Un père vertueux

Avec Un père vertueux , Ludovic Debeurme signe une fable onirique très réussie. Entre fantastique et psychanalyse, un album troublant dans la lignée de Trois Fils mais qui peut se lire indépendamment.

IL ÉTAIT UNE FOIS TROIS GARÇONS

Disons-le franchement, cet album, le 41e livre de la collection Solange, aux éditions Cornélius, ne ressemble à aucun autre; seuls les lecteurs de son alter ego, Les Trois fils, seront moins surpris en feuilletant les 160 pages de ce beau livre. L’auteur de ce diptyque original et troublant, Ludovic Debeurme, nous entraîne dans un univers bien à lui qui ne s’oublie pas de si tôt.

Nous voici donc transportés dans un petit village sans nom où vivent trois jeunes garçons, Bird, Twombly et Horn. Ils vivent là avec leur père, un homme autoritaire à la barbe longue et au comportement pour le moins  étrange. On apprendra bientôt que ce dernier vit de curieux trafics en effectuant de mystérieuses livraisons.

UN CONTE CRUEL

A l’école du village, les trois garçons vont vite faire l’apprentissage de leur différence. A la maison, c’est au père qu’ils ont affaire, en l’absence d’une mère peut-être morte, peut-être vivante? Un jour, alors que l’un des fils, Twombly, vient de vivre ses premiers émois avec une certaine Rebecca, le père, rendu furieux, va lui infliger une incroyable punition, le privant de ses deux bras.   Pour l’autre garçon de la fratrie, Bird, qui aime à regarder le corps d’une femme dénudée, le châtiment arrivera aussi vite; Le père lui enlèvera la vue… Punis par où ils ont « pêché « …

C’est ainsi que mutilé (seul Horn est épargné) le trio continue dans la vie. C’est bientôt au père de souffrir quand il ne peut bientôt plus s’acquitter d’une dette. Torturé à son tour, il sera récupéré par ses fils et se convertira à la religion. Devenu très pieux, il les emmènera à travers le monde pour y prêcher la bonne parole avant de finir mutilé, lui aussi…

ONIRIQUE

Cauchemars, pulsions, fantasmes de mort sont ici à l’oeuvre, dans une histoire qui fait parfois penser à des contes de Grimm ou de Charles Perrault. Bien souvent les enfants souffrent de l’abandon de leurs parents ou de la cruauté des adultes, bien souvent les peurs nées dans les premiers moments de l’existence peinent à disparaître. C’est ce que nous dit l’auteur dans ce conte cruel, magnifiquement porté par des dessins très léchés, au crayon de couleur, aussi poétiques qu’inquiétants. La fin de l’histoire prêtera à bien des interprétations. Qu’on aille les chercher du côté de la psychanalyse ou du côté des surréalistes, ce Père vertueux conserve encore pour nous à ce jour sa part de mystère. C’est en tout cas une très belle réussite graphique et l’occasion de découvrir, après les déjà très remarqués Céfalus, Lucille ou Le Grand Autre, un auteur original à bien des égards.

Article posté le samedi 05 décembre 2015 par Jean-Michel Gouin

Tous les albums

  • Un père vertueux
  • Auteur : Ludovic Debeurme
  • Editeur : Cornélius
  • Prix : 26, 50 €
  • Parution : Octobre 2015

Résumé de l’éditeur : Fraîchement installés dans un petit village, trois enfants, Bird, Twombly et Horn, vivent avec leur père, un homme autoritaire qui subsiste en effectuant de mystérieuses livraisons. À l’école, les adolescents se confrontent aux autres et expérimentent peu à peu leur sexualité, à la grande déception de leur impitoyable géniteur qui décide de leur administrer une terrible punition. Mutilée et tourmentée, la fratrie évolue tant bien que mal, jusqu’au jour où le patriarche trouve le salut dans la religion… Ludovic Debeurme signe ici une œuvre puissante qui nous immerge instantanément dans son univers. La narration, poétique et entraînante, est rehaussée par une technique impeccable. Dans cet album, Debeurme opte pour un dessin aux crayons de couleur qui confère à l’ouvrage un aspect somptueux et chimérique. Construit comme un flashback, Un Père vertueux peut se lire indépendamment du premier opus tout en marquant un point final à l’ensemble du récit.

À propos de l'auteur de cet article

Jean-Michel Gouin

Jean-Michel Gouin

Passionné par l'écrit, notamment l'histoire, la littérature policière et la bande dessinée, Jean-Michel Gouin est journaliste à Poitiers.

En savoir