. D’abord, le récit s’insère dans un monde plus réaliste, même si le fantastique et la science-fiction s’y mêle. L’histoire débute par une intrigue assez classique, celle d’un voleur d’œuvres d’art pour se muer en un récit d’anticipation punchy, plein de rebondissements.. Si l’on pensait connaître Rasl, on s’y méprend : plus l’histoire avance, plus elle se densifie, moins on sait qui il est réellement. En effet, même ce héros ne sait plus où il se trouve exactement, passant d’une dimension à l’autre, il s’y perd. Les deux autres personnages sont tout aussi mystérieux : Annie, son amie mais surtout le tueur qui le pourchasse. Le trait de l’auteur américain est très précis, soigné, lisible et d’une belle efficacité. Pour cette édition chez Delcourt, l’album a été colorisée par Steve Hamaker, assisté par Tom Gaadt et ce d’une belle manière.

Rasl : C’est mystérieux, fou, haletant et très accrocheur. Un beau premier album.

Article posté le mercredi 27 août 2014 par Damien Canteau

  • Rasl
  • Auteur : Jeff Smith
  • Editeur: Delcourt, collection Contrebande
  • Prix: 14.95€
  • Sortie: 27 août 2014

Résumé de l’éditeur : En découvrant les journaux perdus de Tesla, RASL, ex-ingénieur, parvient à décrypter les secrets de l’un des plus célèbres inventeurs. Il abolit les lois de la physique et passe alors de dimensions en mondes parallèles pour dérober des pièces uniques. Mais posséder l’un des plus grands secrets scientifiques de l’humanité n’est pas sans danger. Encore faut-il en maîtriser les conséquences.

Tous les albums

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir