Stern

Elijah Stern exerce la profession peu enviable de croque-mort dans le Kensas des années 1880. Peu loquace et très discret, comme le demande son métier, il est amené à donner une dernière demeure aux défunts. Pourtant, il découvre que la mort de Bening dans la maison close de la ville ne serait pas si naturelle que cela. La série Stern de Frédéric et Julien Maffre conte son histoire, un premier album d’une très grande qualité édité par Dargaud.

UN VRAI WESTERN

Débuté comme une histoire simple mettant en scène un anti-héros, l’excellent récit de Frédéric Maffre se transforme rapidement en une très belle enquête aux pays des cow-boys. Il faut souligner que le scénariste dont c’est le premier album, propose un western d’une très grande qualité. Pour cela, il plante le décor à Morrison, une petite bourgade du Kansas en 1882 où les bagarres sont nombreuses, où l’alcool coule à flot dans le saloon et où les hommes prennent du bon temps dans la maison-close de la ville. Ajouter à cela, un alcoolique, un shérif, un médecin et des filles de joie et l’on obtient un savoureux mélange des genres.

STERN : PROFESSION CROQUE-MORT

Et au centre de cette cité, Elijah Stern, un drôle de croque-mort, intelligent, lecteur d’ouvrages classiques (Moby Dick, Victor Hugo…), solitaire, introverti, à la silhouette frêle et à la coupe de cheveux ressemblant aux ailes d’un corbeau. Habitant et travaillant à côté du cimetière, à la lisière de Morrison, il se déplace dans une vieille carriole, dernier véhicule des défunts. D’une belle prestance, il est invité à venir chez les Bening, après la mort de Charles dans le bordel de la ville. Sa veuve, membre de la ligue de tempérance (ligue contre alcoolisme) demande à Stern de pratiquer une autopsie sur le cadavre de son mari : elle pense qu’il n’est pas décédé de mort naturelle (crise cardiaque due à son amour des bouteilles). Alors que le médecin ne veut pas effectuer cette manipulation, le croque-mort contre quelques billets, accepte. Il découvre que le poumon de l’homme est trop foncé : il serait donc mort par asphyxie.

UNE ENQUÊTE ORIGINALE

C’est le début de l’enquête, qui va de rebondissement en rebondissement. Stern croise la route d’un ancien ami de Charles, qui l’a sauvé lors d’une bataille de la Guerre de Sécession. Ce clochard alcoolique va s’avérer important pour dénouer le fil de l’énigme. La grande force du récit de Frédéric Maffre repose sur un belle galerie de portraits, figures pittoresques des westerns de notre enfance. Comme son anti-héros, au physique et à la personnalité très loin des clichés de croque-morts (comme dans Lucky Luke notamment).

UN DESSIN DE HAUTE-VOLEE

Originale et touchante, l’histoire est portée par une partie graphique de très haute-volée. Julien Maffre possède un vrai sens de la mise en scène et des cadrages (les bandes horizontales sont d’une excellente qualité). De plus, il propose des personnages singuliers aux morpho-types prononcés. Son Stern n’est pas une masse de muscles, ne monte pas à cheval et ne possède pas de pistolet. Sa fragilité physique et ses cheveux virevoltants tranchent avec les autres personnages plus forts. A l’opposé du héros de Untertaker (Dorison et Mayer, Dargaud), il s’impose par son intelligence et sa discrétion. Ses planches sont agrémentées de couleurs où le lecteur ressent la chaleur et la poussière des bourgades américaines.

Stern : une série western intelligente et originale portée par un récit et un dessin formidables ! A découvrir !

Article posté le dimanche 30 août 2015 par Damien Canteau

  • Stern, tome 1 : Le croque-mort, le clochard et l’assassin
  • Scénariste : Frédéric Maffre
  • Dessinateur : Julien Maffre
  • Editeur: Dargaud
  • Prix: 13.99€
  • Sortie: 21 août 2015

Résumé de l’éditeur : 1880 au Kansas. Elijah Stern, croque-mort local, mène une existence calme et solitaire jusqu’au jour où on lui demande de pratiquer l’autopsie d’un homme trouvé mort dans un bordel. S’improvisant médecin légiste, il découvre que la mort n’est en rien naturelle et se trouve impliqué, malgré lui, dans une véritable enquête. Mais Stern n’imagine pas encore que les clés de cette affaire sont à chercher dans son propre passé…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir