Spirou, l’espoir malgré tout

Alors que Le journal d’un ingénu fut un succès public et éditorial, Emile Bravo lui donne enfin une suite, sept ans plus tard avec L’espoir malgré tout. Encore un sublime ouvrage de Spirou ! On embarque avec délice dans cette formidable déclinaison du petit groom !

Spirou arrêté

Alors que Le journal d’un ingénu racontait les premiers pas de Spirou au Moustic Hôtel mais aussi sa rencontre avec Fantasio, L’espoir malgré tout plonge le duo dans l’Enfer de la guerre. Emile Bravo reprend donc là où s’était arrêté, à savoir le moment où Kassandra – la petite amie juive polonaise de Spirou – n’avait plus donné de nouvelles au jeune groom.

Bruxelles, janvier 1940. La capitale belge est sous pression, les Allemands sont aux portes de la Belgique, prêts à envahir le pays. Les temps sont durs pour tout le monde, notamment les jeunes enfants du quartier. Comme à son habitude, Spirou joue le grand frère, tente de recoller les morceaux entre Suzanne et ses camarades. Les boules de neige pleuvent mais une plus lourde – à cause d’une brique à l’intérieur – se retrouve sur le crane d’un policier.

Le groom se retrouve alors au commissariat et doit répondre des actes des enfants. Après la dissipation des malentendus, il ressort libre. Il se rend alors au Moustic Hôtel pour commencer sa journée de travail. Comme à son habitude, Entresol le rabroue mais Dewilde, son patron, vole à son secours.

L’heure est grave, c’est la guerre

Spirou est heureux, il a reçu une lettre de Kassandra. C’était sans compter sur les pitreries de Fantasio qui lui gâche un peu la fête. Il faut dire que le grand blond a été incorporé dans un bataillon de l’armée, mais il n’est pas le militaire modèle. Ils décident alors d’aller boire un verre dans le café en face afin que le groom puisse lire tranquillement. Ils font alors la connaissance de Félix, un peintre juif allemand ayant fui son pays.

Par la suite, ils sont invités chez lui où ils rencontrent Felka, l’épouse de Félix. Spirou lui parle alors de Kassandra et espère ainsi que la jeune femme pourra prendre de ses nouvelles grâce à ses réseaux.

Le lendemain, Spirou est réveillé par des bruits d’avions. La Belgique est attaquée par les Allemands…

Spirou, l’espoir malgré tout : survivre en temps de guerre

Quel album ! De nouveau, Emile Bravo est à la hauteur de Spirou ! Il imagine une histoire entre la comédie et le drame, entre le rire et les larmes. Prévue en quatre volumes, L’espoir malgré tout débute formidablement bien. Tout est réuni pour que le grand public passe un moment exquis de lecture.

Le point central de ce premier tome est l’exil et les difficultés de survivre en temps de guerre. Spirou et Fantastio tentent de fuir Bruxelles pour trouver un endroit plus sûr et moins exposé. Le grand blond veut quant à lui rejoindre le front pour servir son pays et combattre l’envahisseur. Les bombes éventrent la capitale, les avions ne font aucun cadeau aux anonymes sur les routes et la guerre laisse derrière elle, des maisons vides, des morts, ainsi que des réfugiés forcés. Parallèle intelligent et subtil avec notre époque, Emile Bravo rappelle ainsi que la folie des Hommes mettent sur les chemins de tous les dangers des habitants qui n’ont rien demandé. Ainsi, L’espoir malgré tout est une ode au pacifisme et un manifeste antimilitariste.

Amour, humour, religion et résistance

En 86 pages, Emile Bravo nous embarque dans une folle aventure où l’humour est toujours présent, notamment par Fantasio – grand enfant, burlesque – ou les personnages secondaires. Tels Bourvil et De Funès dans La grande vadrouille, son duo de héros parcourt la Belgique à vélo, Spirou mue par l’amour qu’il porte à Kassandra, tandis que Fantasio balance entre aider son pays et fuir les combats; courageux mais pas téméraire.

Les gendarmes sont tantôt proches des Nazis, tantôt prêts à aider leur prochains, y compris les résistants ou les juifs. En effet, une majorité des Belges n’avaient pas de camp et tentaient juste de survivre (comme les Français). Comme d’ailleurs, Anselme, le paysan qui croise la route de Spirou à la fin de ce premier volet, qui est-il vraiment ? Un collaborateur ou un résistant ?

Sans être anticlérical, L’espoir malgré tout prend ses distances avec la religion et plus particulièrement la religion catholique. Il faut souligner que les Rexistes, proches de Nazis, avaient de nombreux relais dans le clergé belge. Les prêtres n’ont donc pas le beau rôle dans ce premier opus. L’antisémitisme est partout, dans toutes les strates de l’Eglise et dans de nombreuses familles.

Enfin, l’auteur de la merveilleuse série L’épatante aventure de Jules adresse de nombreux clins d’oeil à Hergé. Ainsi, Spirou pour se fondre dans la masse se retrouvera affublé d’un imperméable et d’un casquette, à tel point qu’on le surnommera Tintin. De plus, Fantasio est embauché au quotidien Le Soir, alors aux mains des Allemands; journal qui vaudra d’énormes problèmes à Hergé à la libération.

Aidé aux couleurs par Fanny Benoît, Emile Bravo nous régale par son dessin somptueux. Ses planches sont magnifiques et foisonnantes, agrémentées de nombreux détails et ses personnages ligne-claire de grande qualité.

Nommé dans la Sélection officielle 2019 à Angoulême, ce Spirou est tout simplement bluffant, attachant et d’une infinie humanité. On attend la suite avec une grande impatience !

Article posté le mercredi 26 décembre 2018 par Damien Canteau

Spirou l'espoir malgré tout 1 de Emile Bravo (Dupuis)

Spirou, l’espoir malgré tout, première partie
Auteur : Emile Bravo
Coloriste : Fanny Benoît
Editeur : Dupuis
Prix : 16.50€
Parution : 05 octobre 2018
ISBN : 9782800160986

Résumé de l’éditeur : Janvier 1940. Un hiver particulièrement rude s’est abattu sur Bruxelles. Alors que tout le monde attend avec appréhension l’arrivée imminente de la guerre, Fantasio s’est engagé dans l’armée belge. Dans la forteresse d’Ében-Émael, il est impatient d’en découdre et ne doute pas une seconde que les armées française et britannique écraseront l’armée allemande… Quant à Spirou, il est toujours groom et continue de vivre le plus normalement possible. Sa rencontre avec Felix, un peintre juif allemand dont les nazis ont jugé l’oeuvre ‘dégénérée’, et Felka, sa femme, va lui faire découvrir la ‘question juive’ et la complexité de la situation internationale. Quand la guerre éclate, Fantasio cherche à servir la patrie le plus héroïquement possible. Spirou, lui, essaye de comprendre la complexité de la situation à travers des rencontres avec des personnages profondément humains et tente de se rendre utile en étant fidèle à ses valeurs. Cette grande oeuvre (330 pages en 4 volumes) est un véritable roman mêlant action, humour, vérités historiques et réflexions philosophiques.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir