Une étoile tranquille

Ecrivain reconnu internationalement grâce notamment à La trêve et Si c’était un homme où il raconte ses années d’internement dans un camp de concentration pendant la Seconde Guerre Mondiale, Primo Levi voit sa vie déclinée en bande dessinée dans Une étoile tranquille, une formidable biographie de Pietro Scarnera publiée par Rackham.

TROIS CHAPITRES POUR RACONTER CETTE BELLE DESTINÉE

Pour raconter la vie de Primo Levi, Pietro Scarnera se met en scène dans un étonnant voyage sur les pas de l’illustre auteur. Pour commencer, le jeune Italien, accompagné d’Antonella, une collègue, se rend à Turin, lieu de naissance et de vie de Levi. Afin de raconter comment celui-ci est devenu écrivain, l’auteur essaie d’imaginer qui il était à l’époque où il revient dans la capitale lombarde en 1945, après un long périple à travers l’Europe pour retrouver les siens (de Auschwitz à Munich, en passant par l’Ukraine, la Roumanie ou la Hongrie).

RETOUR DE L’ENFER

Comme il le raconte lui-même dans Si c’est un homme (éditions Juillard, 1987), ses années de détention dans le camp de concentration polonais marqueront à jamais Primo Levi. Pietro Scarnera souligne d’ailleurs : « Dans les veines de Levi coulait encore le « poison d’Auschwitz », quelque chose dont on ne pouvait pas se débarrasser facilement ». Alors que les Russes viennent délivrer ces hommes et femmes, le futur auteur italien devra encore attendre pour pouvoir sortir dans les rues puisqu’il est d’abord placé en quarantaine à cause du typhus. Son retour de l’enfer est prolongé par un long voyage vers l’Italie. Qu’allait-il découvrir ce matin d’octobre ? La ville est détruite, les morts se sont accumulés et ses amis sont considérés comme des héros car résistants, pas lui : « Ils étaient victorieux. Pas moi. »

UNE RECONSTRUCTION IMPOSSIBLE

Primo « renaquit » lorsqu’il fut embauché dans une usine de peinture en tant que chimiste. Comme il l’a expliqué dans Si c’est un homme, il avait réussit à travailler dans les laboratoires du camp ce qui lui avait permis de se protéger et d’être privilégié vis-à-vis de ses camarades. Il prolongera cette étrange expérience après-guerre dans cette entreprise turinoise. C’est à cette période qu’il commencera l’écriture de son best-seller. Travail de thérapie mais de reconstruction quasi impossible, cet exutoire va lui permettre de prolonger son expérience, la partager, faire découvrir au monde ces usines « à morts » et le révéler comme un très grand écrivain.

DES OUVRAGES A PORTÉE HISTORIQUE

Proposant son manuscrit à des éditeurs dès 1947, Primo Levi essuiera des refus. C’est la maison Einaudi qui publiera alors Si c’est un homme. Si ces deux ouvrages autobiographiques ont une importance historique indéniable, notamment pour le système Lager et si l’auteur se livre à nu, « Il y a [pourtant] un autre Levi que nous ne connaissons pas  et que probablement nous ne connaîtrons jamais ». Voilà tout le paradoxe de son œuvre magistrale et emblématique soulevé dans Une étoile tranquille :  A la fois témoin de l’horreur, chimiste et écrivain; un homme multiple et complexe.

UNE EXCELLENTE CONSTRUCTION NARRATIVE

Au-delà de faire (re)découvrir les textes majeurs de Primo Levi (ainsi que ses poèmes) et son destin, Pietro Scarnera utilise un schéma narratif original : le narrateur fluctue, parfois l’auteur de l’album parfois Primo Levi, passant habilement d’une époque à l’autre (années 50, les années d’internement jusqu’à son suicide).

Son trait en bichromie verte et blanche d’une grande simplicité met habilement le projecteur sur les textes et la destinée hors-norme de son héros, donnant lieu à une magnifique biographie originale et très bien conçue.

Article posté le vendredi 27 novembre 2015 par Damien Canteau

  • Une étoile tranquille
  • Auteur : Pietro Scarnera
  • Editeur: Rackham
  • Prix: 19€
  • Parution : 23 novembre 2015

Résumé de l’éditeur : Le matin du 19 octobre 1945, Primo Levi revient à Turin, sa ville natale, après un an passé dans le camp d’Auschwitz et un long périple à travers toute l’Europe de l’Est. Levi était alors un jeune homme de 26 ans qui rentrait chez lui « enflé, barbu, les vêtements déchirés », habité par le besoin de raconter. Deux ans plus tard, il publiera Si c’est un homme et, en 1963 La Trêve, les témoignages les plus poignants jamais écrits sur l’univers concentrationnaire nazi.Se sentant concernés par les mots que Levi a adressé aux générations futures dans un de ses dernier poèmes, ce sont deux jeunes gens qui se rendent à Turin – plus de soixante ans plus tard – pour en recueillir l’héritage moral et en brosser le portrait d’homme et d’écrivain…

Centrée sur l’œuvre de Levi, la bande dessinée de Pietro Scarnera se nourrit des photos et documents d’époque et se déroule suivant les anecdotes reportés par Levi lui-même dans ses livres et dans ses interviews. Scarnera parcourt l’œuvre de Levi depuis « Si c’est un homme » et jusqu’à « Les naufragés et les rescapés » et recompose les trois âmes de l’homme  — témoin, chimiste et écrivain — dans un récit biographique d’une surprenante fraîcheur. En montrant sous un nouveau jour la complexe personnalité de Primo Levi, Une étoile tranquille est avant tout une invitation à découvrir ou redécouvrir son œuvre, une des plus emblématiques de la littérature du XXe siècle.

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir