Topo #2

Alors que le premier numéro de Topo en septembre nous avait emballé, voici le deuxième toujours aussi bon. Au sommaire : Primaires des Républicains, Bangladesh et la confection des vêtements, Les maîtres du jeu ou la version de Madame Bovary par Delphine Panique.

LE GRAND REPORTAGE : MADE IN BENGLADESH

Dans le premier numéro de Topo, le grand reportage dessiné était consacré aux Youtubeurs, une usine à fric, signé Claire Le Nestour et Matthieu Méron, celui de novembre-décembre intitulé Made in Bengladesh est signé Elsa Fayner (journaliste) et Carole Maurel.

Dacca, capitale du Bengladesh. Sonia, 18 ans, est employée dans une usine de confection de vêtements. Son travail permet à sa famille de survivre dans ce pays très pauvre. Si les salaires ont augmenté et les bâtiments ont amélioré leur sécurité après la tragédie du 23 avril 2013 qui avait vu 3 des 9 étages d’une entreprise s’effondrer (1135 morts et des milliers de blessés), les conditions de travail restent très dures.

Un accord entre les grands groupes industriels – dont les marques françaises Auchan, Camaïeu, Leclerc, Monoprix ou Casino – a été signé pour améliorer les normes de sécurité. Au milieu de l’immense atelier, Sonia coud les manches des tee-shirts pour ces holdings…

Simple et très didactique sans être rébarbatif, ce grand format est un excellent reportage dessiné. En choisissant d’incarner les conditions de travail par Sonia, le but est atteint. La partie graphique de Carole Maurel (auteure des très bons L’apocalypse selon Magda et Luisa, ici et là) illumine le récit par des planches aux couleurs chaudes pour restituer l’ambiance de la ville de Dacca.

LES MAITRES DU JEU

Un autre reportage dessiné Topo qui a attiré notre attention : Les maîtres du jeu signé Pierre Corbinais (fondateur de l’Oujevipo et Sake that button, sites dédiés aux jeux marginaux) et Halfbob (auteur de Melinda ou Junior). Ils démontrent les méthodes qui incitent à acheter des crédits (chers) lorsque l’on joue à des jeux sur son smartphone. Si ces derniers sont gratuits pour les premiers paliers, il faut vite débourser beaucoup d’argent pour continuer les parties, obtenir des informations pour passer les niveaux. Pour cela, ils mettent en scène Abderraoul accro au jeux.

DELPHINE PANIQUE DONNE SA VERSION DE MADAME BOVARY

L’auteure de l’étonnant et féministe En temps de guerre (Misma), Delphine Panique tente de résumer Madame Bovary de Gustave Flaubert afin de rendre plus accessible et plus moderne. Son personnage (une créature jaune) narratrice intervient même auprès de la jeune femme pour expliquer au mieux les sentiments de l’héroïne.

SCIENCE INFUSE, PRIMAIRES DES RÉPUBLICAINS ET PEGGY ADAM

Au menu de Topo 2, on y retrouve notamment une présentation du phénomène web Norman et ses 7.4 millions d’abonnés Youtube vu par Pochep, mais aussi La question du moment concernant la Primaire des Républicains expliquée par Aurore Gorius – journaliste – et Colcanopa – dessinateur et illustrateur de presse – (l’histoire, la course à la qualification, les candidats, le vote ou la charte à signer), ainsi que la rubrique Science infuse de Marion Montaigne (auteure de Tu mourras moins bête) consacrée à la dépression. Malgré un sujet lourd et grave, la dessinatrice réussit le tour de force de nous faire rire.

Le témoignage de Topo est celui de Peggy Adam, dessinatrice (Luchadoras ou La Gröcha) qui s’engage dans un équipage sur un voilier pour la réinsertion de personnes incarcérées.

La rubrique Si loin si proche propose un extrait de Ma mère était une belle femme de Karlien de Villiers édité par çà et là en 2010.

A noter la très belle couverture de Marie Caillou, auteure du Joueur de flûte (avec Julie Nakache, Eidola).

Article posté le jeudi 10 novembre 2016 par Damien Canteau

Topo 2 est de nouveau un très bon numéro, décrypté par Comixtrip le site BD de référence
  • Topo, numéro 2
  • Auteurs : Collectif
  • Editeur : Topolino
  • Prix : 12.50€
  • Parution : 04 novembre 2016

Résumé de l’éditeur : TOPO reprend le principe de La Revue Dessinée d’associer un journaliste à un dessinateur pour faire une enquête en bande dessinée. Avec 144 pages, TOPO propose des articles au long cours sortis du flux de l’actualité. Sous forme de grands reportages, de chroniques ou de vulgarisation scientifique, en inscrivant les informations dans une continuité historique : – TOPO raconte l’actualité du monde. – TOPO enseigne le vocabulaire du dessin. La ligne éditoriale de TOPO : – Raconter l’actualité en contextualisant l’information. – Servir d’antidote à la désinformation. – Développer un sens critique. – .Donner des outils au lecteur pour qu’il devienne un citoyen La cible Public : – Les – de 20 ans qui réclament une actualité exigeante pour comprendre le monde qui les entoure. – Le monde de l’éducation en quête d’outils pédagogiques. – Toute personne sensible au langage de la bande dessinée. Le ton des enquêtes est rigoureux, précis et engagé. Les chroniques sont informatives et drôles, elles se basent sur la culture des jeunes. Le lecteur n’est ni tutoyé ni infantilisé et le ton utilisé n’a aucune volonté moralisatrice ou surplombante.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir