Unlucky young men

1968, l’année de toutes les révoltes. Comme à Paris, Tokyo gronde sous les cris des étudiants en colère. Parmi eux, il y a Takeshi Kitano, le futur grand cinéaste qui croise la route de Nagayama et Nagata. Son projet fou : la réalisation du film Unlucky young men, fresque sociale et historique d’une génération japonaise désabusée. Eiji Otsuka, accompagné au dessin par Kamui Fujiwara, plonge le lecteur dans ce Japon ébranlé par le terrorisme et les mouvements étudiants dans Unlucky young men, un formidable manga – roman graphique publié par Ki oon.

RÉVOLTES ÉTUDIANTES ET OUVRIÈRES

Alors que les Etats-Unis possèdent à Okinawa, une base militaire (port, aéroports, armes nucléaires) qui lui sert de porte-avions pour bombarder le Vietnam, des groupuscules japonais se dressent contre ce région autonome du Japon et à la mainmise américaine sur le Pays du Soleil levant. Manœuvrés en coulisse par les Communistes, les étudiants, au bord de l’insurrection, entament des grèves, comme en France en mai 1968. Le mois précédent, c’est 200 universités qui sont occupées. Ultra-violent et sanglant, ce mouvement étudiant vire quasiment à la guerre civile.

L’ARMÉE ROUGE UNIE

Parmi les révoltés, un groupe plus fort et plus radical que les autres fait son apparition : L’Armée Rouge Unie (ARU). Composé d’une quarantaine de membres, ce groupe armé d’extrême-gauche est l’une des entités terroristes les plus craintes au monde à cette période.

Parmi eux, il y aura de célèbres personnages, tels Norio Nagayama (N) ou Hiroko Nagata (Yoko), future présidente du groupe terroriste.

LE CASSE DES 300 MILLIONS DE YENS

N croise la route de Takeshi Kitano (T), encore inconnu dans le monde du cinéma, dans le bar de jazz le Village Vanguard. N, 19 ans seulement, a déjà un lourd passé de criminel : il a tué de sang-froid, quatre personnes. C’est pour échapper à ses poursuivants qu’il débarque à Tokyo. De son côté T, humoriste dénué de talent veut percer dans le monde du 7e art. Pour réaliser son rêve, il met en place un projet fou : Unlucky young men, un film racontant l’attaque d’un fourgon de la Banque Nihon Shintaku Ginko rempli de 300 millions de yens (plus de 800 000 $ à l’époque). Si son scénario traîne à se mettre en place, son rêve dépasse la réalité et le casse a lieu.

UN SUBLIME RÉCIT-FICTION

Solidement documenté, le récit de Eiji Otsuka est un subtil mélange de chronique sociale (fresque sur une jeunesse désenchantée) et le polar (le casse). Pour cela, il romance énormément le fait principal du manga (l’attaque du fourgon) en mettant en scène Takeshi Kitano, futur très grand réalisateur de films (Zatoichi ou Hana-bi), Norio Nagayama (les deux hommes ont réellement travaillé ensemble dans le fameux bar jazz) et une galerie de personnages haute en couleur : Hiroko Nagata, femme instable psychologiquement et qui radicalise l’ARU ou encore Yukio Mishima, célèbre écrivain japonais, qui forma une milice pour assurer la protection de l’Empereur (Société du Bouclier ou Tatenokai).

Construit comme un véritable film, Unlucky young men emporte le lecteur dans un tourbillon rapide, entêtant, haletant et très accrocheur. L’histoire exigeante est d’une grande intelligence narrative. Pour mettre encore plus du corps à son récit, le mangaka raconte aussi les amours multiples de N ou l’homosexualité de T.

UNE GRANDE FORCE GRAPHIQUE DANS LE DESSIN

La partie graphique confiée à Kamui Fujiwara est exceptionnelle. Très loin de son dessin dans Dragon Quest – Emblem of Roto (Ki oon), le mangaka déploie ici tout son talent dans les cadrages ou les personnages. Ses sublimes planches fourmillent de détails. Quel temps précieux a-t-il pu prendre pour multiplier les hachures lui permettant de livrer des décors époustouflants.
Unlucky young men : assurément l’un des plus beaux romans graphiques-mangas de l’année 2015 ! A parcourir avec délectation !

Article posté le mardi 27 octobre 2015 par Damien Canteau

Unlucky young men fait partie des 10 meilleurs mangas parus en 2015 pour Comixtrip, le site spécialisé en bande dessinée
  • Unlucky young men, volume 1/2
  • Scénario : Eiji Otsuka
  • Dessins : Kamui Fujiwara
  • Editeur: Ki oon, collection Latitudes
  • Parution: 08 octobre 2015
  • Prix: 19.90€

Résumé de l’éditeur : Tokyo, 1968. Les mouvements étudiants tournent à l’émeute et l’agitation gagne le Japon. Pour essayer d’échapper à son lourd passé criminel, Norio Nagayama rejoint la capitale dans l’espoir d’un nouveau départ. Au Village Vanguard, bar jazz dans lequel la jeunesse révolutionnaire nipponne a ses quartiers, il fait la connaissance de Takeshi Kitano, un jeune comique raté qui tente de faire carrière dans le cinéma. Le grand projet de Takeshi : Unlucky Young Men, un scénario qu’il a rédigé, véritable chronique d’une génération japonaise désabusée et prête à tout pour réaliser ses rêves. Afin de financer la production du film et d’assurer leur avenir, les deux jeunes hommes vont planifier l’attaque d’un fourgon transportant 300 millions de yens…

À propos de l'auteur de cet article

Damien Canteau

Damien Canteau

Damien Canteau est passionné par la bande dessinée depuis une vingtaine d’années. Après avoir organisé des festivals, fondé des fanzines, écrit de nombreux articles, il est toujours à la recherche de petites merveilles qu’il prend plaisir à vous faire découvrir. Il est aussi membre de l'ACBD (Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée).

En savoir