Un bébé à livrer

2015 est une très belle année pour Benjamin Renner, son album Le grand méchant renard (Delcourt) est un succès et sa précédente publication Un bébé à livrer (Vraoum) est rééditée, ce mois-ci. Un lapin, un canard et un cochon doivent livrer un bébé car la Cigogne s’est cassée une aile. Road trip humoristique, cet album ravira les plus jeunes comme les plus âgés.

UN TRIO DE PIEDS NICKELÉS

La cigogne qui livre les bébés est en route vers la maison des Duchamel en Avignon. Surprise par un arbre, elles est coincée dans ses branches. Un lapin idiot et un canard débile passent par là et l’aide pour en descendre. Mais voilà, en tombant sur le crâne de l’animal aux grandes oreilles, elle se casse l’aile. Impossible pour elle de continuer son trajet. Elle refile habilement le mouflet aux deux crétins.

Un cochon – plus intelligent que les deux premiers et qui sait lire l’adresse de livraison – se retrouve entraîné dans cette aventure. Parcourant la France de tout son long, le trio de pieds nickelés s’engage dans un road trip qui lui fera croiser la route de renards affamés, se retrouver dans le camion d’un boucher, être obligé de rentrer déguisé dans sa boutique, voler un scooter, chercher du lait ou des langes pour le marmot.

UN ROAD TRIP DÉJANTÉ

Publié pour la première fois en 2010, Un bébé à livrer est tout d’abord une formidable histoire décalée et déjantée, emplie d’un grand humour. D’ailleurs le Festival d’Angoulême a apprécié et nommé l’album dans sa Sélection Officielle en 2011. Comme pour Le grand méchant renard (Delcourt, 2015) l’auteur y manie avec maestria le découpage quasi cinématographique de son histoire.

Il faut souligner que Benjamin Renner connaît bien le monde de l’animation et de la réalisation puisque après un diplôme en Bande Dessinée aux Barts-Arts de la cité angoumoisine, il entre à l’Ecole d’Animation La Poudrière à Bourg-lès-Valence où il fait ses armes en imaginant des courts métrages dont La queue de la souris en 2007 (son projet de fin d’études). A la sortie de cet établissement, il est engagé sur le film Ernest et Célestine de Gabrielle Vincent et en deviendra même le co-réalisateur avec Vincent Patar et Stéphane Aubier. Multi-récompensé (César en 2013), le dessin animé sera même nommé aux Oscars en 2014.

UN COMIQUE PAR L’ABSURDE

Si le lapin et le canard sont limités intellectuellement, l’auteur ne leur épargne rien en leur faisant subir les pires situations, qui deviennent alors cocasses. Benjamin Renner manie avec beaucoup d’habileté le comique par l’absurde mais aussi celui de répétition. Même les personnages secondaires croisés par le trio sont bêtes mais pas méchants (On pensera aux renards mais aussi aux policiers).

UN TRAIT SIMPLE ET AÉRÉ A L’AQUARELLE

Telles les expressions des personnages de Tex Avery ou la folie de ceux de Wallace & Gromit, Benjamin Renner imprime à ses trois zéros les mêmes émotions sur leur visage. Son dessin composé d’un simple trait est agrémenté de très belles aquarelles, qui lui permettent d’aller à l’essentiel : faire rire. Cela confère aussi une ambiance chaleureuse car s’ils sont crétins, les personnages font de leur mieux, sont froussards mais valeureux et emplis d’un amour et d’envie d’aider leur prochain. Comme quoi …

Article posté le mardi 15 décembre 2015 par Damien Canteau

  • Un bébé à livrer
  • Auteur : Benjamin Renner
  • Editeur : Vraoum
  • Prix : 29€
  • Parution : 02 décembre 2015

Résumé de l’éditeur : C’est bien connu, ce sont les cigognes qui livrent les bébés… Mais quand le volatile se casse une aile, il faut bien trouver un pigeon pour livrer le colis à Avignon, où on l’attend… En fait de pigeon, ce seront un canard idiot et un lapin crétin, difficilement cadrés par un gentil cochon un peu bougon.

Les trois compères vont avoir la difficile tâche de retrouver la direction d’Avignon, de trouver le moyen de s’y rendre le plus vite possible à coup de stratagèmes les plus improbables, et d’échapper aux nombreux pétrins dans lesquels ils vont se fourrer.Ce road movie cartoonesque, initialement dessiné pour la nièce de l’auteur, afin de lui expliquer d’où viennent les bébés, apporte finalement la réponse à une autre question de fond : où vont les bébés. A Avignon.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir